Rechercher
Rechercher

Politique - Rapport à l'ONU

Guterres appelle à appliquer Taëf et la 1559 pour "éviter le spectre de nouveaux affrontements entre Libanais"

"J’exhorte de nouveau l’armée et le gouvernement libanais à prendre toutes les mesures qui s’imposent pour empêcher le Hezbollah et les autres groupes de se procurer des armes", plaide le secrétaire général de l'ONU dans son rapport.

Guterres appelle à appliquer Taëf et la 1559 pour

Le secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres. Photo d'archives Angela Weiss / AFP

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a demandé aux autorités libanaises de veiller à l'application de l'accord de Taëf de 1989 et de la résolution 1559 du Conseil de sécurité des Nations Unies afin d'éviter "de nouveaux affrontements entre Libanais".

Cet appel, qui s'inscrit dans le cadre du rapport semestriel du patron de l'ONU sur la 1559 publié le 14 octobre, constitue un compte-rendu des faits nouveaux survenus jusqu'au 27 septembre et ne couvre donc pas les combats miliciens meurtriers qui ont eu lieu le 14 octobre à Tayouné, dans le sud de Beyrouth. Ces affrontements, qui ont fait craindre une nouvelle guerre civile, ont opposé des combattants du Hezbollah et du mouvement Amal à d'autres positionnés dans des quartiers chrétiens adjacents. Le tandem chiite a accusé les Forces libanaises de Samir Geagea d'être derrière la mort des sept victimes et 32 autres blessés. Des accusations rejetées par les FL, quoique timidement.

Lire aussi

Que sait-on des effectifs militaires du Hezbollah ?

Le chef de l'ONU a également appelé le gouvernement et l'armée libanaise à empêcher le Hezbollah de poursuivre son approvisionnement en armes, la milice chiite dirigée par Hassan Nasrallah étant depuis des années plus puissante que l'institution militaire.

La résolution 1559 du Conseil de sécurité de l'ONU, adoptée le 2 septembre 2004, demande entre autres "le désarmement et la dissolution de toutes les milices" et "l’extension du contrôle du gouvernement libanais sur tout son territoire".

"Très préoccupant"

Dans son rapport, Antonio Guterres constate qu'"aucun progrès tangible n’a été accompli en ce qui concerne la dissolution et le désarmement des milices libanaises et non libanaises". "L’omniprésence d’armes échappant au contrôle de l’État, l’existence de milices armées et les tirs de roquettes tels que ceux dont il est question dans le présent rapport continuent de compromettre la sécurité et la stabilité du Liban et constituent une violation des résolutions 1559 (2004) et 1701 (2006). Le fait que le Hezbollah admette ouvertement disposer d’importants moyens militaires de pointe échappant au contrôle de l’État libanais reste très préoccupant", a souligné M. Guterres. "Les atteintes à la sécurité qui se sont produites entre le Liban et Israël rappellent avec force les risques que représentent l’existence d’armes échappant à l’autorité de l’État et la persistance de la présence de milices armées au Liban", a également prévenu le chef de l'ONU.

Lundi, le chef du Hezbollah, avait affirmé lors d'un discours que son parti disposait de "100.000 combattants", mettant en garde contre toute volonté de s'en prendre à la formation chiite, ce qui provoquerait selon lui une guerre civile.

Lire aussi

Après Tayouné, le Hezbollah lance la bataille politique contre les FL

"Je demande de nouveau à toutes les parties de s’abstenir de toute activité militaire à l’intérieur ou à l’extérieur du pays, conformément aux dispositions de l’accord de Taëf et de la résolution 1559. Il est impératif que tous s’attachent à préserver et appliquer ces accords si l’on veut éviter le spectre de nouveaux affrontements entre Libanais et renforcer les institutions de l’État", a plaidé le secrétaire général des Nations Unies. Il a rappelé que "l’État libanais doit redoubler d’efforts pour avoir le monopole en matière de détention d’armes et d’emploi de la force sur tout son territoire. J’exhorte de nouveau l’armée et le gouvernement libanais à prendre toutes les mesures qui s’imposent pour empêcher le Hezbollah et les autres groupes armés de se procurer des armes et de développer une capacité paramilitaire hors de l’autorité de l’État et en violation des résolutions 1559 et 1701".

Le rôle du Hezbollah en Syrie

Le patron de l'ONU a dans ce contexte critiqué une nouvelle fois l'intervention militaire du Hezbollah aux côtés du régime syrien du président Bachar el-Assad, et ce depuis 2013, deux ans après le début de la guerre en Syrie.

"Non seulement le rôle pleinement assumé que continue de jouer le Hezbollah dans le conflit en République arabe syrienne contrevient à la politique de dissociation et aux principes de la Déclaration de Baabda, mais il risque également d’embourber le Liban dans le conflit régional et menace la stabilité du pays ainsi que celle de la région", a prévenu Antonio Guterres.  Il a enfin souligné que "nombre de voix ont continué de s’élever dans le pays contre le maintien par le Hezbollah d’un arsenal militaire en dehors de tout cadre juridique et son implication en République arabe syrienne qui sont, selon elles, des facteurs de déstabilisation pour le pays et la démocratie". "De nombreux Libanais craignent que ces armes en viennent à être utilisées au Liban pour des raisons politiques", a souligné enfin M. Guterres.


Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a demandé aux autorités libanaises de veiller à l'application de l'accord de Taëf de 1989 et de la résolution 1559 du Conseil de sécurité des Nations Unies afin d'éviter "de nouveaux affrontements entre Libanais". Cet appel, qui s'inscrit dans le cadre du rapport semestriel du patron de l'ONU sur la 1559 publié le 14 octobre,...

commentaires (6)

DEBUT DE LA FIN POUR HEZBOLLAH OU DEBUT D'UNE GUERRE FRATRICIDE ET CIVIL POUR LE LIBAN? JE PENCHE MALHEUREUSEMENT POUR LA DEUXIEME POSSIBILITE VU LA FAIBLESSE DE NOTRE PRESIDENT ACTUEL ET L'EGO SANS LIMITE DE SON BEAU FILS GEBRAN

LA VERITE

13 h 25, le 22 octobre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • DEBUT DE LA FIN POUR HEZBOLLAH OU DEBUT D'UNE GUERRE FRATRICIDE ET CIVIL POUR LE LIBAN? JE PENCHE MALHEUREUSEMENT POUR LA DEUXIEME POSSIBILITE VU LA FAIBLESSE DE NOTRE PRESIDENT ACTUEL ET L'EGO SANS LIMITE DE SON BEAU FILS GEBRAN

    LA VERITE

    13 h 25, le 22 octobre 2021

  • OUI, OUI, MILLE FOIS OUI. Il était temps qu’on aborde cet article oublié par notre grand président qui fait semblant de l’oublier et encourage depuis des années ces usurpateurs à détruire notre pays en les félicitant à chaque implication de notre pays dans une guerre provoquée et minutieusement étudiée pour détruire notre économie et nos infrastructures dans le seul but de nous imposer des aides venues de leurs alliés, ennemis de notre pays, qui s’est concrétisé par l’arrivée du carburant récemment, malgré l’opposition de l’état pour empêcher qu’une initiative des pays amis puisse nous sauver des griffes des envahisseurs et des vendus. Il ne faut pas lâcher, et cela devrait être une exigeante et non un souhait. Il faut imposer le désarment illico de cette milice vendue afin que l’armée reprenne son rôle de protéger notre pays sur toutes ses frontières du Sud au Nord pour prétendre à une paix et à un commencement de redressement du pays pour pouvoir le sauver.

    Sissi zayyat

    12 h 27, le 21 octobre 2021

  • CA VIENT. L,APPLICATION DES DEUX EST INEVITABLE. PLUS DE MILICES ARMEES DANS LE PAYS. D,AILLEURS VOUS ALLEZ VOIR CES DEUX CONDITIONS EXIGEES PAR LE FMI ET TOUT INVESTIEEUR OU AIDE.

    CENSURE CRIMINELLE. NI ABONNEMENT NI SOUTIEN.

    11 h 04, le 21 octobre 2021

  • Bien entendu Michel Aoun n’a jamais entendu parler de la 1559.

    Goraieb Nada

    07 h 01, le 21 octobre 2021

  • Bravoooo! Le mot est lâché maintenant , le Hezbollah désigné ! Vive la 1559 et la 1701 !

    LeRougeEtLeNoir

    21 h 26, le 20 octobre 2021

  • ONU CONSEILLE, ÇA VAUT QUOI CES CONSEILLES ? VOUS PENSEZ QUE HASSAN NASRALLAH TREMBLE.? ....SACRÉ ANTONIO GUTERRES C'EST BEAUCOUP MIEUX QU'IL LA FERME.

    Gebran Eid

    20 h 34, le 20 octobre 2021

Retour en haut