Rechercher
Rechercher

Économie - Énergie

Elinoil remporte le sixième appel d’offres pour le swap du fuel irakien

Elinoil remporte le sixième appel d’offres pour le swap du fuel irakien

La société grecque Elinoil a remporté le sixième appel d’offres dans le cadre de l’échange de fuel irakien contre du gasoil qui sera utilisé par EDL en février. Photo P.H.B.

La société grecque Elinoil Hellenic Petroleum Company SA a, et pour la seconde fois consécutive, remporté en début de semaine l’appel d’offres qui vise à échanger du fuel irakien que le Liban reçoit dans le cadre d’un accord conclu entre Beyrouth et Bagdad, contre un autre type de carburant.

En fonction de cet accord signé en juillet 2021, l’Irak s’engage à fournir un million de tonnes de fuel en un an au Liban, en contrepartie desquelles ce dernier doit fournir des « services », dans le cadre d’un processus comportant des zones d’ombre. Ces quantités de fuel irakien étant incompatibles avec les centrales d’Électricité (EDL), en raison de leur forte teneur en soufre, sont ensuite échangées chaque mois contre du carburant compatible, via une société tierce à travers des appels d’offres.

Ce dernier appel d’offres, le sixième sur un total de douze prévus, vise à assurer la cargaison de février. La société irakienne SOMO devrait livrer une quantité comprise « entre 75 000 et 83 000 tonnes de fuel », que le Liban récupérera le mois prochain sous la forme « d’environ 50 000 tonnes de gasoil », indique une source au sein du ministère de l’Énergie et de l’Eau. Si le Liban a le choix d’échanger ce fuel contre du fuel grade A, ou grade B, ou du gasoil, c’est la direction d’EDL qui décide chaque mois, en fonction de ses besoins, de la nature du carburant échangé.

Lire aussi

Le courant jordanien acheminé au Liban dans 2 mois,
si le financement est approuvé par la BM

La livraison de gasoil de février sera utilisée dans les centrales de Deir-Ammar (Nord) et de Zahrani (Sud), les seules habilitées à fonctionner au gasoil. Pour ce qui est du calendrier de livraison, la source précise que le Liban est supposé prendre possession de ces quantités entre le 15 et le 20 mars.

Trois autres sociétés étaient en lice pour cet appel d’offres : les émiraties ENOC et Coral Energy, et l’omanaise OQ. Ce sont d’ailleurs ces deux premières sociétés émiraties qui avaient remporté les quatre premiers appels d’offres : ENOC, pour les livraisons de septembre, d’octobre et de décembre, et Coral Energy, pour celle de novembre. L’ancien ministre de l’Énergie Raymond Ghajar, qui avait conclu l’accord côté libanais, avait estimé la valeur du combustible irakien en jeu entre 300 et 400 millions de dollars.


La société grecque Elinoil Hellenic Petroleum Company SA a, et pour la seconde fois consécutive, remporté en début de semaine l’appel d’offres qui vise à échanger du fuel irakien que le Liban reçoit dans le cadre d’un accord conclu entre Beyrouth et Bagdad, contre un autre type de carburant.En fonction de cet accord signé en juillet 2021, l’Irak s’engage à fournir un million...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut