Rechercher
Rechercher

Politique - Assemblée générale de l'ONU

Aoun : Les menaces israéliennes sont le principal souci de l’État libanais

Le président libanais appelle la communauté internationale à "financer des projets vitaux dans les secteurs public et privé". 

Aoun : Les menaces israéliennes sont le principal souci de l’État libanais

Le président libanais Michel Aoun prononçant, au palais de Baabda, un discours retransmis devant l'Assemblée générale de l'ONU, le 24 septembre 2021. Photo Dalati et Nohra

Le président libanais Michel Aoun a déclaré que les menaces israéliennes contre le Liban constituaient "le principal souci de l’État", affirmant que Beyrouth ne fera "aucun compromis" lors de la reprise, qu'il a espérée prochaine", des négociations avec l’État hébreu sur le tracé de la frontière maritime méridionale. 

Le chef de l’État, qui s'exprimait vendredi par visioconférence devant l'Assemblée générale de l'ONU, a par ailleurs affirmé que le nouveau gouvernement s'était engagé à réaliser les réformes urgentes requises pour redresser le pays, qui subit depuis deux ans une grave crise socio-économique et financière, appelant la communauté internationale à "financer des projets vitaux dans les secteurs public et privé" au Liban. 

"Maintenant que le gouvernement libanais a été formé conformément au mécanisme prévu par la Constitution, après une longue crise politique qui a duré plus d’un an, le pays est entré dans une nouvelle phase", a affirmé M. Aoun, qui a exprimé l'espoir que cette mise sur pied de l'équipe constitue "un pas en avant sur la voie du redressement" et concédé que "de grands défis locaux et internationaux attendent ce gouvernement pour qu’il puisse obtenir la confiance du peuple et celle de la communauté internationale".

La crise monétaire et financière
"Le Liban a traversé au cours des deux dernières années, une période particulièrement difficile, au cours de laquelle des crises successives ont éclaté, certaines héritées du passé et d’autres récentes. Ces crises ont touché tous les secteurs", a déploré Michel Aoun. Il a cité parmi les causes de ces crises "les politiques financières et économiques suivies depuis des décennies et basées sur un système de rente, auxquelles se sont greffés le gaspillage et la corruption, aggravés par une mauvaise gestion administrative et l’absence de reddition de comptes" de la part des responsables. L'effondrement du pays "a fait basculer le Liban dans une crise monétaire et financière sans précédent. Cette crise a eu pour résultat l’affaiblissement de l’économie, l’augmentation du chômage, l’émigration en masse et la pauvreté". Face à cette situation critique, "le gouvernement s’est engagé à réaliser les réformes financières et économiques urgentes et requises. Il veut aussi lutter contre la corruption et mettre au point un plan de redressement financier dans le cadre de la poursuite des négociations avec le Fonds monétaire international. Cela devrait s’accompagner d’un plan visant à généraliser le filet de sécurité sociale, suivi d’un autre pour réformer le secteur bancaire et procéder à sa restructuration là où il le faut, tout en complétant l’exécution du plan de redressement du secteur de l'électricité", a-t-il énuméré. Et le chef de l’État d'indiquer que ce processus de réformes avait commencé avec le lancement de l'audit juricomptable de la Banque du Liban, qui en est enfin arrivé "au stade de l'exécution". 

Le discours du président Aoun retransmis à l'ONU, le 24 septembre 2021. Photo John Angelillo/Pool via REUTERS

Le président libanais affirme "compter sur la communauté internationale pour financer des projets vitaux dans les secteurs public et privé, afin de relancer la vie économique dans le pays et créer des emplois. Nous comptons aussi sur elle pour nous aider à restituer les fonds provenant de la corruption et transférés à l’étranger". Le président Aoun a par ailleurs remercié "les chefs d’État qui ont participé aux conférences de soutien au Liban, ainsi que les institutions gouvernementales et non-gouvernementales, et tous ceux qui ont contribué" à aider le pays, particulièrement "la France dont le président, Emmanuel Macron, s’est empressé de se rendre en personne sur place pour aider le Liban terrassé" par la double explosion au port de Beyrouth.

Les menaces israéliennes
S'il a remercié la communauté internationale pour les "aides humanitaires" reçues depuis cette catastrophe, il a souligné que le Liban a "besoin aujourd’hui d'autres éléments nécessaires pour la reconstruction et le développement". "Nous accueillons positivement tout effort international pour réhabiliter et développer le port jusqu’à sa remise totale en fonctionnement", a-t-il plaidé. Et de demander également aux pays étrangers d'offrir leur aide dans le cadre de l'investigation sur les causes de la déflagration, en fournissant à la justice libanaise notamment des images satellites et d'autres "informations qui pourraient aider à faire avancer l'enquête".

Lire aussi

Pour faire valoir ses droits, le Liban doit aller au-delà de ses gesticulations


Michel Aoun a en outre dénoncé "les menaces israéliennes qui se poursuivent contre le Liban et constituent le principal souci de l’État". "La dernière manifestation de ces menaces est liée aux tentatives israéliennes de prospecter le gaz et le pétrole dans une zone controversée", selon Beyrouth. "Le Liban condamne et dénonce toute tentative de violer sa zone économique exclusive", a-t-il lancé, assurant que le pays entend défendre "ses droits sur ses ressources pétrolières et gazières offshore". Il a en outre dénoncé des "pressions dont l'origine n'est un secret pour personne", qui seraient à l'origine de tergiversations concernant l'octroi des licences d'exploration et de prospection offshore. "Le Liban réclame la reprise des négociations indirectes pour le tracé des frontières maritimes au Sud, conformément aux lois internationales et il affirme qu’il ne fera aucun compromis à ce sujet", a-t-il lancé. 

Les autorités libanaises étaient montées au créneau la semaine dernière suite à l'annonce de la signature d'un contrat entre Israël et l’entreprise américaine Halliburton pour le forage de trois à cinq puits au large de l'Etat hébreu pour le compte de la société Energean. Sans pour autant préciser la zone dans laquelle seraient creusés ces puits, l’entreprise du secteur énergétique indiquait que l’obtention de ce contrat "fait suite à une campagne réussie de forage de quatre puits dans les champs gaziers de Karish et de Karish-Nord", au large de l’État hébreu. Une zone située au sud de la ligne 23, enregistrée il y a 10 ans auprès de l’ONU comme étant la délimitation d’un triangle de 860 km2 revendiqué par Beyrouth. Mais qui se trouve au sein des 1430 km2 revendiqués depuis décembre 2020 par l’équipe de négociateurs et l’armée libanaise, sur la base d’un rapport de l’Institut hydrographique du Royaume-Uni (UKHO) remontant à 2011. Ces revendications maximalistes avaient provoqué la suspension, en mai 2021, des négociations entre les deux pays.  Toutefois, en l'absence d'une signature par le président Aoun de l’amendement du décret 6433/2011 visant à corriger la carte transmise par le Liban à l’ONU en 2011, cette zone relève bien des eaux territoriales israéliennes. Cet amendement, signé en avril dernier par les anciens ministres des Travaux publics et des Transports, Michel Najjar, et de la Défense, Zeina Acar, n’attendait plus que la signature du chef de l’État. Avec la formation du gouvernement Mikati, elle requiert désormais la signature du Conseil des ministres réuni. 

Michel Aoun a sur un autre plan critiqué la communauté internationale qui "n'a pas entendu" ses appels concernant les "résultats catastrophiques pour le Liban de la présence des déplacés syriens" sur son territoire et leur retour "sûr". "Nul ne m’a entendu et les aides ont continué à être données à ces déplacés au Liban, au lieu de leur être distribuées chez eux, dans leur patrie. Ce qui est de nature à les encourager à rester là où ils sont", a-t-il critiqué. Il n'a pas évoqué la question d'un retour "volontaire" qui était auparavant avancée par les dirigeants libanais. 


Le président libanais Michel Aoun a déclaré que les menaces israéliennes contre le Liban constituaient "le principal souci de l’État", affirmant que Beyrouth ne fera "aucun compromis" lors de la reprise, qu'il a espérée prochaine", des négociations avec l’État hébreu sur le tracé de la frontière maritime méridionale. Le chef de l’État, qui s'exprimait vendredi par...

commentaires (30)

On peut tout écrire et tout dire, on peut se révolter pour rejeter ce qui nous arrive, mais on ne le fait pas, n’empêche ces illuminés sont arrivés à nous gouverner et continuent de le faire après nous avoir dépouillé et humilié on leur laisse l’espace de continuer à s’exprimer en débitant des inepties mais nous avons la plus grande peine à nous rassembler pour les chasser du pouvoir. C’est sûr que nos sommes les plus idiots dans cette histoire.

Sissi zayyat

21 h 10, le 25 septembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (30)

  • On peut tout écrire et tout dire, on peut se révolter pour rejeter ce qui nous arrive, mais on ne le fait pas, n’empêche ces illuminés sont arrivés à nous gouverner et continuent de le faire après nous avoir dépouillé et humilié on leur laisse l’espace de continuer à s’exprimer en débitant des inepties mais nous avons la plus grande peine à nous rassembler pour les chasser du pouvoir. C’est sûr que nos sommes les plus idiots dans cette histoire.

    Sissi zayyat

    21 h 10, le 25 septembre 2021

  • OH COMBIEN IL A RAISON: NOUS NE DORMONS PLUS DE LA NUIT A CAUSE DES AVIONS ISRAELIENS QUI SILLONNENT LE CIEL LIBANAIS . AOUN DEPEND DE SES CONSEILLES QUI LUI ECRIVENT LE TEXTE QU'IL DOIT LIRE A L'ONU CAR IL EST TELLEMENT PERDU DANS SON PASSE SOIT DISANT GLORIEUX ( 15 MILLIONS DE DOLLARS A LA BNP ET PLUS EN SUISSE ET 15 ANS DE SEJOUR LUXIEUX A PARIS ) QU'IL A DE LA DIFFICULTE A COMPRENDRE QUE LE PREMIER SOUCIE DES LIBANAIS AUJOURDH'UI C'EST D'ASSURER LEUR SURVIE ET LA SURVIE DE LEURS ENFANTS EN NOURRITURE ET ECOLE ET SANTE POUR NE PAS DIRE EN PETROLE ELECTRICITE EAU ETC... LA VERITE: CE GENRE DE DISCOUR MONTRE A QUEL POINT LE PRESIDENT EST DEVENU DETACHE DU PAYS ET COMBIEN SES CONSEILLERS ET SANS DOUTE LEUR CONTROLEUR PERMANENT GEBRAN BASSIL SONT LOIN DU RESSENTIMENT GENERAL QUI NOUS L'ESPERONT A 90% ENVERRA TOUS CES NULLITES HORS DU PARLEMENT ET DE LA DIRECTION DU PAYS AMEN

    LA VERITE

    19 h 36, le 25 septembre 2021

  • Le seul souci des libanais est de se débarrasser de ce régime qui, volontairement ou involontairement, n’a engendré que des malheurs et des catastrophes à notre pays ou du moins ce qu’il en reste. Le seul souhait de la population est la démission de l’actuel président

    Censuré par l’OLJ

    17 h 28, le 25 septembre 2021

  • Comme vous vous trompez Monsieur Aoun. Vous déraillez de la vérité. En tout cas, inutile avec vous, de corriger le tir.

    Esber

    16 h 45, le 25 septembre 2021

  • Il n’a pas osé sortir de sa cage pour s’aérer et prouver qu’il existe vraiment. Ce serait intéressant de connaître le nom de la personne qui lui a écrit ce discours fleuve, et par la même occasion savoir s’il a compris ce qu’il a lu ! du début à la fin, son discours consiste à mendier au monde des sous que le sultan Bassil se dépêchera de mettre sous le matelas pour ses vieux jours. La médiocrité ambiante persiste et signe à Baabda, du simple gardien en passant par les conseillers jusqu’au sommet de l’édifice. Il pleurniche sur l’économie, et l’industrie, qui ont implosé sous les coups de boutoir de son gendre mal aimé. L’industrie pour peu qu’elle ait un jour existé. Aoun, vit dans un monde parallèle, où tout se passe selon ses désirs les plus fous. Mais que sont-ils donc ces rêves ? A Part se prendre pour Neron, Cesar, ou Auguste, dont il n’aura jamais l’envergure, ni le charisme, et encore moins le courage. Son seul fait d’armes, c’est de prendre la fuite dans le coffre d’une voiture en laissant ses fidèles Officiers se faire massacrer par l’armée Syrienne. Son leitmotiv c’est la faute aux autres et, à défaut la faute à Israël. La solution ? c’est les élections législatives et présidentielles qui ramèneront du sang noble dans le vrai sens du terme, du sang non virussé ni contaminé par les politico voleurs assassins actuels, et surtout sans le Hezbollah.

    Le Point du Jour.

    13 h 24, le 25 septembre 2021

  • Héhéhé... La solution à nos déboires? Le dialogue des sourds inventé par le prez et salué par l'ONU... Je ne me rase plus en attendant que ça se concrétise... C'est dans mon testament d'ailleurs: que mes descendants, me rase l'os de mon mandibule inférieur le jour où ce dialogue débutera aux 3eme millénaire...

    Wlek Sanferlou

    12 h 16, le 25 septembre 2021

  • Ooooops !!!! desole j'y ai ete trop vite de mon optimisme Mmes/Mssrs de l'OLJ ! croyant avoir decide de ne pas devoir etre assommes par le discours PRÉSIDENTIEL. ps. Dieu comme ca sonne faux hein ? PRESIDENTIEL !!!!

    Gaby SIOUFI

    09 h 46, le 25 septembre 2021

  • Le discours pseudo nationaliste a la maniere de vos maitres Baassistes ne passe plus. Le veritable probleme des Libanais c'est les mafieux du pouvoir qui ont pille le pays : politichiens corrompus jusqu'a la moele, milice mafieuse assassine, haut fonctionnaires vereux et crapules bancaires. Kellon ya3ne kellon

    Michel Trad

    09 h 12, le 25 septembre 2021

  • Ce discours illustre l’échec retentissant de ce mandat qui a précipité le pays et toutes ses institutions vers l’effondrement total. L’Histoire retiendra que sous le mandat de M. Michel Aoun, les forces politiques ont volé toutes les richesses nationales, et que le Liban a été transformé en pays pauvre du quart monde manquant de tout et qui ne peut survivre que grâce à l’aumône internationale. Autrement dit un président fort et un régime fort

    Censuré par l’OLJ

    08 h 20, le 25 septembre 2021

  • Quelle impression a du laisser à l'Assemblée générale de l'ONU ce zombie lugubre sorti d'un autre âge, irradiant l'énergie et l'optimisme et qui prétend être le chef d'un Etat ? - Irène Saïd

    Irene Said

    08 h 02, le 25 septembre 2021

  • La peur d’Israel ? C’est donner carte blanche au hezbollah, qui pretend defendre le Liban. Notre president defend l’Iran et la Syrie qui l’ont appuyé à fond pour occuper son poste. Oubliées les declarations fonitruantes du passē concernant la souveraineté. Notre pauvre pays n’est plus defendu par personne. Triste constat et desolante apparition de Aoun a l’ONU

    Goraieb Nada

    08 h 00, le 25 septembre 2021

  • "Les menaces israéliennes sont le principal souci de l’État libanais". Il me semble que si j'étai chef de l'Etat, mon principal souci serait plutôt d'assurer à mes concitoyens les besoins vitaux: nourriture, eau, électricité, médicaments. éducation des enfants ...

    Yves Prevost

    07 h 35, le 25 septembre 2021

  • Bil marra,wallahi bil lala land!

    Nassar Jamal

    07 h 33, le 25 septembre 2021

  • D'accrd avec C rien à rajouter autre que il est temps qu'il aille en maison de retraite pour ne pas dire en enfer

    Georges Zehil Daniele

    07 h 23, le 25 septembre 2021

  • Mr le President , Papa de tous .vous ne voyez pas que vous n arrivez pas a assurer le minimum de dignite a vous enfants , en leur assurant la medication ,l hospitalisation , les aliments de base, l electricite, le transport , de quoi se chauffer en hiver, l equité et tout les besoins vitaux . et lá aux nations unis ,vous affirmez que votre principal soucis , c est Israel. Ca va ,que les enfants s enfouient ou crevent, lá pas de probleme. Merci pour tout

    Jimmy Barakat

    06 h 57, le 25 septembre 2021

  • "Quand le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt." Merci à l'OLJ de publier ce célèbre dicton.

    Je partage mon avis

    06 h 57, le 25 septembre 2021

  • Non c’est le Hezbollah !

    LeRougeEtLeNoir

    22 h 17, le 24 septembre 2021

  • En fait il a mécaniquement répété ce que ses conseillers lui ont concocté, probablement sans bien comprendre le sens et la portée de ses mots … Et si Israël en effet constitue une menace, d’autres priorités semblent plus importantes telles l’appauvrissement continuel et progressif affectant une population entière et quand il parle de mauvaise gestion administrative ou de corruption, « son » ministère de l’énergie, véritable chasse gardée est l’exemple flagrant de la malhonnêteté . Là, il quémande l’aide des pays étrangers dans le cadre de l'investigation sur les causes de l’explosion du port, il avait pourtant rejeté ces aides au motif que la vérité se diluerait. Après tout, nous avons encore un petit espoir, il nous avait promis cinq jours d’enquête et nous en sommes seulement au troisième jour…. En outre, le Liban étant en train de se vider de ses forces vives, tel était son souhait, les aides pourront ne pas être aussi conséquentes que prévues.

    C…

    22 h 07, le 24 septembre 2021

  • Israel ne menace pas un Liban pacifique et débarrassé des hydres palestiniennes, iraniennes et syriennes. Non, le seul danger présent est le danger Iranien.

    Bachir Karim

    21 h 45, le 24 septembre 2021

  • No comment…

    Karam Georges

    19 h 36, le 24 septembre 2021

  • Le pauvre, si au moins il sait ce qu'il est entrain de lire. Mais comment peut on encore lui permettre de s'exprimer devant l'assemblée générale de l'ONU?

    carlos achkar

    19 h 10, le 24 septembre 2021

  • CENSUREZ, CENSUREZ, PARTOUT MES LIBRES EXPRESSIONS. IL NE ME RESTE D,AILLEURS QUE TROIS MOIS ET QUELQUES JOURS JUSQU,A L,ECHEANCE DE MON ABONNEMENT. VEUILLEZ PUBLIER.

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    19 h 06, le 24 septembre 2021

  • LA LIBRE EXPRESSION CAD LES VERITES EST BIEN SUR CENSUREE. QUELLE HONTE ! QUELLE DECHEANCE ET QUEL DELABREMENT !

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    19 h 02, le 24 septembre 2021

  • Le président libanais Michel Aoun a déclaré que les menaces israéliennes contre le Liban constituaient "le principal souci de l’État", IL SE PREND POUR DE GAULE LE PEUOLE CREVE DE FAIM et lui dans les nuages

    barada youssef

    18 h 55, le 24 septembre 2021

  • OHHHHH… Et les menaces du HEZBOLLAH envers le juge BITAR ??? Tu aurais mieux fait de garder le silence…. Cela aurait été plus honorable

    radiosatellite.online

    18 h 51, le 24 septembre 2021

  • Ah bon ? Eh ben mon vieux ... !

    Remy Martin

    18 h 43, le 24 septembre 2021

  • La pauvreté la spoliation des libanais par les banques le système mafieux qu'il préside ne sont que secondaires, l'explosion du port une broutille, l'état phagocyté par les barbus une normalité ... il a du recevoir ce discours de la part de ses amis Iraniens.

    Zeidan

    18 h 38, le 24 septembre 2021

  • Heureusement qu'il peut brandir l'immense pancarte sur laquelle est écrit en grandes lettres :" les menaces israéliennes sont notre principal souci..." pour cacher les dizaines d'autres pancartes avec les mots: "électricité"..."justice inexistante"..."corruption"..."incapacité et irresponsabilité"..."manque de dignité"..."enquête sur la catastrophe du port du 4/8/2020"...etc. !!! - Irène Saïd

    Irene Said

    18 h 37, le 24 septembre 2021

  • Totalement à coté de la plaque! le principal souci des Libanais est de vivre dignement ...et ce n'est pas le cas depuis que cette clique est au pouvoir

    NAJJAR Karim

    18 h 21, le 24 septembre 2021

  • Erreur, le principal souci des Libanais est d’avoir des dirigeants a commencer par le président plus intéressés par astiqueur les bottes des Iraniens comme ils ont jadis léché les bottes syriennes pour rester au pouvoir que du bien être des gens qu’ils sont censés représenter.

    Liban Libre

    18 h 05, le 24 septembre 2021

Retour en haut