Rechercher
Rechercher

Politique - Crise au Liban

La plus haute instance sunnite appelle l'exécutif à "mettre un terme à la corruption et l'effondrement"

Le conseil supérieur islamique, présidé par le cheikh Abdellatif Deriane, dénonce des poursuites "sélectives" contre les responsables dans l'enquête sur les explosions au port de Beyrouth.

La plus haute instance sunnite appelle l'exécutif à

Le mufti de la République Abdellatif Deriane, présidant une réunion du Conseil supérieur islamique à Dar el-Fatwa, le 18 septembre 2021. Photo ANI

Le conseil supérieur islamique, haute instance sunnite, rassemblé ce samedi à Dar el-Fatwa sous la présidence du mufti de la République, le cheikh Abdellatif Deriane, a appelé le nouveau gouvernement libanais à "mettre un terme à la corruption et à l'effondrement du pays". Les responsables et dignitaires sunnites ont également estimé qu'il était possible pour le Liban de sortir de la profonde crise dans laquelle il est plongé depuis près de deux ans, mais que cela nécessitait notamment que les dirigeants "comprennent que la catastrophe humanitaire qui s'est abattue sur le pays est le résultat de leurs politiques erronées". 

"Le conseil espère que le gouvernement de Nagib Mikati pourra mettre un terme à la corruption et au pillage" des fonds publics, ainsi qu'à "l'effondrement de tous les secteurs" du pays, et lancer les réformes requises, souligne le communiqué final publié à l'issue de la réunion. Le conseil demande également à l'exécutif de faire de la lutte contre la pauvreté rampante sa priorité. Les participants à la réunion du conseil ont estimé que sortir le Liban du "gouffre" dans lequel il se trouve est une "obligation nationale", qui ne pourra être accomplie que si les responsables "comprennent cette fois que la catastrophe humanitaire qui s'est abattue sur le pays et les Libanais est le résultat naturel de leurs politiques erronées".

Violation de la Constitution
Ils ont en outre dénoncé des "violation de la Constitution" par certains responsables politiques "pour imposer un précédent qui pourrait faire imploser le pacte d'entente nationale et la stabilité politique", estimant que le respect de ce texte fondateur est "la porte d'entrée pour accomplir les réformes et rétablir la confiance". Avec ces accusations, le Conseil s'en prend implicitement au camp du chef de l'État Michel Aoun. En effet, le président et le parti qu'il a fondé, le Courant patriotique libre (CPL) ont maintes fois accusé l'ex-Premier ministre désigné Saad Hariri de tenter d'outrepasser leurs prérogatives constitutionnelles dans la procédure de formation du cabinet, estimant que le président de la République doit être partie prenante des tractations et non se contenter de signer le décret de mise en place du nouveau cabinet. 

Lire aussi

Gouvernement ou pas, un retour politique du Golfe reste un mirage

Le conseil islamique a par ailleurs considéré que l'ampleur du "crime du siècle" qu'était la double explosion au port de Beyrouth, le 4 août 2020, aurait du pousser les autorités à accepter une enquête internationale "comme l'ont notamment réclamé le mufti de la République et les anciens Premiers ministres". Il a dans ce cadre demandé que les immunités de tous les dirigeants soient levées pour le bon déroulement de l'enquête, et ce "au moyen d'une nouvelle loi, afin d'empêcher toute ingérence, clientélisme ou vengeance politique dans cette affaire". Et de critiquer les poursuites jugées "sélectives" lancées contre certains hauts responsables par le juge d'instruction en charge Tarek Bitar, estimant que le dossier devrait être, selon la Constitution, porté devant la Haute cour de justice pour les présidents et ministres, comme le réclame également le Parlement. 

Le juge Bitar a notamment lancé des poursuites contre quatre anciens ministres, dont trois sont actuellement députés, et l'ancien président du Conseil Hassane Diab, ce qui a provoqué une levée de boucliers au sein de la classe politique. C'est dans ce contexte qu'est demandé le recours à la Haute cour de justice, une instance devant laquelle aucune affaire n'a jamais été déférée, ce qui fait dire à certains observateurs que cette revendication sert uniquement à détourner l'enquête.


Le conseil supérieur islamique, haute instance sunnite, rassemblé ce samedi à Dar el-Fatwa sous la présidence du mufti de la République, le cheikh Abdellatif Deriane, a appelé le nouveau gouvernement libanais à "mettre un terme à la corruption et à l'effondrement du pays". Les responsables et dignitaires sunnites ont également estimé qu'il était possible pour le Liban de sortir de la...

commentaires (5)

Laissez donc la justice faire son travail et ouvrez les portes de prisons aux nouveaux venus qui se croient au dessus des lois et ce quelque soit leur position ou leur confession. Il faut un début pour tout et tant que tous ces corrompus ne sont pas derrière les barreaux pour l’exemple il n’y aura ni justice ni nation. Il faut un acte concret pour dissuader quiconque d’utiliser son poste ou sa fonction pour s’enrichir ou pour exercer son népotisme et tout ira pour le mieux. C’est cela un état de droit. Arrêtez de crier au complot politique à chaque fois que l’un des vôtres est accusé d’un crime et que cela soit une règle pour tous afin de pouvoir juger les traitres pour avoir un semblant de pays civilisé. Ils misent tous sur votre solidarité pour les défendre et ainsi perpétuent les vols et la trahison sans être inquiétés sûrs que vous monterez au créneau pour les disculper. C’est valable pour toutes confessions sans exception aucune.

Sissi zayyat

14 h 34, le 20 septembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Laissez donc la justice faire son travail et ouvrez les portes de prisons aux nouveaux venus qui se croient au dessus des lois et ce quelque soit leur position ou leur confession. Il faut un début pour tout et tant que tous ces corrompus ne sont pas derrière les barreaux pour l’exemple il n’y aura ni justice ni nation. Il faut un acte concret pour dissuader quiconque d’utiliser son poste ou sa fonction pour s’enrichir ou pour exercer son népotisme et tout ira pour le mieux. C’est cela un état de droit. Arrêtez de crier au complot politique à chaque fois que l’un des vôtres est accusé d’un crime et que cela soit une règle pour tous afin de pouvoir juger les traitres pour avoir un semblant de pays civilisé. Ils misent tous sur votre solidarité pour les défendre et ainsi perpétuent les vols et la trahison sans être inquiétés sûrs que vous monterez au créneau pour les disculper. C’est valable pour toutes confessions sans exception aucune.

    Sissi zayyat

    14 h 34, le 20 septembre 2021

  • Ok, ont répondu nos polichinelles, on exécute vos désirs Illico presto...

    Wlek Sanferlou

    13 h 54, le 19 septembre 2021

  • Mettre fin à la corruption, comment? en donnant un ordre par email aux seigneurs de la politique d'arrêter de protéger les fonctionnaires corrompus? Mettre fin à la corruption se fait par la création d'un système de dénonciation anonyme, qui protège les lanceurs d'alerte, et de les rémunérer. Il faut aussi faire comprendre au peuple que le corrupteur sera plus lourdement puni que le corrompu ! Arrêter le corruption dans cet appel donne l'impression de tourner la page sur le passé et oublier les dizaines de milliards qui ont été volés.

    Shou fi

    09 h 49, le 19 septembre 2021

  • APPELLE L,EXECUTIF CAD MIKATI. MAIS VOTRE HOMME IL A PACTISE AVEC LA TRINITE DU MAL ET VA S,EMBARQUER DANS LA GALERE INFERNALE SUR LE STYX OU LE CHIEN CERBERE A TROIS SALES TETES L,ATTEND A CHAQUE COIN DE SON PERIPLE AUX ENFERS PAR SA FAUTE MEME. AURA-T-IL COMME THESEE UN HERCULE POUR LE SAUVER DES ENFERS OU IL S,APPRETE A S,ENGAGER ? J,EN DOUTE. A MOINS QU,IL SE RETIRE DE LA BARQUE AVANT QU,ELLE S,ENGAGE SUR LE STYX OU L,ATTEND A L,AFFUT CERBERE.

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    19 h 54, le 18 septembre 2021

  • En résumé, le Conseil supérieur sunnite accuse les signataires des Accords de Chiyah de tout les malheurs qui se sont abattus sur le Liban depuis des années point à la ligne.

    Honneur et Patrie

    19 h 09, le 18 septembre 2021

Retour en haut