Rechercher
Rechercher

Société - Syndicats

Elyssar Kobeïssi, candidate du Rassemblement alternatif de la presse

À la veille des élections de l’ordre des rédacteurs qui se déroulent aujourd’hui au siège de la Confédération générale des travailleurs du Liban (CGTL), le Rassemblement du syndicat alternatif de la presse a annoncé hier sa candidate au conseil de l’ordre. Il s’agit de la journaliste Elyssar Kobeïssi. Ce rassemblement est né dans la foulée du mouvement de contestation du 17 octobre et prône de profondes réformes au sein de l’ordre, à commencer par un contrôle du scrutin aujourd’hui.

« J’ai présenté ma candidature afin de préserver notre droit à surveiller ces élections à l’ordre des rédacteurs dont je suis membre, a déclaré la candidate au cours de la conférence de presse. Les précédents scrutins avaient été entachés d’irrégularités, et l’actuelle échéance ne fait pas exception. » Rappelant que le vote est un droit des journalistes et non une faveur qu’on leur fait, elle déclare avoir elle-même fait les frais de ce qu’elle décrit comme étant une mentalité dominante au sein de cet organisme. Elle raconte ainsi que sa première tentative pour présenter sa candidature s’est heurtée à un refus et à une attitude condescendante. « On m’a dit que je n’avais pas froid aux yeux pour présenter ainsi ma candidature ! Je leur ai rétorqué que je ne craignais rien et que je me présentais aux élections afin de dévoiler leurs infractions. »

Face à ce premier refus, la journaliste a eu recours à un procédé judiciaire, envoyant sa demande de candidature par le biais d’un notaire. « J’ai alors reçu une réponse quasi menaçante, me mettant en garde contre toute aventure judiciaire », affirme-t-elle.

Elyssar Kobeïssi enchaîne avec deux autres refus qu’elle a essuyés, l’un à sa demande de contrôle du scrutin par une instance neutre, l’autre lorsqu’elle a voulu annoncer sa candidature dans les locaux de l’ordre.

La position du rassemblement a été exposée hier par sa coordinatrice, la journaliste Elsy Moufarrej. Elle a qualifié les élections de l’ordre de « comédie », étant donné que c’est le président de l’ordre, lui-même candidat à sa propre succession, qui assume le rôle de principal contrôleur. Elle a déploré que l’affiliation à l’ordre « soit soumise aux règles du clientélisme et du partage du gâteau », et que cette instance se soit révélée incapable de protéger les journalistes, nombreux à avoir été licenciés ou spoliés de leurs droits ces dernières années. Énumérant les raisons pour lesquelles cet organisme « ne représente pas la majorité des journalistes », Elsy Moufarrej a annoncé « le début de la lutte pour la libération de l’ordre », qu’elle considère jusque-là comme un « outil des partis au pouvoir ».


À la veille des élections de l’ordre des rédacteurs qui se déroulent aujourd’hui au siège de la Confédération générale des travailleurs du Liban (CGTL), le Rassemblement du syndicat alternatif de la presse a annoncé hier sa candidate au conseil de l’ordre. Il s’agit de la journaliste Elyssar Kobeïssi. Ce rassemblement est né dans la foulée du mouvement de contestation du 17...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut