Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Où en sommes-nous ?

Des complications qui s’accumulent renforçant une détérioration déjà accrue de la situation économique, politique et financière.

Un effondrement continu des institutions de l’État rendu frêle, déjà, par la corruption, le clientélisme politique et l’existence d’une volonté supranationale qui s’impose au détriment de celle de l’État.

Une emprise politique étrangère rendue possible par des agents locaux armés jusqu’aux dents.

Une révolution éteinte, décimée, incohérente, réduite à être une prise de feu de brindilles éparpillées le long du territoire libanais.

Sur ce fond de toile morbide s’offre l’image d’un citoyen libanais désespéré, réduit à rechercher le nécessaire au quotidien, grâce à un salaire devenu insignifiant ou à une épargne réduite à son dixième.

S’offre aussi l’image d’une société en choc, ne sachant plus où ni comment se positionner. Faut-il quitter ? Résister ? S’adapter ? Une société jadis vivante, exubérante, frappée de plein fouet par une explosion dévastatrice, étouffée par un régime meurtrier.

S’offre enfin l’image d’un homme politique corrompu… pire… pourri ; inconscient, insouciant de ce qui l’entoure, mû par un arrivisme politique meurtrier lui offrant fortune et pouvoir.

Le tout : un portrait… Celui d’une nation qui étouffe… étranglée par des mains d’assassins, d’hypocrites meurtris, qui lancent des discours de victoire et de fierté à un peuple qu’ils affament, qui parlent haut de leurs exploits ; des guerres ratées…

Voilà où nous en sommes…

Avocat

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


Des complications qui s’accumulent renforçant une détérioration déjà accrue de la situation économique, politique et financière.Un effondrement continu des institutions de l’État rendu frêle, déjà, par la corruption, le clientélisme politique et l’existence d’une volonté supranationale qui s’impose au détriment de celle de l’État.Une emprise politique étrangère...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut