Rechercher
Rechercher

Économie

Le déficit public libanais en baisse de 50 % au premier trimestre

Le déficit public libanais en baisse de 50 % au premier trimestre

50% : C’est la baisse du déficit public enregistrée lors du premier trimestre de cette année. Ce dernier a atteint 1 243,02 milliards de livres à fin mars (soit 824,55 millions de dollars au taux officiel de 1 507,5 livres pour un dollar), contre 2 494,96 milliards de livres atteint sur la même période un an plus tôt (1,65 milliard de dollars).

Le déficit représente 26,67 % des dépenses publiques totales sur le même exercice, qui ont atteint de leur côté 4 661,21 milliards de livres (3,09 milliards de dollars). Ces dépenses sont en baisse de 20,35 % en un an. Les avances du Trésor à Électricité du Liban (EDL) ont baissé de 27,96 % à fin mars 2021 pour atteindre 327,80 milliards de livres (217,45 millions de dollars). Elles représentent en outre 7,03 % des dépenses publiques sur les trois premiers mois de 2021.

L’avant-projet de budget pour 2021 – toujours pas adopté –, tout comme le budget 2020, a réservé 1 500 milliards de livres (environ 1 milliard de dollars) en tant qu’avances du Trésor à EDL pour lui permettre de financer ses achats de carburant (les tarifs d’électricité étant gelés depuis le milieu des années 1990). Cette enveloppe est en nette baisse (-40 %) par rapport à celle incluse dans le budget pour 2019. Toutefois, en raison des nombreux problèmes de liquidité de l’État en devises, EDL n’a pas reçu assez d’avances de la part du Trésor pour acheter son carburant.

La baisse des dépenses publiques est en partie liée à celle des « dépenses générales ». Celles-ci sont en baisse de 18,96 % à 3 236 milliards de livres (2,21 milliards de dollars), alors que les recettes de l’État ont, elles, augmenté de 1,81 % sur la même période, à 3 418,19 milliards de livres (près de 2,27 milliards de dollars) ; celles-ci étaient en baisse de 23,42 % à février, en glissement annuel. Les recettes fiscales connaissent une baisse (4,43 % sur la même période à 2 494,91 milliards de livres, ou 1,65 milliard de dollars), tandis que les revenus du secteur des télécoms affichent une augmentation de 110,87 % par rapport à la même période l’an dernier pour atteindre 421,74 milliards de livres (soit 279,76 millions de dollars).

Le déficit primaire (sans compter le service de la dette) s’est élevé à 485,33 milliards de livres (soit 321,94 millions de dollars), alors qu’il était de 1 018,61 milliards de livres (soit 675,70 millions de dollars) sur les trois premiers mois de 2020. À mars 2021, le paiement des intérêts (de la dette en livres et en devises) s’est élevé à 714,93 milliards de livres (474,25 millions de dollars) et celui du principal en devises a atteint 42,76 milliards de livres (28,36 millions de dollars), soit un total de 757,69 milliards de livres (502,61 millions de dollars). Cela représentait 16,25 % des dépenses publiques, alors que ce pourcentage était de 25,23 % à fin mars 2020 (1 476,34 milliards de livres, soit 979,33 millions de dollars). Le Liban a fait défaut sur sa dette en devises en mars 2020 sans l’avoir restructurée.


50% : C’est la baisse du déficit public enregistrée lors du premier trimestre de cette année. Ce dernier a atteint 1 243,02 milliards de livres à fin mars (soit 824,55 millions de dollars au taux officiel de 1 507,5 livres pour un dollar), contre 2 494,96 milliards de livres atteint sur la même période un an plus tôt (1,65 milliard de dollars).Le déficit représente...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut