Rechercher
Rechercher

Économie - Consommation

Baisse du taux de change : les prix s’adaptent en ordre dispersé

Baisse du taux de change : les prix s’adaptent en ordre dispersé

Des affichettes retraçant les dernières baisses de prix de certains produits dans un supermarché. Photo syndicat des propriétaires de supermarchés.

La baisse spectaculaire du taux dollar/livre sur le marché, dans le sillage du pic record à 33 000 livres enregistré la semaine dernière, est globalement répercutée par les commerçants, mais en ordre dispersé. C’est ce qu’ont indiqué hier à L’Orient-Le Jour les syndicats représentant respectivement les importateurs et les propriétaires de supermarchés, au cours d’une journée où le taux de change est resté plutôt stable, aux environs de 25 000 livres pour un dollar (selon le site lirarate.org), soit un niveau légèrement supérieur à celui affiché dimanche.

Lire aussi

Les prix des denrées alimentaires ont commencé à diminuer parallèlement à la hausse de la livre, selon les importateurs

Si les causes de la baisse du taux restent floues – ou du moins, n’ont toujours pas été clairement expliquées par les autorités –, ses retombées sur les prix sont attendues avec impatience par des Libanais fatigués par plus de deux ans d’une crise marquée par une dépréciation de leur monnaie de l’ordre de près de 94 % hier, des restrictions bancaires illégales et plus de 200 % d’inflation à fin novembre, selon les derniers chiffres officiels.

Biens de consommation, carburants et générateurs

Dans un communiqué relayé par l’Agence nationale d’information (ANI, officielle), le syndicat des importateurs de produits alimentaires a assuré que ses membres avaient « commencé à introduire de nouvelles grilles de prix » pour répercuter la baisse du taux, tout en espérant une pérennisation de cette nouvelle donne. Selon son président, Hani Bohsali, le seuil de « 28 000 livres pour un dollar a été fixé dans un premier temps comme seuil maximum à ne pas dépasser par les acteurs de la filière pour calculer leurs prix en livres à partir de ceux en dollars ». Il affirme comprendre les clients qui critiquent le fait que « les prix s’ajustent plus rapidement au taux lorsqu’il augmente que lorsqu’il baisse », mais les appellent à tenir compte d’un certain décalage lié aux délais d’approvisionnement des grossistes et détaillants par les importateurs. Hani Bohsali indique enfin que la fréquence et l’ampleur auxquelles les prix seront ajustés dépendra de l’ampleur de la variation du taux dollar/livre. « Si les variations sont minimes, les prix ne varieront pas et inversement », résume-t-il.

Nabil Fahed, qui préside le syndicat des supermarchés, assure que certaines enseignes – dont la sienne –ont commencé à baisser les prix dès vendredi et ont procédé à un nouvel ajustement hier. « Notre chaîne de supermarchés, qui possède sa centrale d’importation, a directement ajusté les prix de nombreux biens de première nécessité. D’autres enseignes ont fait de même ou sont en train de suivre », poursuit-il. En se basant sur la variation entre le pic de 33 000 et la moyenne de 25 000 livres affichée hier, les prix en livres devraient ainsi baisser de 24 %, à prix en dollars constants. Rappelant que les commerçants tiennent également compte de leurs coûts de remplacement pour fixer leurs prix, il précise que ceux des produits commandés moins fréquemment mettront logiquement plus de temps à être ajustés.

Lire aussi

Le taux dollar/livre glisse sous le seuil de 24 000 LL dans l’opacité la plus complète

La baisse du taux depuis vendredi (il oscillait alors entre 27 000 et 28 000 livres pour un dollar) pourrait enfin pousser le ministère de l’Énergie et de l’Eau à réduire une nouvelle fois les prix des carburants – essence, mazout, gaz. Ces derniers ont déjà été ajustés à la baisse à deux reprises vendredi dernier par le ministère de l’Énergie dans des proportions allant de 2,3 % à 11,5 % et en attendant un nouvel ajustement aujourd’hui. Selon le syndicat des propriétaires de stations-service, le ministère de l’Énergie envisage bien de modifier les prix de manière quasi quotidienne pour coller aux fluctuations du taux, comme l’avait indiqué vendredi dernier à L’Orient-Le Jour une source au ministère, mais serait en train de travailler sur une interface en ligne pour les diffuser, selon les informations du porte-parole du syndicat Georges Brax. Le représentant des distributeurs de carburant, Fadi Abou Chacra, a pour sa part confirmé hier à l’ANI que les prix des carburants devraient baisser.

Une des inconnues qui subsiste concerne les tarifs des générateurs privés, auxquels les Libanais s’abonnent pour avoir du courant pendant les coupures d’Électricité du Liban. Les tarifs au kilowattheure et autres frais sont fixés chaque mois par le ministère de l’Énergie, mais une partie des exploitants se plaint régulièrement du fait que ce système ne tienne pas suffisamment compte des variations des prix du carburant qui surviennent entre deux tarifications. Le sujet a été abordé hier lors d’une réunion entre le ministre de l’Énergie, Walid Fayad, et celui de l’Économie et du Commerce, Amine Salam, dont l’une des missions assurées par son ministère consiste à contrôler les prix affichés par les commerçants et les propriétaires de générateurs. Les deux hommes se sont engagés à travailler sur un nouveau système absorbant au mieux les frais de ces derniers.


La baisse spectaculaire du taux dollar/livre sur le marché, dans le sillage du pic record à 33 000 livres enregistré la semaine dernière, est globalement répercutée par les commerçants, mais en ordre dispersé. C’est ce qu’ont indiqué hier à L’Orient-Le Jour les syndicats représentant respectivement les importateurs et les propriétaires de supermarchés, au cours d’une...

commentaires (1)

alors mr salam notre cher ministre don quichotte du 21e siecle qui n'a pas appris sa lecon ? ! obliger les prestateurs de generateurs prives a installer des compteurs a leurs clients avec force publicite c'est devenu quoi, encore du vent hein ?

Gaby SIOUFI

10 h 01, le 18 janvier 2022

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • alors mr salam notre cher ministre don quichotte du 21e siecle qui n'a pas appris sa lecon ? ! obliger les prestateurs de generateurs prives a installer des compteurs a leurs clients avec force publicite c'est devenu quoi, encore du vent hein ?

    Gaby SIOUFI

    10 h 01, le 18 janvier 2022

Retour en haut