Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Liban

Taux des lollars : Bassil dénonce les "circulaires infernales" de la BDL

Taux des lollars : Bassil dénonce les

Le chef du Courant patriotique libre, le député libanais Gebran Bassil. Photo d'archives AFP

Le chef du Courant patriotique libre (CPL, aouniste) Gebran Bassil a accusé vendredi dans un tweet les "responsables financiers" au Liban d'être à l'origine de "la faillite du pays et de l'appauvrissement de la population", dénonçant la "circulaire infernale" publiée la veille par la Banque du Liban concernant la hausse du taux de retrait des dollars bancaires ou "lollars". 

"Le jeu est désormais clair. La classe politique décide et son responsable financier exécute", a twitté M. Bassil. "C'est ce qu'il s'est passé avec la levée des subventions, l'audit juricomptable, les transferts de fonds... et maintenant avec les circulaires infernales et le taux du dollar", a-t-il poursuivi, en allusion tour à tour aux subventions pour les importations de certaines denrées, accordées depuis le début de la crise en 2019 et qui ont été supprimées sans alternative et à l'audit de la banque centrale, qui fait l'objet de nombreuses entraves. "

"Le pays ne peut pas être sauvé si ses responsables financiers mènent le complot de la faillite et de l'appauvrissement du peuple. En leur présence, il n'y aura pas de solution", a-t-il ajouté. 

Jeudi, la Banque du Liban avait décidé de relever le taux de retrait du dollar bancaire, "lollar" ou "dollar libanais", sur les comptes de 3.900 à 8.000 livres libanaises. Si cette mesure semble favoriser les petits épargnants en dollars à court terme, le nouveau taux équivaut en fait à reconnaître la dévaluation de la livre. Une décision qui a eu un impact immédiat sur le marché parallèle, qui sert de référence à la fixation de la plupart des prix, où la monnaie nationale a atteint le triste record de 26.000 LL dans l'après-midi, ce qui devrait entraîner une augmentation des prix des biens et des services. La livre a déjà perdu plus de 90% de sa valeur sur le marché depuis 2019.

Gebran Bassil s'en prend régulièrement au gouverneur de la banque centrale Riad Salamé, dont il a demandé à plusieurs reprises le limogeage, l'accusant d'être responsable de la crise économique et financière dans le pays.


Le chef du Courant patriotique libre (CPL, aouniste) Gebran Bassil a accusé vendredi dans un tweet les "responsables financiers" au Liban d'être à l'origine de "la faillite du pays et de l'appauvrissement de la population", dénonçant la "circulaire infernale" publiée la veille par la Banque du Liban concernant la hausse du taux de retrait des dollars bancaires ou "lollars". "Le jeu...