Rechercher
Rechercher

Économie - Carburant

Brax anticipe l’impact de la hausse des cours du brut sur ceux de l’essence au Liban

Brax anticipe l’impact de la hausse des cours du brut sur ceux de l’essence au Liban

Les nouveaux prix des carburants sont attendus aujourd’hui. Photo João Sousa

Les prix des carburants devraient poursuivre leur flambée, du fait notamment de la hausse du prix du baril de pétrole sur le marché mondial, et aggraver ainsi l’impact de la crise sur les Libanais, a estimé hier le porte-parole des propriétaires de stations-service Georges Brax, dans une déclaration relayée par l’Agence nationale d’information.

Il prévoit ainsi que du fait que les cours du brut oscillent actuellement autour de 85 dollars sur les marchés internationaux (qu’il s’agisse du Brent ou du WTI), cette situation devrait contraindre le ministère de l’Énergie et de l’Eau à relever le prix des 20 litres d’essence pour qu’il atteigne 300 000 livres « dans les trois prochaines semaines », contre environ 250 000 livres actuellement (95 et 98 octane), selon la dernière grille tarifaire publiée la semaine dernière. Celle-ci a été définie en tenant compte d’un dollar à 16 000 livres, fourni par la BDL aux importateurs conformément à un mécanisme employé depuis l’automne 2019 pour subventionner les importations d’essence, de mazout et de gaz domestique, mais qui utilisait jusqu’ici un taux de conversion plus bas.

Lire aussi

Le point sur les commandes de carburant destiné à EDL

Mais pour Georges Brax, le ministère devrait, en plus de répercuter sur les prix de l’essence la hausse des cours du brut, compter celle du taux dollar/livre sur le marché parallèle, lequel gravitait autour de 20 500 livres pour un dollar hier en milieu de journée, selon le site Lirarate.com. Le syndicaliste a enfin attribué la hausse des cours mondiaux du brut à la « relance de l’économie mondiale après la crise causée par la pandémie du coronavirus », ainsi qu’à la forte hausse des prix du gaz, qui se traduit par un basculement sur le pétrole d’une partie de la demande liée à la demande d’électricité et au chauffage. La décision de l’alliance composée des treize membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et de dix alliés, identifiée sous l’acronyme OPEP+, de ne relever que très lentement sa production sabrée au plus fort de la pandémie de Covid-19 a également impacté le marché.

En septembre dernier, le syndicat des propriétaires de stations-service avait déjà anticipé que le prix des 20 litres d’essence puisse grimper pour atteindre une fourchette allant entre 300 000 et 350 000 livres avec la levée totale des subventions. Le prix du baril flottait alors entre 68 (WTI) et 72 dollars (Brent), tandis que le taux de change avait atteint 18 000 livres pour un dollar sur le marché libanais. La prochaine révision des tarifs des carburants devrait être effectuée aujourd’hui, sauf si le calendrier est à nouveau modifié comme cela a été le cas lors des dernières semaines.


Les prix des carburants devraient poursuivre leur flambée, du fait notamment de la hausse du prix du baril de pétrole sur le marché mondial, et aggraver ainsi l’impact de la crise sur les Libanais, a estimé hier le porte-parole des propriétaires de stations-service Georges Brax, dans une déclaration relayée par l’Agence nationale d’information.Il prévoit ainsi que du fait que les...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut