Rechercher
Rechercher

Économie - Finances publiques

La baisse du déficit public s’accentue à fin avril

Les avances du Trésor à EDL, en baisse de 33,57 %, représentent 6,47 % du total des dépenses publiques sur cette période.

La baisse du déficit public s’accentue à fin avril

À quelques pas d’une possible reprise des discussions entre le Liban et le Fonds monétaire international (FMI), annoncée au courant du mois par la partie libanaise et confirmée – sans calendrier – par l’organisation internationale, le ministère des Finances accélère la publication des comptes de l’État, alors que le processus accuse généralement plusieurs mois de retard par rapport à des délais pouvant être considérés comme raisonnables.

Et sans trop de surprise, c’est bien l’accélération de la baisse du déficit public, suite au rabotage tous azimuts des dépenses publiques aux dépens des besoins de la population et des infrastructures du pays dans un État dysfonctionnel, qui caractérise cette dernière mise à jour publiée hier et qui englobe les 4 premiers mois de 2021.


Ainsi, selon les chiffres du ministère des Finances, le déficit public a atteint 992,99 milliards de livres à fin février (soit 658,7 millions de dollars au taux officiel de 1 507,5 livres pour un dollar), en baisse de 62,38 % par rapport aux 2 639,65 milliards de livres atteints sur la même période un an plus tôt (1,75 milliard de dollars). La baisse était déjà de 50 % en mars, soit déjà plus qu’en février (44 %) et janvier (près de 27 %). La tendance pour 2021 est en outre similaire à celle enregistrée à la fin de l’exercice 2020, avec un repli de plus de 53 %.

Forte baisse du déficit primaire

Pour en revenir à 2021, le déficit public a représenté 16,61 % des dépenses publiques totales à fin avril, qui ont atteint de leur côté 5 976,84 milliards de livres (3,96 milliards de dollars). Ces dépenses sont en baisse de 23,47 % en un an. Les avances du Trésor à Électricité du Liban (EDL) ont baissé de 33,57 % à fin avril 2021 pour atteindre 387,13 milliards de livres (256,8 millions de dollars). Elles représentent en outre 6,47 % des dépenses publiques sur les quatre premiers mois de 2021.


L’avant-projet de budget pour 2021 – toujours pas adopté – tout comme le budget 2020 a réservé 1 500 milliards de livres (environ 1 milliard de dollars) en tant qu’avances du Trésor à EDL pour lui permettre de financer ses achats de carburant (les tarifs d’électricité étant gelés depuis le milieu des années 1990). Cette enveloppe est en nette baisse (-40 %) par rapport à celle incluse dans le budget pour 2019. Toutefois, en raison des nombreux problèmes de liquidités de l’État en devises, EDL n’a pas reçu assez d’avances de la part du Trésor pour acheter son carburant. En juin dernier, le Liban a commencé à plancher sur la loi de budget 2022, selon l’ancien ministre des Finances Ghazi Wazni, mais rien n’a été annoncé depuis.

La baisse des dépenses publiques est en partie liée à celle des « dépenses générales ». Celles-ci sont en baisse de 14,83 % à 4 336,08 milliards de livres (2,88 milliards de dollars), alors que les recettes de l’État ont, elles, augmenté de 5,13 % sur la même période, à 4 983,85 milliards de livres (près de 3,31 milliards de dollars) ; celles-ci étaient en légère hausse à mars en glissement annuel (1,81 %), et en baisse de 23,42 % à février. Les recettes fiscales connaissent une baisse (10,73 % sur la même période à 3 669,24 milliards de livres, ou 2,43 milliard de dollars), tandis que les revenus du secteur des télécoms affichent une augmentation de 184,76 % par rapport à la même période l’an dernier pour atteindre 569,52 milliards de livres (soit 377,79 millions de dollars).


Le déficit primaire (sans compter le service de la dette) s’est élevé à 12,77 milliards de livres (soit 8,47 millions de dollars), alors qu’il était de 898,84 milliards de livres (soit 596,24 millions de dollars) sur les quatre premiers mois de 2020, constituant une baisse de 98,58 %. En avril 2021, le paiement des intérêts (de la dette en livres et en devises) s’est élevé à 927,27 milliards de livres (615,15 millions de dollars) et celui du principal en devises a atteint 52,98 milliards de livres (35,14 millions de dollars), soit un total de 980,25 milliards de livres (650,25 millions de dollars). Cela représente 16,4 % des dépenses publiques, alors que ce pourcentage était de 23,59 % à fin avril 2020 (1 740,81 milliards de livres, soit 1,15 milliard de dollars). Le Liban a fait défaut sur sa dette en devises en mars 2020 sans l’avoir restructurée.

Pour mémoire

Le déficit public libanais en baisse de 50 % au premier trimestre

L’histoire récente des finances publiques libanaises est particulièrement chaotique en raison des tensions politiques ainsi que des importants problèmes de gouvernance et de corruption qui règnent au sommet de l’État. Après avoir passé 12 ans sans voter de loi de finances, entre 2005 et 2017, le pays a adopté quatre budgets prévisionnels, en dépassant à chaque fois le calendrier constitutionnel. Pour ne rien arranger, les responsables n’ont pas non plus réussi à respecter pendant cette période les objectifs qu’ils s’étaient fixés. La loi de finances de 2021 est, elle, restée au stade de l’avant-projet, tandis que le nouveau gouvernement formé par Nagib Mikati le 10 septembre, soit 13 mois après la démission de celui de Hassane Diab, n’a pas fourni de calendrier précis concernant celle de 2022.


À quelques pas d’une possible reprise des discussions entre le Liban et le Fonds monétaire international (FMI), annoncée au courant du mois par la partie libanaise et confirmée – sans calendrier – par l’organisation internationale, le ministère des Finances accélère la publication des comptes de l’État, alors que le processus accuse généralement plusieurs mois de retard par...

commentaires (2)

ÈT SI ON CALCULAIT CES CHIFFRES A BASE DE 20400 LL POUR UN DOLLAR CE QUI PREVAUT SUR LE MARCHE ET QUI AFFECTE TOUT DANDS LA VIE DES GENS DU PAIN ET JUSQU,A LA BENZINE. PERSONNE NE GOBERA VOS CHIFFRES CALCULES A BASE DE 1500 LL POUR UN DOLLAR. PERSONNE N,EST CON POUR GOBER VOS INEPTIES.

CENSURE + CARENCE + BOURDES = FUITE DES ABONNES.

11 h 05, le 27 octobre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • ÈT SI ON CALCULAIT CES CHIFFRES A BASE DE 20400 LL POUR UN DOLLAR CE QUI PREVAUT SUR LE MARCHE ET QUI AFFECTE TOUT DANDS LA VIE DES GENS DU PAIN ET JUSQU,A LA BENZINE. PERSONNE NE GOBERA VOS CHIFFRES CALCULES A BASE DE 1500 LL POUR UN DOLLAR. PERSONNE N,EST CON POUR GOBER VOS INEPTIES.

    CENSURE + CARENCE + BOURDES = FUITE DES ABONNES.

    11 h 05, le 27 octobre 2021

  • DES CHIFFRES ET DES PAROLES ...

    CENSURE + CARENCE + BOURDES = FUITE DES ABONNES.

    06 h 45, le 27 octobre 2021

Retour en haut