Rechercher
Rechercher

Économie - Assistance financière

Le FMI de nouveau à Beyrouth, pour deux semaines décisives

Saadé Chami affirme espérer « qu’un accord préliminaire sera conclu au bout de ces deux semaines de discussions ».

Le FMI de nouveau à Beyrouth, pour deux semaines décisives

Le président Michel Aoun a rencontré mercredi la délégation du FMI. Photo Dalati et Nohra

Une délégation du Fonds monétaire international (FMI) a entamé mercredi, comme attendu une nouvelle mission au Liban, en vue de parvenir à un accord avec le pays frappé par une crise économique majeure. S’exprimant auprès de l’AFP, Saadé Chami a affirmé espérer « qu’un accord préliminaire sera conclu au bout de ces deux semaines de discussions ». Selon nos sources, une réunion est prévue jeudi matin à 8h entre la délégation et l’équipe de négociateurs désignés par le Liban. Le président Michel Aoun a par ailleurs rencontré mercredi la délégation.

Cette nouvelle visite de deux semaines suit le déplacement plus bref (trois jours) entre fin février et début mars de la délégation dirigée par le chef de mission pour le Liban, Ernesto Ramirez-Rigo, qui a pris ses fonctions en 2022. Les experts du FMI avaient également échangé en visioconférence avec les négociateurs libanais menés par le vice-président du Conseil des ministres et lui-même ancien de l’organisation, Saadé Chami, entre le 24 janvier et le 10 février dernier.

Le 11 février dernier, Ernesto Ramirez-Rigo avait identifié cinq piliers autour desquels doivent se concentrer les efforts que le Liban doit engager pour pouvoir adhérer à un programme d’assistance financière de l’organisation : réformes budgétaires, restructuration du secteur financier, réforme des institutions et entreprises publiques, renforcement de la gouvernance et mise en place d’un système de change « crédible ».

Chantiers en cascades

Les réunions organisées entre janvier et février qui ont marqué le début des discussions officielles entre le FMI et les négociateurs libanais s’étaient tenues en parallèle des discussions du Conseil des ministres sur le projet de budget pour 2022. Il s’agissait là de la réactivation d’une première salve de discussions lancée en mai 2020 et stoppée net deux mois plus tard en raison de dissensions côté libanais (l’exécutif d’un côté; les banques, la banque centrale ainsi que certains députés de l’autre) sur l’approche pour calculer et répartir les pertes. Les discussions ont repris sous le gouvernement de Nagib Mikati formé en septembre 2021.

Mais un accord semble encore loin d’être trouvé alors que les législatives de mai approchent à grands pas. Pour l’heure, les responsables libanais n’ont toujours pas bouclé le processus d’adoption du budget – dont le projet finalisé en février par l’exécutif est entre les mains de la commission parlementaire des Finances. Le projet de loi instaurant un contrôle des capitaux, une des réformes spécifiquement demandée par le FMI, a de plus été rejeté par les commissions parlementaires mixtes lundi. Un rejet auquel Nagib Mikati a peu goûté, reprochant à certains de vouloir saboter le travail de son gouvernement. Il avait ainsi appelé les députés et les ministres à coopérer « en faveur de l’intérêt national et non pas personnel, car c’est le pays qui paye le prix ». Préparé par l’équipe de Saadé Chami, il était mercredi entre les mains du Conseil des ministres, qui devait se pencher dessus. Le seul chantier semblant en être à un stade avancé est le plan pour la réforme de l’électricité qui a été finalisé et adopté en deux temps par l’exécutif.

Projet de loi sur le rapatriement des fonds

Enfin au niveau des rendez-vous manqués, la réunion des commissions mixtes, programmée mercredi matin au Parlement, a été reportée « faute de quorum » à mercredi prochain, a annoncé le vice-président de la Chambre, Élie Ferzli. Cette séance devait étudier un projet de réforme consacré au rapatriement des fonds transférés à l’étranger après le 17 octobre 2019, soit au début du mouvement de contestation populaire contre la classe dirigeante considérée comme corrompue. C’est à cette période que les restrictions bancaires illégales se sont généralisées et que certains déposants privilégiés et dirigeants de banques – parfois politiquement exposés – auraient transféré plusieurs milliards de dollars hors du pays.

Le FMI a pour sa part exprimé à plusieurs reprises ces derniers mois que seule la mise en place d’un programme complet de réformes, et non juste des pans, convaincrait ses experts. Or, le plan de redressement global sur lequel les responsables libanais planchent a pour le moment été rejeté par les secteurs bancaire et privé qui militent pour qu’une partie plus importante des pertes soient remboursées en vendant des actifs de l’État.

Seule satisfaction claire, le montant des pertes à répartir a été fixé, notamment après que les audits des comptes de la Banque du Liban commandés à KPMG et Oliver Wyman ont permis de dégager une position conforme aux standards internationaux en matière de comptabilité. Courant mars, Saadé Chami avait souligné que les 69 milliards de pertes cumulées par l’État, la BDL et le secteur bancaire, avaient augmenté depuis, évoquant une fourchette approximative allant entre « 70 et 72 milliards de dollars ».


Une délégation du Fonds monétaire international (FMI) a entamé mercredi, comme attendu une nouvelle mission au Liban, en vue de parvenir à un accord avec le pays frappé par une crise économique majeure. S’exprimant auprès de l’AFP, Saadé Chami a affirmé espérer « qu’un accord préliminaire sera conclu au bout de ces deux semaines de discussions ». Selon nos sources, une...

commentaires (7)

On ne reconstruit pas un pays avec ceux-mêmes qui l’ont détruit !

Wow

12 h 54, le 31 mars 2022

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • On ne reconstruit pas un pays avec ceux-mêmes qui l’ont détruit !

    Wow

    12 h 54, le 31 mars 2022

  • Suffit de bien regarder cette photo = une délégation du FMI discutant avec quelqu'un qui visiblement doit faire des efforts immenses pour comprendre et suivre ! Deux semaines inutiles...c'est clair !!! - Irène Saïd

    Irene Said

    11 h 28, le 31 mars 2022

  • conditions posees par le FMI -chanson qu'on nous ressasse depuis : "réformes budgétaires, restructuration du secteur financier, réforme des institutions et entreprises publiques, renforcement de la gouvernance et mise en place d’un système de change CREDIBLE ! tout est dans ce dernier adjectif -quoique tel qu'imprime laisse croire qu'il s'adresse slt a un systeme de change revu.. MAIS DEVRAIT S'APPLIQUER AUX 4 AUTRES CONDITIONS CI-HAUT. MAIS QUELLES REFORMES? des details EXACTS ET PRECIS le citoyen ne les connait pas. sauf a travers des textes colportes ici ou la, contradictoires,faux, souvent a but d'intox, de desinfo ! ou trouver les VRAIES ET DETAILLEES CONDITIONS POSEES PAR LE FMI ?

    Gaby SIOUFI

    11 h 15, le 31 mars 2022

  • Comment le FMI peut négocier le sauvetage d’une économie avec ceux qui ont volé et pillé le pays. Tous les politiciens des 30 dernières années doivent d’abord être écartés, ensuite être jugés pour leurs méfaits afin de pouvoir repartir sur des bases saines. Ceci dit, les pertes doivent être supportés par ces mêmes voleurs et non pas par ceux qui ont été volés

    Liberté de penser et d’écrire

    10 h 07, le 31 mars 2022

  • Pas fou le FMI, il veut etre rembourse regulierement des sous qu'il va nous PRETER. Il n'y aura donc pas d'accord avec le FMI avant la mise en place de mecanismes severes anti-corruption et la reduction drastique des depenses publiques (salaires des fonctionnaires surnumeraires). Mais, les canailles au pouvoir ne veulent pas renoncer a leurs pots-de-vin et au clientelisme......

    Michel Trad

    20 h 42, le 30 mars 2022

  • L'erreur, c'est que ce fond international traite en général, avec des politiques ou leurs représentants qui sont à l'origine de la crise. Pourquoi ne propose-t-il pas clairement son Programme à l'ensemble de la population lésée ? Rien ne peut se faire malgré nous.

    Esber

    19 h 22, le 30 mars 2022

  • LE FMI VA REPARTIR AVEC LA PROMESSE DE REVENIR LORSQU,UN PROJET COMPLET SERA PRET AVEC TOUTES LES REFORMES REQUISES ET CONDITIONNEES.

    OLJ, FOSSOYEUR DE LA LIBRE EXPRESSION.

    19 h 11, le 30 mars 2022

Retour en haut