Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Ukraine

Des dizaines de morts dans le bombardement d'un site militaire à Mykolaïv


Des dizaines de morts dans le bombardement d'un site militaire à Mykolaïv

Une caserne militaire dévastée par une frappe russe dans le sud de l'Ukraine, à Mykolaïv, le 19 mars 2022. Photo LENT KILIC / AFP

Des dizaines de personnes ont été tuées dans une frappe vendredi contre une caserne militaire dans le sud de l'Ukraine, à Mykolaïv, ont raconté samedi des témoins à l'AFP, alors que les opérations de secours se poursuivent.

"Pas moins de 200 soldats dormaient dans les baraquements", selon Maxime, un militaire de 22 ans interrogé sur place. "Au moins 50 corps ont été extraits, mais on ne sait pas combien il en reste sous les décombres", poursuit le jeune soldat. Evguéniï, un autre militaire sur place, estime que les frappes pourraient avoir fait 100 morts. "Nous continuons à compter mais c'est impossible de savoir vu l'état des corps", a dit un sauveteur interrogé par l'AFP.

Le site qui se trouve dans le nord de cette ville a été complètement dévasté après avoir été frappé par six roquettes vendredi matin. Aucune information sur le bilan n'a été publiée par les autorités ukrainiennes. Les Russes "ont lâchement effectué des frappes de missiles contre des soldats qui dormaient. Une opération de secours se poursuit toujours", s'est borné à déclarer samedi matin le gouverneur régional de Mykolaïv Vitaly Kim dans une vidéo publiée sur Facebook. Mykolaïv et sa région sont le théâtre de violents combats et bombardements russes. La ville est stratégique car elle constitue le dernier verrou avant la grande cité portuaire d'Odessa.


Des dizaines de personnes ont été tuées dans une frappe vendredi contre une caserne militaire dans le sud de l'Ukraine, à Mykolaïv, ont raconté samedi des témoins à l'AFP, alors que les opérations de secours se poursuivent.
"Pas moins de 200 soldats dormaient dans les baraquements", selon Maxime, un militaire de 22 ans interrogé sur place. "Au moins 50 corps ont été extraits, mais...