Rechercher
Rechercher

Économie - Crise au Liban

Chute du taux dollar/livre, hausse des cours mondiaux : les prix des carburants augmentent

Le porte-parole des propriétaires de stations-service, George Brax, analyse cette hausse globale des prix de tous les carburants dans le cadre des troubles géopolitiques internationaux.

Chute du taux dollar/livre, hausse des cours mondiaux : les prix des carburants augmentent

Tous les prix des carburants ont augmenté mardi au Liban. Photo João Sousa

Tous les carburants ont affiché des prix en forte hausse au Liban mardi, selon le barème publié par le ministère de l’Énergie et de l’Eau. Les prix des 20 litres d’essence 95 et 98 octane ont respectivement bondi de 35.000 et 34.000 livres, atteignant 542.000 et 552.000 livres. La même quantité de mazout, utilisé pour les véhicules, a franchi la barre des 600.000 livres et se vend désormais à 615.000 livres, après une hausse de 16.000 livres par rapport aux prix précédents. Enfin, la bonbonne de gaz domestique voit son prix augmenter de 16.000 livres et atteint 375.000 livres.

En réaction, le représentant des distributeurs de carburant, Fadi Abou Chacra, a indiqué mardi que « les sociétés importatrices de carburant sont fermées depuis trois jours et les stations-service n’ont pas reçu d’essence en attendant que les fonds nécessaires soient transférés aux sociétés importatrices ». Selon nos informations, certaines banques auraient réduit la semaine dernière les montants en dollars échangés contre des livres fournies par ces importateurs au taux de Sayrafa (plus de 23.000 livres pour un dollar depuis lundi soir). La filière aurait d’ailleurs déjà alerté le Premier ministre Nagib Mikati du problème.

De son côté, le porte-parole des propriétaires de stations-service, George Brax, a analysé cette hausse globale des prix de tous les carburants dans le cadre des troubles géopolitiques internationaux. L’enlisement du conflit russo-ukrainien, qui a affolé les cours mondiaux du pétrole depuis son déclenchement fin février, rend le syndicaliste pessimiste quant aux répercussions sur ces cours, et donc sur les tarifs au Liban, notamment après l’annonce d’un boycott du pétrole russe par les pays européens. Le prix du baril de Brent oscillait d’ailleurs autour de 114 dollars hier.

Au niveau national, la dépréciation de la monnaie nationale au Liban, en vertu de la crise que traverse le pays depuis plus de deux ans et demi, a également engendré une hausse des prix, les carburants étant importés en dollars. Mardi, Georges Brax a ainsi précisé que le kilolitre d’essence était monté à « 38 dollars », alors que le taux dollar/livre sur le marché parallèle utilisé pour importer les carburants a augmenté de « de 1 274 livres, passant de 27.012 livres à 28.287 livres », a-t-il précisé. Un taux qui risque de continuer à grimper, alors qu’il dépassait la barre des 30.000 livres mardi après-midi, et donc à faire augmenter les prix des carburants. Dans ce pays en crise, où le pouvoir d’achat des Libanais a fondu, un plein d’essence a largement dépassé le salaire minimum toujours évalué à 675.000 livres selon la parité officielle de 1.507,5 livres par dollar.


Tous les carburants ont affiché des prix en forte hausse au Liban mardi, selon le barème publié par le ministère de l’Énergie et de l’Eau. Les prix des 20 litres d’essence 95 et 98 octane ont respectivement bondi de 35.000 et 34.000 livres, atteignant 542.000 et 552.000 livres. La même quantité de mazout, utilisé pour les véhicules, a franchi la barre des 600.000 livres et se vend...

commentaires (1)

"… Georges Brax a ainsi précisé que le kilolitre d’essence était monté à « 38 dollars » …"- Pardon? Je n’ai pas compris…

Gros Gnon

19 h 11, le 17 mai 2022

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • "… Georges Brax a ainsi précisé que le kilolitre d’essence était monté à « 38 dollars » …"- Pardon? Je n’ai pas compris…

    Gros Gnon

    19 h 11, le 17 mai 2022

Retour en haut