Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Conflits

Attaques meurtrières de l'EI en Syrie et en Irak: plus de 60 morts

"Les évasions et les émeutes dans les prisons ont été un élément central de la résurgence de l'EI en Irak et constituent une menace sérieuse en Syrie aujourd'hui", affirme une analyste.

Des prisonniers suspectés d'appartenir au groupe Etat islamique, le 26 octobre 2019 dans une prison à Hassaké, dans le nord-est de la Syrie. Photo d'archives FADEL SENNA / AFP

Le groupe Etat islamique (EI) a pris d'assaut une prison en Syrie pour libérer des jihadistes et livrer des combats aux forces kurdes contrôlant le centre de détention, des violences qui ont fait plus de 60 morts, a indiqué vendredi une ONG.

En Irak, l'EI a attaqué une base militaire faisant 11 morts, des opérations quasi simultanées qui ont ravivé les craintes d'une résurgence du groupe jihadiste qui avait sévit pendant plusieurs années dans ces deux pays voisins.

Dans un communiqué diffusé par "son agence de presse" Amaq, le groupe jihadiste a revendiqué l'attaque contre la prison de Ghwayran à Hassaké, une ville située dans la région que contrôlent les forces kurdes en Syrie. L'EI a précisé que l'objectif de cette attaque était "de libérer les prisonniers". Des combats intenses opposaient toujours vendredi en début de soirée les forces kurdes aux combattants de l'EI dans le centre de détention et autour. L'EI a lancé un assaut dans la nuit de jeudi à vendredi contre cette prison abritant des milliers de jihadistes présumés de l'EI, a affirmé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Au moins 23 membres des forces de sécurité kurdes et près de 40 membres de l'EI ont été tués lors des combats, a précisé l'OSDH, qui dispose d'un vaste réseau de sources en Syrie.

L'ONG a indiqué qu'une "dizaine de prisonniers avait réussi à s'enfuir", estimant qu'il s'agissait de l'attaque la plus importante depuis que l'EI a été vaincu en 2019 en Syrie lorsqu'il avait été chassé de son dernier fief dans l'Est.

En Irak, les jihadistes ont tué 11 soldats de l'armée irakienne lors d'une attaque nocturne menée contre leur base dans la province de Diyala (est), selon un haut responsable militaire. Il s'agit de l'une des opérations les plus meurtrières depuis plusieurs semaines. La France a condamné "avec la plus grande fermeté" cette attaque, a affirmé la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Anne-Claire Legendre.



Lire aussi

Pour entrer dans les zones kurdes en Syrie, les déplacés arabes doivent montrer patte blanche


"Résurgence de l'EI"

En Syrie, les combattants de l'EI se sont retranchés dans des maisons à proximité de la prison, utilisant parfois les résidents comme boucliers humains, ont indiqué les Forces démocratiques syriennes (FDS), dominées par des combattants kurdes, précisant qu'au moins cinq civils avaient été tués dans les combats.

Les forces kurdes tentent de reprendre le contrôle total du quartier et traquent les prisonniers en fuite, selon la même source. Dans un communiqué, les FDS ont dit avoir arrêté 89 prisonniers qui avaient tenté de s'enfuir.

La prison de Ghwayran abrite quelques 3.500 membres présumés de l'EI parmi lesquels des dirigeants du groupe, selon l'OSDH. La coalition internationale, dirigée par Washington et formée pour combattre l'EI, a confirmé l'attaque et ajouté que les FDS avaient subi des pertes, sans préciser le nombre de victimes.

L'EI "reste une menace existentielle en Syrie et ne peut être autorisé à se régénérer", a déclaré la coalition. "Les évasions et les émeutes dans les prisons ont été un élément central de la résurgence de l'EI en Irak et constituent une menace sérieuse en Syrie aujourd'hui", a déclaré Dareen Khalifa, analyste à l'International Crisis Group.

Elle a souligné que de nombreuses prisons dans les zones syriennes contrôlées par les Kurdes, où une grande partie de l'ancienne "armée" de l'EI est détenue, étaient à l'origine des écoles et donc mal adaptées pour garder des détenus pour de longues périodes. Selon les autorités kurdes, qui contrôlent de vastes zones du nord de la Syrie, quelque 12.000 jihadistes de plus de 50 nationalités sont détenus dans les prisons sous leur contrôle.

En Irak, les autorités ont proclamé la "victoire" contre l'EI fin 2017. Mais si les jihadistes n'occupent plus de pans entiers du territoire irakien, des cellules continuent à attaquer ponctuellement villageois et forces armées.

Déclenchée en mars 2011 par la répression de manifestations prodémocratie, la guerre en Syrie s'est complexifiée au fil des ans avec l'implication de puissances régionales et internationales et la montée en puissance des jihadistes.


Le groupe Etat islamique (EI) a pris d'assaut une prison en Syrie pour libérer des jihadistes et livrer des combats aux forces kurdes contrôlant le centre de détention, des violences qui ont fait plus de 60 morts, a indiqué vendredi une ONG.En Irak, l'EI a attaqué une base militaire faisant 11 morts, des opérations quasi simultanées qui ont ravivé les craintes d'une résurgence du groupe...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut