Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Cisjordanie occupée

Israël accusé d’avoir tué Shirine Abou Akleh, visage phare d’al-Jazeera

La correspondante américano-palestinienne auprès de la chaîne qatarie dans la région a reçu une balle dans la tête alors qu’elle couvrait un raid mené par l’armée israélienne à Jénine.

Israël accusé d’avoir tué Shirine Abou Akleh, visage phare d’al-Jazeera

La journaliste américano-palestinienne Shirine Abou Akleh, alors qu’elle effectuait un reportage dans la région en mai 2021. Elle a été tuée hier à Jénine, en Cisjordanie occupée, par un tir dont les forces israéliennes sont accusées. Photo d’archives AFP

« Les forces d’occupation prennent d’assaut Jénine et assiègent une maison dans le quartier de Jabriyat. En chemin, je vous apporterai des nouvelles dès que la situation s’éclaircira. » Il est 6h13 lorsque le bureau d’al-Jazeera à Ramallah reçoit, mercredi, ce qui sera le dernier courriel de la célèbre correspondante auprès de la chaîne qatarie dans la région, Shirine Abou Akleh. Attendue pour un direct à 7h, la reporter américano-palestinienne ne donnera plus de nouvelles. Quelques minutes plus tard, ses collègues apprendront, avec effroi, sa mort.

La journaliste de 51 ans, employée à al-Jazeera depuis 1997, a reçu une balle dans la tête alors qu’elle couvrait un raid mené par l’armée israélienne dans le camp de réfugiés de Jénine, en Cisjordanie occupée. Transportée à l’hôpital dans un état critique, elle succombera à ses blessures peu de temps après. Selon un collègue présent sur les lieux ainsi que son employeur, Shirine Abou Akleh a été abattue « de sang-froid » par un tir provenant des forces israéliennes.

Un tir soudain

Interrogés par la chaîne qatarie, des témoins sur place affirment que des francs-tireurs israéliens étaient présents sur les toits de toutes les maisons environnantes. Sur une séquence diffusée par la chaîne de télévision, on aperçoit la journaliste gisant au sol, portant un casque et un gilet pare-balles sur lequel est clairement inscrite la mention « Presse ».

Lire aussi

Israël accusé d'avoir tué la journaliste Shireen Abu Akleh en Cisjordanie occupée

Son collègue, le journaliste palestinien Ali el-Samoudi, blessé par une balle dans le dos et actuellement dans un état stable, a déclaré à l’agence Reuters que les forces israéliennes ne leur avaient ni « demandé de partir » ni « d’arrêter de filmer », et avaient « soudainement ouvert le feu sur nous ». Ce dernier ainsi que d’autres journalistes présents sur les lieux ont en outre assuré qu’aucun combattant palestinien n’était présent au moment de la mort de Shirine Abou Akleh, contredisant la version des autorités israéliennes.

« Selon les informations que nous avons recueillies, il semble probable que des Palestiniens armés, qui ont ouvert le feu sans discernement à ce moment, soient responsables de la mort malheureuse de la journaliste », a en effet suggéré dans un communiqué le Premier ministre israélien Naftali Bennett. Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid a déclaré pour sa part, sur son compte Twitter, qu’Israël avait « proposé aux Palestiniens une enquête pathologique conjointe sur la triste mort de la journaliste ». Des propos fustigés par de nombreux internautes, pour qui la vidéo partagée par al-Jazeera coïncide clairement avec les propos rapportés par les personnes sur place. Sur Twitter, nombre d’entre eux ont également dénoncé le traitement médiatique timoré de certains titres de presse occidentaux sur le décès de la journaliste.

« Au revoir, Shirine »

La mort de Shirine Abou Akleh, l’un des visages les plus connus de la chaîne panarabe, a suscité une réelle onde de choc. Depuis hier, les déclarations émanant de responsables officiels, de ses proches, d’activistes palestiniens et de téléspectateurs ayant grandi avec elle abondent sur les réseaux sociaux. Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a affirmé qu’« avec le martyre de la journaliste Shirine Abou Akleh, la Palestine a perdu l’un des chevaliers de la vérité qui a travaillé avec sincérité et honnêteté pour transmettre le récit palestinien au monde en contribuant à la documentation des crimes de l’occupation israélienne, contre notre peuple et nos territoires ». Chrétienne palestinienne originaire de Jérusalem, Shirine Abou Akleh avait étudié le journalisme à l’Université Yarmouk de Jordanie et cofondé la station La Voix de la Palestine, basée à Ramallah, avant de rejoindre al-Jazeera. Elle s’était alors fait connaître à travers sa couverture de la seconde intifada (2000-2005). Ses reportages de l’époque puis ceux, plus tard, sur les funérailles de Palestiniens tués par les forces israéliennes et le quotidien de l’occupation ont marqué le paysage médiatique de la région au cours des vingt dernières années. À Ramallah, un grand portrait de la journaliste sur lequel il est inscrit en arabe « Au revoir, Shirine » avait déjà été accroché hier au-dessus d’un immeuble. De nombreux Palestiniens se sont rués pour déposer des gerbes de fleurs au passage de la voiture transportant sa dépouille, selon l’AFP.

Lire aussi

Ce « nouveau Moyen-Orient » qui parle de tout, sauf de la Palestine...

Sur les chaînes d’information en continu arabes, de nombreux journalistes ne parvenaient pas hier à retenir leurs larmes en évoquant la mort de leur consœur. « Shirine, pour chaque journaliste palestinien et pour chaque journaliste arabe, est un modèle que nous avons perdu aujourd’hui », a témoigné le journaliste d’al-Jazeera Tamer Mishal sur la chaîne. « Ses assassins s’en iront librement et les lointaines universités américaines réprimanderont les étudiants qui dénonceront le régime qui l’a tuée... » a de son côté fustigé sur Twitter Mohammad el-Kurd, figure de la contestation palestinienne, en référence à l’interdiction par certaines facultés aux États-Unis du mouvement de boycottage d’Israël BDS.

Plusieurs instances internationales, à l’instar de la diplomatie américaine pour les affaires palestiniennes, l’envoyé spécial de l’ONU pour le processus de paix au Moyen-Orient et la Mission de l’Union européenne en Palestine, ont également condamné son meurtre et appelé à une enquête transparente pour en éclaircir les circonstances.

Très respectée dans son milieu professionnel, la journaliste se dédiait corps et âme à son travail. À entendre ses proches, elle était unanimement connue pour son professionnalisme et sa persévérance, ainsi que sa prudence. « Évidemment que la peur est présente (lors de la couverture d’affrontements) et que l’on fait beaucoup de cauchemars selon les périodes. On ne se jette pas dans les bras de la mort. La sécurité est ma priorité numéro un », avait-elle notamment déclaré lors d’une interview en 2017.

Lire aussi

Sit-in de solidarité avec la journaliste Shirine Abou Akleh tuée en Cisjordanie occupée

Le décès de Shirine Abou Akleh s’inscrit dans un contexte de haute tension en Israël, cible d’une série d’attaques ayant fait au moins 18 morts depuis le 22 mars. En représailles, l’État hébreu a mené dans la foulée plusieurs « opérations de contre-terrorisme ». Trente et un Palestiniens, des assaillants comme des civils, ont depuis trouvé la mort, dont un jeune mercredi à Ramallah.

Le sort tragique réservé à la journaliste intervient également  presque un an après la destruction de la tour Jalaa, qui abritait les bureaux d’al-Jazeera et de l’Associated Press à Gaza, lors d’une frappe armée israélienne en pleine guerre entre le Hamas et l’État hébreu. Ce dernier avait justifié d’avoir rasé l’immeuble par la présence présumée d’équipements militaires du mouvement islamiste palestinien. Hier, un drapeau noir a été hissé au bureau de la chaîne qatarie à Ramallah, comme en écho à cette double tragédie.

« Les forces d’occupation prennent d’assaut Jénine et assiègent une maison dans le quartier de Jabriyat. En chemin, je vous apporterai des nouvelles dès que la situation s’éclaircira. » Il est 6h13 lorsque le bureau d’al-Jazeera à Ramallah reçoit, mercredi, ce qui sera le dernier courriel de la célèbre correspondante auprès de la chaîne qatarie dans la région,...
commentaires (5)

Pardon: lire "cessez-le-feu" au lieu d'armistice. et occidentales au lieu d'occidentaux.

Céleste

19 h 44, le 12 mai 2022

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Pardon: lire "cessez-le-feu" au lieu d'armistice. et occidentales au lieu d'occidentaux.

    Céleste

    19 h 44, le 12 mai 2022

  • Le maintien de la tension, relativement faible, est stratégique pour Israël, lui permettant de maintenir le sentiment chez ses citoyens que leur existence est toujours menacée. Cela leur permet aussi d'innover dans le domaine de l'électronique et de l'armement qu'ils essayent grandeur nature contre les palestinien. Si à la conclusion de l'accord du Caire entre Hélou et Arafat, Israël avait annoncé que celui-ci mettrait fin à l'armistice de 1949 avec le Liban, je pense que le parlement libanais ne l'aurait pas ratifié, SANS LE LIRE EN PLUS, et Arafat serait parti, bien qu'il aimait vivre à Verdun (le quartier le plus chic et le plus cher de Beyrouth). Raymond Eddé avait averti mais Hélou voulait renouveler son Mandat et Nasser était content de trouver un front de décompression au sud chiite du Liban. La cause palestinienne a cessé depuis quelques jours seulement d'être LA CAUSE arabe, quand un pays arabe riche a félicité l'occupant pour sa fête nationale. Si le même nombre de palestiniens en colère qui portaient Shirine à l'hôpital hier se précipitait vers les ambassades occidentaux pour bloquer leurs entrées durant une semaine ou deux dans les pays arabes, la paix sera imposée de force à tout le monde. C'est un peu drôle de constater que le "Wokisme" [luttes sociales autour de questions d’égalité, de justice, de défense des minorités : lutte contre le racisme, contre le sexisme, pour les droits des diverses minorités] ne touche pas notre région, pourquoi?

    Céleste

    19 h 01, le 12 mai 2022

  • Trop de précipitation à dénoncer pour savoir si c'est vrai...

    Jacques Dupé

    18 h 24, le 12 mai 2022

  • Pour elucider le probleme et savoir qui a tirer il faudrait: Une autopsie et un examen forensic, retirer la balle / fragments et analiser son origine. OR, dans ce cas pourquoi les autorites palestiniennes ont vite fait d'enterrer le corps? Si vraiment ils croient que c'est les israeliens qui l'ont tuee, pourquoi ne faire une enquete serieuse? A moins que... a moins que l'AP veut cacher quelque chose...

    IMB a SPO

    15 h 27, le 12 mai 2022

  • Dernier de mes soucis…..

    Robert Moumdjian

    00 h 33, le 12 mai 2022

Retour en haut