Rechercher
Rechercher

Santé - Innovation

Les ciseaux moléculaires, une révolution en marche contre le cancer

Les ciseaux moléculaires, une révolution en marche contre le cancer

Des techniciens de laboratoire dans le laboratoire de la société française Cellectis à Paris. Thomas Coex/AFP

Avec ses ciseaux moléculaires, la biotech française Cellectis veut soigner les leucémies et cancers récalcitrants, illustration d’une révolution en marche. C’est dans un laboratoire ultrasécurisé à Paris que démarre l’édition des cellules, pour les armer face aux cellules cancéreuses. Mais avant de s’avancer plus loin dans ces locaux aseptisés, mieux vaut réviser son vocabulaire. Car Cellectis travaille sur les cellules CAR-T, ou « cellules T à récepteur antigénique chimérique ».

En langage lambda, notre système immunitaire dispose pour se protéger de lymphocytes T, qui identifient et détruisent les cellules étrangères. « La cellule T est extraordinaire. C’est une sorte de petit soldat, capable de tuer de façon répétée et de se démultiplier », explique André Choulika, l’enthousiaste chercheur qui a fondé Cellectis il y a plus de vingt ans.

Or, depuis quelques années, les scientifiques savent comment modifier génétiquement ces cellules, pour exprimer à leur surface une protéine spécifique. « On met une petite tête chercheuse sur cette cellule T, qui va reconnaître la cellule cancéreuse », décrypte André Choulika. Cette technologie de pointe permet de cibler très précisément les tumeurs sans toucher les autres organes, contrairement aux chimiothérapies.

Deux traitements reposant sur les CAR-T sont déjà sur le marché contre certains cancers. Il s’agit de Yescarta, du laboratoire américain Gilead, et de Kymriah, développé par le suisse Novartis. Dans ces deux cas, les cellules T sont prélevées sur le patient, avant d’être éditées, personnalisées et multipliées en laboratoires, et enfin réinjectées.

Nouvelle optique

Cellectis développe quant à lui des CAR-T « sur étagère » : non pas prélevées sur le patient, mais issues de banques de cellules. Elles peuvent être conservées à très basse température dans les hôpitaux, puis injectées aux patients au gré des besoins, ce qui rendrait les thérapies potentiellement moins lourdes et plus rapides à produire.

Le défi est de taille. « Il y a un principe fondamental en médecine : on ne peut pas prendre les cellules d’un donneur et les injecter à un receveur », au risque sinon de provoquer un syndrome du greffon contre l’hôte, un syndrome gravissime, souligne André Choulika. Pour éviter cela, Cellectis reprogramme donc la cellule. « On lui redonne une nouvelle optique : elle ne voit plus qu’une chose, la cellule cancéreuse », poursuit-il.

La biotech, qui dispose de sites de production à Paris et aux États-Unis, a connu un succès important en 2015, en traitant un bébé atteint de leucémie. Depuis, quelque 120 patients ont été traités par des produits issus de sa recherche, actuellement en essais cliniques, indique son fondateur.

Pour les spécialistes du secteur, la technologie des CAR-T est ultraprometteuse. « C’est l’une des prochaines révolutions technologiques du monde de la santé », affirme ainsi Loïc Plantevin, du cabinet de conseil Bain et Company. « On est au cœur de la médecine personnalisée. Dans les dix prochaines années, nous verrons de plus en plus de traitements, avec des thérapies de plus en plus efficaces et simples d’utilisation. »

Mais arriver à éditer les gènes nécessite des outils, en l’occurrence de l’ARN, cet acide ribonucléique devenu célèbre à la faveur des vaccins anti-Covid. Cellectis fabrique ainsi, dans une partie du laboratoire parisien, ces molécules d’ARN, lesquelles sont ensuite envoyées au site de production outre-Atlantique. L’ARN se transformera, après encore de nombreuses opérations, en ciseaux moléculaires capables de couper un fragment d’ADN dans les cellules T.

« Au moment où la demande mondiale pour l’ARN a explosé durant le Covid, il était d’autant plus utile d’en fabriquer en interne », rappelle Leopold Bertea, vice-président des opérations techniques de Cellectis.

La biotech table sur une première commercialisation en 2023 ou 2024. Avec à terme la possibilité de réduire les prix de ces thérapies onéreuses, qui coûtent plusieurs centaines de milliers d’euros la dose.

Marie-Morgane LE MOEL/AFP


Avec ses ciseaux moléculaires, la biotech française Cellectis veut soigner les leucémies et cancers récalcitrants, illustration d’une révolution en marche. C’est dans un laboratoire ultrasécurisé à Paris que démarre l’édition des cellules, pour les armer face aux cellules cancéreuses. Mais avant de s’avancer plus loin dans ces locaux aseptisés, mieux vaut réviser son...

commentaires (1)

Bonjour, Vous oubliez de mentionner qu'André Choulika est un compatriote, natif de Beyrouth, ce qui me semble être une information d'importance pour nous. Merci

Andre Terzibachian

15 h 28, le 28 septembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Bonjour, Vous oubliez de mentionner qu'André Choulika est un compatriote, natif de Beyrouth, ce qui me semble être une information d'importance pour nous. Merci

    Andre Terzibachian

    15 h 28, le 28 septembre 2021

Retour en haut