Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Nasrallah : Aucun camp politique ne peut prétendre détenir la majorité parlementaire

Le chef du Hezbollah appelle au "partenariat et à la coopération".

Nasrallah : Aucun camp politique ne peut prétendre détenir la majorité parlementaire

Des portraits de Hassan Nasrallah, chef du Hezbollah, et des slogans électoraux du parti chiite dans une rue de Beyrouth, le 14 mai 2022. LOUAI BESHARA / AFP

C'est sur un ton modéré que s'est exprimé mercredi soir le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, trois jours après la tenue des élections législatives au Liban. Affirmant qu'aucun camp ne pouvait prétendre détenir la majorité parlementaire, le leader chiite a appelé à la "coopération et au partenariat" et souligné que la priorité était de sortir le pays des crises qui le secouent. 

Le chef du Hezbollah s'est quand même félicité au début de son intervention télévisée d'une "grande victoire". Il a assuré que "la résistance, ses alliés et ses amis ont une présence forte et importante au sein du Parlement" et qu'ils tiendront leurs promesses électorales. "Nous devons en être fiers surtout lorsqu'on voit les circonstances de la bataille", a-t-il déclaré, dénonçant les "attaques médiatiques contre la résistance ses ses alliés" ainsi que les "pressions économiques et financières". "Je dis à notre public fidèle : vous avez assuré le filet de sécurité politique et populaire nécessaire à la résistance et à ses armes", a-t-il également lancé. Le Hezbollah est la seule faction libanaise à avoir gardé ses armes après la guerre civile (1975-1990).

"Nous sommes devant un Parlement formé de groupes parlementaires de différentes tailles et d'un grand groupe d'indépendants (...), mais le point principal c'est qu'il n'y a aucun camp politique qui peut prétendre détenir la majorité parlementaire", a déclaré Hassan Nasrallah. Selon lui, l'absence de majorité parlementaire "sert l'intérêt du Liban". "Au vu de l'ampleur des crises financière, monétaire et sociale qui secouent le pays, aucune équipe ne peut agir seule, même si elle obtient la majorité", a-t-il jugé. Pour le leader chiite, "quand personne ne détient la majorité, cela signifie que tout le monde est responsable et que personne ne peut fuir ses responsabilités". "Le plus facile c'est d'être dans l'opposition et contester (...) fuir ses responsabilités est une tromperie", a-t-il ajouté.

Les élections législatives ont consacré deux grands vainqueurs : les Forces libanaises, qui deviennent le premier parti chrétien au sein de l’Assemblée (19 sièges), mais aussi les mouvements de la contestation qui obtiennent 13 sièges. Ces deux évolutions ont eu pour principal effet de faire perdre au Hezbollah et à ses alliés leur majorité au Parlement. Fait inédit : deux candidats indépendants de l'opposition ont réussi à décrocher des sièges au Liban-Sud, que les alliés du Hezbollah conservaient depuis 1992. Le parti pro-iranien limite toutefois la casse et maintient le même nombre de siège qu'en 2018, son parti ayant aujourd'hui 13 députés. Avec son allié chiite Amal, il détient la totalité des 27 sièges chiites à la Chambre. Le scrutin s'est déroulé alors que le Liban est enfoncé dans une grave crise économique depuis 2019, qui a poussé 80% de la population dans la pauvreté.

Lundi, Mohammad Raad, chef du groupe parlementaire du Hezbollah dans le Parlement sortant, avait reconnu implicitement le revers de son camp à l'issue du scrutin de dimanche et avait à cette occasion mis en garde ses rivaux dans l'Hémicycle, les appelant à "ne pas attiser les flammes de la guerre civile". Quant à Nabih Berry, président du Parlement sortant et chef du mouvement Amal, il semblait vouloir calmer le jeu, mardi, en appelant ses adversaires politiques au dialogue.


Lire aussi

Pourquoi le Hezbollah est le principal perdant des élections


Partenariat et coopération
Le leader du Hezbollah a de ce fait appelé au "partenariat et à la coopération". "Les élections sont terminées, nous devons tous ramener le pays au calme", a-t-il dit, appelant à "donner la priorité aux dossiers qui sont source de souffrance pour les citoyens". "Cela ne peut être fait que dans le partenariat et la coopération, indépendamment des rivalités", a assuré Hassan Nasrallah. "Nous pouvons ne pas nous entendre sur des questions principales, mais nous pouvons nous tourner vers les points d'entente", a-t-il encore dit. 

Le secrétaire général du Hezbollah a par ailleurs répondu aux accusations selon lesquelles son parti voulait saboter le scrutin. "Si on voulait empêcher la tenue des législatives, nous l'aurions fait", a-t-il dit, soulignant que ce que son parti voulait était "d'assurer les meilleures élections possibles".  Il en a aussi profité pour répondre "au mensonge de l'occupation iranienne" du Liban. "Quelqu'un a vu l'ambassadeur d'Iran visiter des bureaux de vote ?", a-t-il demandé dans une attaque claire à destination de l'ambassadeur d'Arabie saoudite au Liban, Walid Boukhari, qui a effectué des tournées dans plusieurs régions libanaises, quelques jours avant le scrutin.

L'édito de Issa GORAIEB

La lumière de l’aube

Enfin, même s'il a affirmé que la nouvelle loi électorale est "plus juste" que les précédentes, le patron du Hezbollah a estimé que "tant que nous aurons ce système électoral confessionnel, cela signifiera que le nombre de députés n'exprime pas la volonté populaire". "Confondre la volonté populaire avec le nombre de représentants n'est pas possible, car le système sectaire et la division des circonscriptions ne reposent pas sur une base scientifique", a-t-il encore dit.  Selon lui, "la loi électorale devrait être  axée sur la proportionnelle appliquée à la circonscription unique et l'âge de vote devrait être ramené à 18 ans".


C'est sur un ton modéré que s'est exprimé mercredi soir le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, trois jours après la tenue des élections législatives au Liban. Affirmant qu'aucun camp ne pouvait prétendre détenir la majorité parlementaire, le leader chiite a appelé à la "coopération et au partenariat" et souligné que la priorité était de sortir le pays des crises...

commentaires (15)

Fourberies et manipulations,,,

Wow

13 h 04, le 19 mai 2022

Tous les commentaires

Commentaires (15)

  • Fourberies et manipulations,,,

    Wow

    13 h 04, le 19 mai 2022

  • Tant qu’il avait la majorité il ne manquait pas une occasion pour nous le rappeler. Maintenant qu’il l’a perdue elle est devenue un non sujet. Voilà sur quoi repose la politique de ce mec, toujours tourner les événements en sa faveur en instillant des slogans fallacieux pour convaincre les déjà convaincus. Quand au blocage, "Si on voulait empêcher la tenue des législatives, nous l'aurions fait", a-t-il dit, soulignant que ce que son parti voulait était "d'assurer les meilleures élections possibles". Ah bon, moi je dirais que si les yeux du monde entier et surtout ceux des pays amis n’étaient pas braqués sur lui, il ne serait pas priver de le faire. Ensuite il se targue de l’absence d’un ambassadeur iranien dans les lieux de votes? Mais au Liban il n’y a pas un mais des milliers d’ambassadeurs iraniens et ils étaient tous là même dans les isoloirs alors que veut il nous faire croire? Qu’il est neutre et droit alors que tous ses actes prouvent le contraire. Il faut être débiles finis pour croire à ses argumentations mensongères qui ne nécessitent même pas de contre vérité puisqu’ils la représente à chaque fois qu’il ouvre sa grande g bouche. Allons Hassouna il faut reconnaître la défaite et faire profil bas ça sera la meilleure preuve de votre bonne foi, faites le pour une fois.

    Sissi zayyat

    12 h 02, le 19 mai 2022

  • VOUS AVEZ REMARQUÉ ? PAS DE DOIGHT LEVÉ . PAS D’ARROGANCE , UN TON POSE ET PRESQUE IMPLORANT . MÊME UN APPEL À NE PLUS CRIER CHIAA CHIAA , A NE P’US TIRER EN L’AIR POUR CÉLÉBRER UNE VICTOIRE OU MÊME SON APPARITION À LA TÉLÉVISION ETC. ETC. ETC. LA VÉRITÉ C EST UN NASRALLAH BIEN DIMINUÉ QUI EST APPARU HIER SOIR À LA TÉLÉVISION ESSAYANT D’EXPLIQUER SANS GRAND SUCCÈS COMMENT IL A PERDU LA CHAMBRE ET DONC SA PUISSANCE POLITIQUE SUR LE PAYS LA VÉRITÉ : IL RESTE FEUX ÉLECTIONS QUE LE PEUPLE DOIT GAGNER A TRAVERS SES NOUVEAUX ÉLUS : SE METTRE D’ACCORD POUR VOTER POUR UN AUTRE CHIITE PRÉSIDENT A LA CHAMBRE ET NON PAS UN BULLETIN BLANC ET VOTER DANS QUELQUE MOIS POUR UN PRESIDENT DONT NASRALLAH NE TIENDRA PAS LA LAISSE

    LA VERITE

    11 h 00, le 19 mai 2022

  • C,EST UN FAIT. LES DITS INDEPENDANTS ET THAWRISTES SONT SUJETS AU GRE DES VENTS DE L,INTIMIDATION, DE LA MENACE ET DE L,ARGENT. ON A VU COMMENT LE TANDEM CHIITE S,EST EXPRIME DEMOCRATIQUEMENT (?) EN ELIMINANT TOUS LES CHIITES CANDIDATS AUX LEGISLATIVES ET QUI NE SONT PAS DE SES RANGS ET COMMENT IL CONDUISAIT COMME DES MOUTONS LES ELECTEURS DE SA COMMUNAUTE LES ACCOMPAGNANT PAR DES GORILLES JUSQUE LES URNES. BOYCOTTAGES, INTIMIDATIONS, MENACE DE GUERRE CIVILE ET ENFIN ACHAT OU ELIMINATION TOUT COURT ET BLOCAGES SONT L,ARSENAL POLITIQUE DES VENDUS.

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION.

    09 h 50, le 19 mai 2022

  • comment douter des bonnes intentions de ce mec nasrallah ? deja qu'un chantage au vide "constitutionnel"" est declare vs l'election ou pas de berry a la pres. du parlement !! mais pas que de ttes facons, le 1er nomme ci-haut n'a pas les moyens de se faire gentil tout plein, pas avant d'obtenir le feu vert de son maitre khamenai .

    Gaby SIOUFI

    09 h 43, le 19 mai 2022

  • "assurer les meilleures élections possibles"? En causant un peu partout des incidents sécuritaires ? En violant la loi en ibtroduisant ses partisans dans les isoloirs? Et surtout en interdisant - mena es à l'appui - de se présenter à tout candidat chiite non investi par lui!

    Yves Prevost

    09 h 14, le 19 mai 2022

  • Au vu de l'ampleur des crises financière, monétaire et sociale qui secouent le pays, Samahet el Sayyed, vous oubliez la crise politique d’abord et ensuite l’économie suivra … le moteur de toute économie est la … stabilité et pour cela nous devons être … neutre !!

    Bery tus

    06 h 58, le 19 mai 2022

  • "… Le chef du Hezbollah appelle au partenariat et à la coopération …" - Commence par remettre tes armes à l’armée libanaise, et nous appellerons encore plus fort que toi au partenariat et à la coopération…

    Gros Gnon

    06 h 52, le 19 mai 2022

  • Nasrallah veut "donner la priorité aux dossiers qui sont source de souffrance pour les citoyens" et préfère "ne pas nous entendre sur des questions principales". La majorité des Libanais ont d'autres priorités. Ils réclament fortement une résolution sur des dossiers critiques relatifs à ses armes, la souveraineté du Liban et l'arrêt de la contrebande. C'est bien ça une bonne base pour le "partenariat et la coopération"?

    Zovighian Michel

    05 h 06, le 19 mai 2022

  • Chiche! Attelez-vous à la digne et honorable tâche de redresser le pays, construisez les alliances qui vous plaisent, mais oeuvrez pour le bien du peuple du Liban, sans distinction de confession ou de région. Laissez de côté les armes. Montrez votre intégrité morale en vous désolidarisant de ceux qui ont pillé le pays et obligez-les à rendre gorge. Ce faisant vous bénéficierez de la sympathie du peuple libanais dans son ensemble. Faites-le, vous en êtes capable. Vous avez prouvé votre force dans la guerre. Montrez votre force dans l'intérêt du redressement économique et de la paix! Ne soyez plus le bras armé, la feuille de vigne d'un régime politique et financier corrompu qui a mené le pays au fond du gouffre!

    Georges Airut

    04 h 16, le 19 mai 2022

  • Pas de majorité parlementaire mais la majorité populaire est bien derrière le Hezbollah. Pas un seul candidat dudit camp en échec dans le pays. Quel est l'enseignement? Le soutien populaire est toujours identique et cela déplaît toujours à tant de personnes qui refusent de voir à quoi ressemble le Liban aujourd'hui... Ils auraient pu faire saboter les élections mais ils ne l'ont pas fait car c'est toujours la même lutte pour la démocratie, le vivre-ensemble et pour le respect des minorités qui se plaignent

    Georges Olivier

    00 h 21, le 19 mai 2022

  • On commence par gommer tous ces posters effrayants qui font vomir ,,, pas écologique ,terriblement coûteux . D’où vient l’argent??

    Wow

    00 h 17, le 19 mai 2022

  • On ne peut pas être partenaire avec un parti qui pointe une arme sur votre tempe et qui a les mains rouges du sang des assassinats de ses adversaires politiques.

    Bachir Karim

    23 h 31, le 18 mai 2022

  • "Le chef du Hezbollah appelle au "partenariat et à la coopération"." ... donc à tour de rôle toutes les semaines, sur la route de l'aéroport, on aura des photos de souleimani puis de trump, puis macron, puis assad... puis omar al sharif, faten hamama.... ila akhirihi...

    Wlek Sanferlou

    22 h 47, le 18 mai 2022

  • Partenariat et coopération ? Je ne savais pas qu'il avait de l'humour Mr Nasrallah !!!!

    Pandora

    22 h 36, le 18 mai 2022

Retour en haut