Rechercher
Rechercher

Économie - Consommation

Les prix des carburants une nouvelle fois revus à la baisse

Les prix des carburants au Liban ont une nouvelle fois été revus à la baisse hier, selon des chiffres désormais bihebdomadaires publiés par le ministère de l’Énergie et de l’Eau. Cette diminution des prix est principalement due à la baisse du taux de change de la livre libanaise sur le marché parallèle et à celle des tarifs mondiaux du baril de pétrole.

Selon la nouvelle tarification, le bidon d’essence à 95 octane se vend désormais à 302 600 livres contre 315 000 livres vendredi dernier, soit une baisse de 12 400 livres. Le prix des 20 litres d’essence à 98 octane, produit quasi introuvable sur le marché libanais depuis des mois, a diminué de 12 400 livres et il est passé à 312 800 livres. Celui des 20 litres de mazout, affiché à 315 000 livres la semaine dernière, a baissé de 15 000 livres, passant à 300 000 livres. Enfin, la bonbonne de gaz qui coûtait 272 700 livres se monnaie depuis hier à 262 500 livres après une baisse de 10 200 livres.

Dans un entretien accordé hier à l’Agence nationale d’information (ANI, officielle), le représentant des distributeurs de carburant, Fadi Abou Chakra, a espéré que le bidon d’essence se vendra bientôt « à moins de 300 000 livres au vu de la baisse du cours du baril de pétrole sur le marché mondial et du taux de change du dollar au Liban ».

La livre libanaise, qui avait atteint un triste record de dépréciation il y a près de deux semaines, s’échangeant à plus de 25 000 livres contre un billet vert, se vendait ces derniers jours aux alentours de 23 000 livres le dollar. Fadi Abou Chakra a une nouvelle fois déploré le fait que la hausse des tarifs des carburants ait forcé la demande à la baisse de « 50 % ». Il a dans ce contexte appelé le ministre de l’Énergie, Walid Fayad, à « augmenter la marge de profit des stations-service et des distributeurs parce qu’ils doivent constamment supporter les conséquences de la crise malgré leurs grandes dépenses ».

Les subventions sur le carburant ont été totalement supprimées il y a quelques semaines, poussant les tarifs des combustibles à des sommets jamais atteints. Par ailleurs, à la suite d’une modification du mécanisme d’apport de devises par la Banque du Liban aux importateurs de carburant, ces derniers doivent désormais se procurer 10 % des dollars de la facture en les achetant sur le marché parallèle au taux en vigueur, alors que le taux officiel demeure fixé à 1 505,7 livres. Le porte-parole du syndicat des propriétaires de stations-service Georges Brax a précisé pour sa part que ces « 10 % avaient été calculés sur base d’un taux de 23 240 livres » le dollar, tandis que les 90 % restants sont toujours fournis par la banque centrale à un taux fixé à 20 400 livres.


Les prix des carburants au Liban ont une nouvelle fois été revus à la baisse hier, selon des chiffres désormais bihebdomadaires publiés par le ministère de l’Énergie et de l’Eau. Cette diminution des prix est principalement due à la baisse du taux de change de la livre libanaise sur le marché parallèle et à celle des tarifs mondiaux du baril de pétrole.Selon la nouvelle...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut