Rechercher
Rechercher

Politique - Conflit

Pour Riyad, le Hezbollah est une "menace à la sécurité" régionale

Boukhari appelle le gouvernement libanais à "arrêter les activités politiques, militaires, sécuritaires et médiatiques qui portent atteinte à la souveraineté du royaume et des pays du Golfe (...) en provenance du Liban".

L'ambassadeur d'Arabie saoudite au Liban, Walid Boukhari. Photo ANI

L'ambassadeur d'Arabie saoudite au Liban, Walid Boukhari, a affirmé jeudi que le Hezbollah représente "une menace à la sécurité" régionale, des accusations qui risquent de peser davantage sur les relations déjà tendues entre Beyrouth et Riyad, bête noire du parti pro-iranien. Ces propos interviennent quelques jours après que le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, avait qualifié le royaume saoudien de "terroriste" et accusé de "tenir en otage les Libanais résidant dans le Golfe". Des propos virulents qui avaient poussé le Premier ministre, Nagib Mikati, et le chef de l'Etat, Michel Aoun, à se démarquer de sa position, au moment où Beyrouth tente de résorber la crise diplomatique avec les pays du Golfe, Arabie saoudite en tête. 

"Hégémonie du Hezbollah"

Riyad espère que les partis politiques (libanais) feront de l'intérêt suprême de leur pays leur priorité (...) et qu'ils mettront fin à l'hégémonie du Hezbollah sur tous les aspects de l'Etat", a plaidé M. Boukhari dans un communiqué transmis à l'AFP. "Les activités terroristes du Hezbollah et ses actions militaires dans la région menacent la sécurité nationale des pays arabes", a-t-il ajouté. L'ambassadeur a également appelé le gouvernement libanais à "arrêter les activités politiques, militaires, sécuritaires et médiatiques qui portent atteinte à la souveraineté du royaume et des pays du Golfe, à leur sécurité et leur stabilité et qui sont en provenance du Liban".

Fin octobre, le royaume avait rappelé son ambassadeur à Beyrouth et expulsé l'ambassadeur libanais après des déclarations d'un ministre au Liban critiquant l'intervention de la coalition militaire au Yémen. Deux jours après, le chef de la diplomatie saoudienne Fayçal ben Farhan déclarait que le problème allait bien "au-delà des simples commentaires d'un ministre", dénonçant "l'hégémonie du Hezbollah sur le Liban". La coalition menée par Riyad au Yémen a également accusé le Hezbollah d'aider les houthis à lancer des attaquer sur le royaume, une allégation rejetée par la formation libanaise. L'Arabie saoudite accuse depuis longtemps l'Iran de fournir des armes aux houthis et le Hezbollah de former les insurgés. Si Téhéran reconnaît son soutien politique aux rebelles, il dément leur fournir des armes. Et dans une énième revendication du Golfe, le roi saoudien Salmane ben Abdelaziz avait appelé fin décembre les autorités libanaises à "stopper la mainmise du Hezbollah terroriste sur l'Etat".

Lire aussi

Nasrallah à Bassil : Nous sommes prêts à développer l'entente de Mar Mikhaël

Réponse "décisive" du Hezbollah
Autant de déclarations auxquelles le Hezbollah a répondu dans le courant de la semaine écoulée. Lundi, le chef du parti pro-iranien, Hassan Nasrallah, avait rétorqué en qualifiant le roi Salmane d'être lui-même un "terroriste", accusant Riyad de propager une idéologie extrémiste au Moyen-Orient. Des propos dont Michel Aoun et Nagib Mikati avaient tenu à se démarquer.

Et jeudi soir, le numéro deux du Hezbollah, le cheikh Naïm Kassem, a lancé une nouvelle charge contre le royaume wahhabite. "La réponse du Hezbollah aux accusations saoudiennes sera décisive", a lancé le numéro deux du Hezbollah, accusant le roi saoudien de "tuer ceux qui ne sont pas du même avis que lui, attaquer ses voisins et normaliser ses relations avec Israël".

Ces échanges d'accusation interviennent alors que les tensions sont à leur comble entre le parti pro-iranien et le royaume saoudien, malgré l'annonce, jusque là non-concrétisée, d'un relâchement, qui avait suivi une réunion à Djeddah entre le président français, Emmanuel Macron, étroitement impliqué dans le dossier libanais, et le prince héritier saoudien Mohammad ben Salmane, au cours de laquelle les deux hommes avaient appelé Nagib Mikati. Une initiative franco-saoudienne en faveur du Liban, comprenant notamment la création d’un "mécanisme de soutien humanitaire franco-saoudien" qui serait financé par Riyad et d’autres pays du Golfe, avait été annoncée en plus d’un engagement sur la restauration des relations entre Beyrouth et le royaume. La France et l'Arabie avaient toutefois conditionné le rétablissement des relations à "la nécessité de limiter la possession d’armes aux institutions légales de l’État", une allusion au Hezbollah, seul parti libanais à avoir conservé ses armes après la fin de la guerre civile libanaise en 1990. Ces développements n'ont toutefois pas encore donné de résultats concrets.

L'ambassadeur d'Arabie saoudite au Liban, Walid Boukhari, a affirmé jeudi que le Hezbollah représente "une menace à la sécurité" régionale, des accusations qui risquent de peser davantage sur les relations déjà tendues entre Beyrouth et Riyad, bête noire du parti pro-iranien. Ces propos interviennent quelques jours après que le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, avait...
commentaires (10)

Daesh et Hezbollah 2 groupes terroristes. Hezbollah Pire que Daesh

Eleni Caridopoulou

19 h 27, le 07 janvier 2022

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • Daesh et Hezbollah 2 groupes terroristes. Hezbollah Pire que Daesh

    Eleni Caridopoulou

    19 h 27, le 07 janvier 2022

  • No kidding ! Dans ce cas, aidez-nous à les neutraliser plutôt que de nous sermonner. Nous devons rapidement mettre le pays sous tutelle de l’ONU avec l’aide de la France sans plus tarder.

    Wow

    14 h 24, le 07 janvier 2022

  • Hassan Nasrallah, Naïm Kassem...sortis de la même usine qui fabrique des êtres obtus, ignorants...mais agressifs envers tout ce qui ne leur convient pas ! Ils sont persuadés de détenir la seule vérité, donc qu'il faut éliminer tous ceux qui ne l'appliquent pas...Pour eux, DIEU n'est qu'une marchandise qu'ils utilisent selon leurs besoins du moment ! D'ailleurs...il suffit de voir l'expression de leur visage pour tout comprendre ! - Irène Saïd

    Irene Said

    10 h 25, le 07 janvier 2022

  • Et l'Arabie Saoudite elle c'est la réincarnation de la sécurité, de la tolérance, des droits humains, de la cohabitation, du non radicalisme. Rien à reprocher aux saoudiens ils ont tant aidé les autres. Exemple le Yémen, grâce à eux le pays se porte à merveille et est l'un des plus développés au monde. Boukhari le guignol critique le Hezbollah qui est une composante politique importante et fais partie de l'état libanais, IL N'Y A AUCUN PROBLÈME et ses sbires au Liban applaudissent. Georges Cordahi critique une guerre meurtrière et ce avant d'avoir un poste officiel, IL Y A CRISE DIPLOMATIQUE. Deux poids deux mesures.

    Zorkot Mohamed

    09 h 59, le 07 janvier 2022

  • LE HEZBOLLAH MENACE A LA SECURITE REGIONALE DIT WALID BOUKHARI. EH BIEN, SANS AUCUN DOUTE. MAIS POUR LE LIBAN CES MERCENAIRES IRANIENS SONT UN DANGER MORTEL. C,EST LE PARTI DU DIABLE. LE DIABLE MEME. BELZEBUTH PERSONNALISE.

    LA LIBRE EXPRESSION

    08 h 51, le 07 janvier 2022

  • "La réponse du Hezbollah aux accusations saoudiennes sera décisive" …elle viendra quand ? C’est incroyable cette gesticulation permanente et ces menaces verbales. Leur vocabulaire est extrêmement limité comme leur…

    Karam Georges

    08 h 17, le 07 janvier 2022

  • Lundi soir, dans un discours, Hassan Nasrallah, a qualifié le roi Salmane d'Arabie saoudite de "terroriste" On pourrait lui faire remarquer que ce problème n’est pas le notre… Domaine qu’il maitrise à merveille, si l’on repense aux attentats de Beyrouth en 1963 contre les contingents de la force multinationale de Beyrouth, et que dirait on de l’attentat de Buenos Aires en 1994, un mandat d’arrêt avait, par ailleurs, été émis contre le ministre de la défense iranienne Vahidi donneur d’ordre du hezbollah. Malheureusement ce parti pense qu’il faut distinguer le terrorisme et la résistance, même en assassinant Samir Kassir et Gibran Tuéni, sans compter les nombreuses autres personnalités politiques locales qui ont survécu… Ce parti s’inspire d’une nébuleuse islamique liée à une inspiration iranienne, couvert en cela par la complicité de nos dirigeants locaux, quand notamment Mikati déclare qu’ils font partie intégrante du gouvernement . Il n’y a que la France et l’Espagne qui ont choisi de n’inscrire que le branche armée du hezbollah en tant qu’organisations terroristes . Localement, le parti de dieu se refait une virginité en repensant ses accords avec le cpl prêt à toutes les compromissions pour regagner la confiance de son public et tacher de remettre bassil sur les rails…

    C…

    07 h 22, le 07 janvier 2022

  • Il n'y a malheureusement que trop de dictionnaires sur terre

    KASSIR Mounir

    06 h 36, le 07 janvier 2022

  • Quoique vous fassiez, vous les enturbannés intégristes, islamistes du parti à allégeance iranienne… le libanais privilégiera la culture de la vie… de la joie… de l’amour.. de la paix.. même du rire et sourire… ces choses qui vous sont étrangères… vous, toujours vêtus de noir… le visage fermé… revêche… jamais de rires.. aucun humour… la culture de la mort.. ( cad selon vous vous « du martyr ») , la haine, la détestation… vous détestez presque tout le monde. Les familles libanaises envoient leurs enfants étudier ou travailler en Europe, Amérique, pays arabes… le tourisme c’est là-bas aussi ( entre autres) … vous voulez nous isoler et nous couper de ces pays?? Ces pays qui apportent culture , instructions, boulot? Non mais… voyez vous dans la glace!!! Et voyez les libanais… on ne se ressemble pas !!! On n’a RIEN en commun… vous les intégristes et nous les libanais parlant 3 , 4 ou 5 langues grâce à cette culture que nous voulons protéger… ces relations ancestrales que nous avons héritées et que nous voulons transmettre aux futures générations… SURTOUT PAS VOTRE IMAGE ET VOTRE IDÉOLOGIE !!!!

    LE FRANCOPHONE

    00 h 54, le 07 janvier 2022

  • Bravo Excellence. Voilà qui est bien dit. Le Hezbollah est une menace pour la sécurité régionale , et il faut en finir !

    LeRougeEtLeNoir

    00 h 00, le 07 janvier 2022

Retour en haut