Rechercher
Rechercher

Monde - Religion

François rencontre les Roms de Slovaquie au cœur d’une des régions les plus pauvres d’Europe

Le pape a célébré une messe selon le rite byzantin dans la ville de Presov.

François rencontre les Roms de Slovaquie au cœur d’une des régions les plus pauvres d’Europe

Le pape François lors de sa visite dans le quartier délabré de Lunik IX à Kosice, pour rencontrer la communauté rom, hier. Photo Vatican Media/AFP

Le pape François a rencontré hier des membres de la minorité rom, forte de 400 000 personnes en Slovaquie, lors de sa visite dans le quartier délabré de Lunik IX à Kosice, dans l’est du pays.

Après un réveil matinal, le pape a toutefois débuté sa journée dans la ville de Presov, à une quarantaine de kilomètres de là, pour célébrer une messe selon le rite byzantin, où ont afflué 30 000 fidèles pour l’acclamer à bord de sa papamobile.

Il s’agit de son premier voyage à l’étranger depuis son opération du côlon début juillet, et le pape de 84 ans est apparu jusqu’à présent en bonne forme.

À Lunik IX, près de 4 500 habitants sont entassés dans un espace destiné à en accueillir moitié moins. De nombreux bâtiments n’ont pas d’électricité, de chauffage, de gaz ou d’eau courante, ces services ayant été coupés en raison de factures impayées.

« C’est formidable que le Saint-Père vienne dans un endroit où personne ne veut aller », a déclaré Peter Besenyei, dirigeant de la communauté salésienne locale de Lunik IX et responsable de la pastorale des Roms dans l’archidiocèse de Kosice.

« Il est difficile de trouver des enseignants à Lunik IX, des prêtres qui soient prêts à y travailler, et le pape vient dans cet environnement difficile », se réjouit M. Besenyei.

Dans les semaines qui ont précédé la visite, les autorités de la ville ont nettoyé le quartier et réparé une route y menant.

Pour Rudolf Mosorov, 66 ans, habitant de Lunik IX, la visite du pape est un « miracle ». « Il nous apportera la bénédiction de Dieu », a-t-il confié.

Près de 20 % des Roms de Slovaquie vivent dans une pauvreté profonde, dans plus de 600 bidonvilles, principalement dans le sud et dans l’est de ce pays de la zone euro de 5,4 millions d’habitants. La Slovaquie orientale a l’un des plus bas PIB par habitant de l’UE.

Préjugés et stéréotypes

Les Roms sont considérés comme la plus grande minorité ethnique du continent, avec de grandes communautés vivant en Europe centrale et orientale. Selon des historiens, un demi-million de Roms ont été tués par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale, soit environ un quart de leur population.

Une chorale d’enfants roms de 35 membres s’est produite devant le souverain pontife, qui a prononcé quelques mots en romani.

Selon Iveta Duchonova, responsable du bureau du délégué gouvernemental pour les Roms, « en 2016, une enquête de l’UE sur les minorités et la discrimination a révélé que 54 % des Roms en Slovaquie ont été victimes de discrimination en raison de leur appartenance ethnique ». Cette discrimination « persiste » et « reste largement tolérée », déclare-t-elle.

Le racisme anti-Roms « n’est pas une conséquence de leur vie, mais repose sur des modèles historiques de discrimination, des préjugés et des stéréotypes, les vraies raisons de la haine » contre eux, souligne Mme Duchonova.

Le pape François devait rencontrer aussi des jeunes dans un stade de Kosice mardi en fin de journée.

Lundi, le pape François a exprimé sa « honte » pour le massacre de plus de 100 000 juifs slovaques, déplorant que le nom de Dieu ait souvent été utilisé « dans la folie de la haine » durant la Seconde Guerre mondiale. Trois jours avant l’arrivée du pape, Bratislava a présenté ses excuses officielles pour l’héritage sombre de l’époque du président Jozef Tiso, un prêtre catholique qui accepta d’envoyer des dizaines de milliers de juifs dans les camps de la mort allemands. Moins de 300 survivants restèrent dans le pays à l’issue de la guerre. Aujourd’hui la communauté juive ne compte plus qu’environ 2 000 personnes.

Le pape a appelé à être « unis dans la condamnation de toute violence, de toute forme d’antisémitisme ». Il a lancé un appel similaire dimanche à Budapest, première étape de son voyage.

S’exprimant lundi matin devant les autorités politiques et civiles de ce pays de 5,4 millions d’habitants, le pape a aussi prôné « une fraternité » dépassant les frontières dans une Europe qui doit désormais relancer son économie affaiblie par la pandémie, grâce à des plans de relance. Environ un million de Slovaques vivent à l’étranger où ils cherchent un travail mieux rémunéré, selon les estimations locales.

Source : AFP


Le pape François a rencontré hier des membres de la minorité rom, forte de 400 000 personnes en Slovaquie, lors de sa visite dans le quartier délabré de Lunik IX à Kosice, dans l’est du pays.Après un réveil matinal, le pape a toutefois débuté sa journée dans la ville de Presov, à une quarantaine de kilomètres de là, pour célébrer une messe selon le rite byzantin, où ont...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut