Rechercher
Rechercher

Économie - Carburant

La direction du pétrole met en place un mécanisme de distribution du mazout subventionné

L’exhaustivité de ce mécanisme et la longueur de la liste interpellent dans la mesure où les quantités de mazout subventionné restantes seraient « très limitées et devraient être totalement écoulées en quelques jours à peine ».

La direction du pétrole met en place un mécanisme de distribution du mazout subventionné

Un homme entretenant un générateur privé au Liban. Photo Marc Fayad

La direction du pétrole du ministère de l’Énergie et de l’Eau a émis lundi une décision mettant en place un mécanisme de distribution du mazout subventionné par la Banque du Liban (BDL), selon des informations relayées par les médias, que L’Orient-Le Jour a pu faire confirmer. « Le mécanisme en question concerne uniquement le carburant subventionné au taux de 8 000 livres qui est en principe réservé à certains établissements et institutions », a notamment précisé Jean Hatem, qui préside le syndicat des distributeurs de bonbonnes de gaz.

La décision de la direction du pétrole précise que ce mazout est destiné aux hôpitaux gouvernementaux et privés ; aux usines spécialisées dans la fabrication « de sérum » et d’oxygène ; aux stations d’épuration d’eau et aux puits publics rattachés aux offices des eaux et aux municipalités ; aux minoteries; aux boulangeries ; aux stations d’assainissement des eaux usées ; aux stations de pompage qui dépendent du Conseil pour le développement et la reconstruction ; au secteur des Télécoms (Ogero ainsi que les opérateurs mobile Alfa et Touch) ; et enfin au secteur de l’éducation. La direction précise que les distributions seront « périodiques » et organisées en fonction des besoins. Le mazout sera fourni aussi bien par les directions des installations pétrolières de Zahrani (Liban-Sud) et de Tripoli (Liban-Nord), que par les sociétés importatrices de pétrole. Ces dernières devront « se mettre d’accord » avec la direction du pétrole sur les quantités à distribuer et leur destination.

La direction prévoit également de tenir un registre répertoriant, chaque jour, les livraisons de mazout subventionné effectuées. Le registre sera transmis au ministre Walid Fayad, qui a lui-même suggéré d’étendre la liste des bénéficiaires. La direction s’attend enfin à ce que le ministère de l’Economie et du Commerce ainsi que la direction générale des douanes l’aident à contrôler la distribution et fassent remonter les informations.

L’exhaustivité de ce mécanisme et la longueur de la liste interpellent dans la mesure où les quantités de mazout subventionné restantes seraient « très limitées et devraient être totalement écoulées en quelques jours à peine », selon Jean Hatem. De plus, rien ne permet pour l’instant d’affirmer que les autorités vont prolonger la durée de vie du mécanisme des subventions sur le carburant – essence, mazout et gaz domestique – qui ont été presque totalement levées en fin de semaine dernière sans annonce formelle et après des mois de tergiversations.

Une source proche des filières de distribution croit, pour sa part, savoir que les règles de distribution du carburant subventionné ne s’appliqueront, dans les faits, qu’aux directions des installations pétrolières – qui sont rattachées au ministère de l’Énergie- les autres institutions n’en ayant plus. Le prix du mazout non subventionné est lui fixé en dollar (12 dollars les 20 litres) mais les distributeurs attendent toujours qu’un mécanisme de calcul des prix en livres tenant compte du taux sur le marché parallèle soit mis en place. Une demande à laquelle le ministère tarde à répondre.

S’agissant de l’essence, les prix en livres sont toujours calculés au taux de 12 000 livres pour un dollar (soit 2 000 livres de moins environ que le taux en vigueur sur le marché parallèle hier), mais les processus de validation de nouvelles cargaisons devant approvisionner le marché semblent prendre du temps. Lundi, peu de stations étaient ainsi ouvertes. Enfin pour le gaz, « le marché devait être calme jusqu'à la fin du mois si la contrebande n’aspire pas les stocks actuels », a répété Jean Hatem.



La direction du pétrole du ministère de l’Énergie et de l’Eau a émis lundi une décision mettant en place un mécanisme de distribution du mazout subventionné par la Banque du Liban (BDL), selon des informations relayées par les médias, que L’Orient-Le Jour a pu faire confirmer. « Le mécanisme en question concerne uniquement le carburant subventionné au taux de 8 000 livres qui...

commentaires (2)

Mais oui. Depuis que le Hezb importe du mazout Irano-Syrien, les fripouilles qui vendent du fuel se sont mis a exiger TOUS le paiement en "FRESH" dollars alors que les crapules bancaires refusent de nous en donner. Il est temps que la canaille au pouvoir (ministres et deputes) et les fonctionnaires aux ordres prennent des mesures pour obliger les commercants cupides a accepter les paiements en Livres Libanaises et en cheque ou carte de credit.

Michel Trad

23 h 55, le 21 septembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Mais oui. Depuis que le Hezb importe du mazout Irano-Syrien, les fripouilles qui vendent du fuel se sont mis a exiger TOUS le paiement en "FRESH" dollars alors que les crapules bancaires refusent de nous en donner. Il est temps que la canaille au pouvoir (ministres et deputes) et les fonctionnaires aux ordres prennent des mesures pour obliger les commercants cupides a accepter les paiements en Livres Libanaises et en cheque ou carte de credit.

    Michel Trad

    23 h 55, le 21 septembre 2021

  • Je ne sais pourquoi mais le sayyed Hassan me fait penser irresistiblement a un metier oublie dont les personnes agees se souviennent peut-etre : le vendeur de "kaz" avec l'ane et la cariole/citerne qui parcourait les rues.

    Michel Trad

    22 h 14, le 20 septembre 2021

Retour en haut