Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Liban

Sit-in de solidarité avec la journaliste Shirine Abou Akleh tuée en Cisjordanie occupée


Sit-in de solidarité avec la journaliste Shirine Abou Akleh tuée en Cisjordanie occupée

Sit-in à Beyrouth en signe de solidarité avec la journaliste d'al-Jazeera Shirine Abou Akleh, tuée en Cisjordanie occupée, le 11 mai 2022. Photo DR

Une dizaine de journalistes et de militants se sont rassemblés mercredi à 18h30 devant le siège de la Commission économique et sociale des Nations unies pour l’Asie occidentale (Escwa) à Beyrouth en vue de dénoncer le décès de la journaliste de la chaîne qatarie al-Jazeera Shirine Abou Akleh, tuée par balle ce matin en Cisjordanie occupée par un tir israélien, selon des témoins, a annoncé le ministère palestinien de la Santé et son employeur.

Le ministère et al-Jazeera ont annoncé le décès de la journaliste américano-palestinienne, une des plus connues de la chaîne panarabe, alors qu'elle couvrait une opération de l'armée israélienne à Jénine, bastion des factions armées palestiniennes dans le nord de la Cisjordanie occupée. Les appels à une enquête transparente et approfondie se sont multipliés après sa mort, notamment par l'Union européenne, les Nations unie et les États-Unis.

Brandissant des portraits de la victime, les journalistes ont allumé des bougies à sa mémoire, suite à un appel à manifester lancé par le Rassemblement alternatif de la presse. Ils ont aussi demandé une "enquête internationale sur-le-champ pour que les meurtriers rendent des comptes".

Un autre sit-in de journalistes en signe de solidarité avec la victime a également eu lieu dans le restaurant el-Saha, sur la route de l'aéroport à Beyrouth, selon le journal an-Nahar. 

Des dizaines de militants libanais et palestiniens se sont également rassemblés sur la place Élia à Saïda (Liban-Sud), en présence du député Oussama Saad, brandissant des drapeaux palestiniens et des portraits de la victime, selon notre correspondant dans la région Mountasser Abdallah.

Sit-in à Saïda (Liban-Sud) en signe de solidarité avec la journaliste d'al-Jazeera Shirine Abou Akleh, tuée en Cisjordanie occupée, le 11 mai 2022. Photo fournie par notre correspondant Mountasser Abdallah

Les réactions officielles
De nombreuses réactions à cette triste nouvelle ont été formulées à travers le monde. Au Liban, le chef de l’État Michel Aoun a adressé ses condoléances au président palestinien Mahmoud Abbas, avant de condamner "un nouveau crime d'Israël, qui ajoute un nouveau chapitre à l'agression et au mépris des droits, de la vie et de la justice", dans des propos rapportés par la présidence.

Le Premier ministre Nagib Mikati, a, lui, transmis ses condoléances par téléphone au président Abbas, saluant "une des journalistes les plus courageuses au cours des dernières années, qui a fait face à la tyrannie de l'occupation israélienne et ses exactions contre le peuple palestinien". "Le martyr de Shirine Abou Akleh représente une marque de fierté sur le front du peuple palestinien qui fait face à l'occupation israélienne avec courage et détermination", a-t-il regretté dans un tweet.

De son côté, le ministère libanais des Affaires étrangères, qui a condamné ce "meurtre effectué par les forces israéliennes", a appelé pour qu'une enquête soit menée afin que les forces israéliennes rendent des comptes et que les mesures nécessaires soient prises afin d'éviter que les crimes de ce genre se reproduisent".


Une dizaine de journalistes et de militants se sont rassemblés mercredi à 18h30 devant le siège de la Commission économique et sociale des Nations unies pour l’Asie occidentale (Escwa) à Beyrouth en vue de dénoncer le décès de la journaliste de la chaîne qatarie al-Jazeera Shirine Abou Akleh, tuée par balle ce matin en Cisjordanie occupée par un tir israélien, selon des témoins, a...