Rechercher
Rechercher

Monde - Gouvernement français

Rima Abdul-Malak, une passionnée des arts vivants qui a débuté dans l'humanitaire

La Franco-Libanaise, nommée ministre de la Culture a passé les dix premières années de sa vie à Beyrouth en pleine guerre civile.

La nouvelle ministre française de la Culture, Rima Adbul-Malak, qui est d'origine libanaise, à Paris, le 20 mai 2022. Photo JULIEN DE ROSA / AFP

La Franco-Libanaise Rima Abdul-Malak, nommée vendredi ministre de la Culture, entre dans la lumière après avoir été conseillère culture du président Emmanuel Macron et de l'ancien maire de Paris Bertrand Delanoë, forte aussi d'une expérience dans l'humanitaire.

Une ascension remarquable pour cette quadragénaire, spécialiste du spectacle vivant : elle a passé les dix premières années de sa vie à Beyrouth en pleine guerre civile, avant d'arriver à Lyon avec ses parents, son frère et sa sœur. Conseillère culture et communication du président de la République depuis décembre 2019, Rima Abdul-Malak a eu à gérer la crise sanitaire qui a particulièrement malmené les artistes. Elle a fait ses armes politiques à partir de 2008 dans le cabinet de Christophe Girard, alors adjoint à la Culture du maire de Paris. Ce dernier se souvient d'"une personnalité intéressante, inhabituelle", qui avait auparavant travaillé pour "Clowns sans frontières", œuvrant auprès des enfants dans les zones de guerre.

Rima Abdul-Malak a été d'abord conseillère chargée du spectacle vivant, avant de prendre le poste de directrice de cabinet en 2010. Cette adepte du yoga a ensuite intégré le cabinet de Bertrand Delanoë, dont elle a été la conseillère culture pendant deux ans. Elle a notamment porté les projets de la Philharmonie ou du Centquatre. Rima Abdul-Malak a aussi dirigé le pôle musique de l'Institut français de 2007 à 2008.

Ceux qui l'ont côtoyée ne tarissent pas d'éloges. Tous décrivent "une personne chaleureuse", "loyale", "extrêmement disponible" et "fidèle en amitié".

"Elle a dédié toute sa vie à l'art", indiquait à l'AFP un de ses collègues à la mairie de Paris, Gaspard Gantzer, ex-conseiller du président François Hollande. "C'est une femme cultivée, intelligente et d'une grande sensibilité artistique", qui a "un amour inconditionnel pour les artistes, les auteurs, les interprètes".

"Force de travail" 
Pour Bruno Julliard, ancien premier adjoint de la maire de Paris Anne Hidalgo, qui connait Rima Abdul-Malak depuis une dizaine d'années, "c'est quelqu'un qui a une force de travail exceptionnelle, une capacité d'engagement et d'investissement extraordinaire".
"Elle a une vraie vision d'une politique culturelle", avec "des convictions de gauche" et "progressiste", et "une ambition élevée pour la "démocratisation culturelle, qui pour elle ne veut pas dire nivellement par le bas", poursuit-il.

Après la Ville de Paris, Rima Abdul-Malak a occupé à New York le poste d'attachée culturelle pour l'ambassade de France, de 2014 à 2018. Elle y a affiché son ambition de faire rayonner le théâtre français. Sa carrière avait débuté dans l'humanitaire. Elle a été de 2001 à 2005 directrice de programme de l'association Clowns sans frontières. Rima Abdul-Malak a aussi travaillé auprès d'associations culturelles soutenues par le Comité catholique contre la faim et pour le Développement (CCFD), dans les territoires palestiniens.

Cette arabophone, qui parle couramment l'anglais, est diplômée de Sciences Po Lyon et de l'université Lyon-II (spécialité monde arabe contemporain), et titulaire d'un DESS Développement et coopération internationale.
Elle n'est pas mariée et n'a pas d'enfants.


La Franco-Libanaise Rima Abdul-Malak, nommée vendredi ministre de la Culture, entre dans la lumière après avoir été conseillère culture du président Emmanuel Macron et de l'ancien maire de Paris Bertrand Delanoë, forte aussi d'une expérience dans l'humanitaire.Une ascension remarquable pour cette quadragénaire, spécialiste du spectacle vivant : elle a passé les dix premières années...

commentaires (10)

On rayonne chez les autres et on nous étouffe chez nous . M...e alors et c.est un cri du cœur !

Darwiche Jihad

23 h 14, le 21 mai 2022

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • On rayonne chez les autres et on nous étouffe chez nous . M...e alors et c.est un cri du cœur !

    Darwiche Jihad

    23 h 14, le 21 mai 2022

  • Le choix idéal ! Bravo !

    Jacques Dupé

    17 h 37, le 21 mai 2022

  • Magnifique! Nous somme fiers de vous, et bonne chance...

    Sabri

    15 h 29, le 21 mai 2022

  • C’est avant tout une femme Française qui a bénéficié d’un environnement Français et d’un enseignement Français !!! Pourquoi le Liban et les libanais devraient ils être fiers de sa nomination ? Pourquoi le système Libanais ne permet pas à des éléments de ce niveau d’accéder aux plus hautes fonctions politiques Libanaises ??? En tant que Français nous sommes fiers que notre démocratie permette aux femmes et hommes de notre pays ( la France..) d’accéder à toutes les fonctions de notre état !

    Antoine ABI Aad

    15 h 23, le 21 mai 2022

  • Est ce que c'est necessaire de savoir si elle est Musulmane ou Chrétienne? Elle pourrait être Non croyante! Je vous donne un example: disons elle est Chrétienne, le monde va se demader, Maronite ou orthodoxe? disons elle est orthodoxe, le monde se va demander, de Ras Beyrouth ou d, Ashrafieh? disons Ras Beyrouth, le monde va se demander, c'est des Rebeiz ou des Bakhazi...etc ca n.arrêtrera pas...... est ce qu'un jour ca va changer au Liban! Esperant le!

    Mouallem Souheil

    14 h 00, le 21 mai 2022

  • Wonderful news, all the very best!

    Wow

    12 h 08, le 21 mai 2022

  • En dépit de recherches, on ne sait toujours pas si cette franco-libanaise est musulmane, catholique ou protestante?? Pourquoi est-ce un un secret ??? Qu'a-t-elle à cacher ?

    Saab Edith

    11 h 17, le 21 mai 2022

  • "Elle n'est pas mariée et n'a pas d'enfants" Précision nécessaire: en France, la première phrase n'implique pas automatiquement la seconde...

    Georges MELKI

    08 h 45, le 21 mai 2022

  • Tu nous rends fiers tant comme libanais que jamhouriens N oublies pas tes racines stp

    Robert Moumdjian

    02 h 00, le 21 mai 2022

  • Complimenti mia cara un abbraccio, c’est plus beau en Italien qu’en français

    Eleni Caridopoulou

    21 h 40, le 20 mai 2022

Retour en haut