Rechercher
Rechercher

Politique - Liban-États-unis

Sans gouvernement, sans réformes, sans élections, pas d’aides, martèlent les sénateurs US

Commentant l’importation par le Hezbollah de fuel iranien, les élus démocrates en visite au Liban ne « voient pas la raison pour laquelle le Liban devrait dépendre de l’Iran ».

Sans gouvernement, sans réformes, sans élections, pas d’aides, martèlent les sénateurs US

Les trois sénateurs américains Richard Blumenthal, Christopher Murphy et Christopher Van Hollen lors de leur conférence de presse à l’AIB. Photo Dalati et Nohra

Quatre sénateurs démocrates américains ont clôturé hier leur visite de deux jours au Liban par une conférence de presse sur le tarmac de la base militaire de l’aéroport de Beyrouth. Tour à tour ont pris la parole les sénateurs Christopher Murphy, chef de la délégation et président du sous-comité des Relations étrangères du Sénat sur le Proche-Orient, l’Asie du Sud, l’Asie centrale et de la Lutte contre le terrorisme, Richard Blumenthal et Christopher Van Hollen, évoquant leur tournée auprès des responsables libanais pour prendre connaissance des développements politiques (voir par ailleurs), mais aussi leurs rencontres avec des représentants du soulèvement populaire du 17 octobre 2019. Le quatrième sénateur, Jon Ossoff, ne s’est pas exprimé.

Les élus américains ont constaté la grande souffrance d’une population qui passe ses soirées dans le noir absolu et fait des heures de queue pour obtenir quelques litres d’essence. Même constat pour la troupe qui joue sa survie en ces temps de crise. « J’en ai mal au cœur », a admis Christopher Murphy, promettant d’œuvrer « à trouver les moyens supplémentaires pour soutenir la population et l’armée libanaise ». D’autant, a-t-il rappelé, que les États-Unis sont le plus grand donateur du Liban et de l’armée libanaise en particulier. Une aide à la troupe qui a atteint 120 millions de dollars en 2021.

Ce qui se passe est impardonnable

Parallèlement à cette empathie à l’égard des Libanais, les sénateurs ont exprimé leur attente de résultats de la part de la classe politique ainsi que la mise en place d’un leadership efficace et productif. « Ce qui se passe est impardonnable ! » a lancé M. Murphy, critiquant les hommes du pouvoir qui ont « refusé de faire des choix difficiles ». Cela dit, ils n’ont pas manqué de relever « les bonnes nouvelles » véhiculées par le chef de l’État, Michel Aoun. « Le président Aoun a exprimé sa confiance que le gouvernement serait formé en fin de semaine, d’ici à un ou deux jours », a rapporté le sénateur. Sauf que la formation du gouvernement – si elle venait effectivement à se confirmer, ce qui n’est pas acquis – n’est que le début d’un long processus de réformes attendues et nécessaires. « Sans la mise en place de ce processus de formation du gouvernement et de mise en place des réformes, suivies des législatives en temps dû en 2022, aucune aide n’est possible », a-t-il lancé, espérant voir « l’opportunité pour chaque citoyen de voter en toute sécurité » et l’occasion de voir « des activistes accéder au pouvoir ».

Lire aussi

Berry appelle à la formation d'un gouvernement "au plus tard cette semaine"

Sans surprise, les sénateurs ont rebondi sur l’annonce, par le Hezbollah, relative à l’importation, par le parti, de fuel iranien, face à la pénurie de carburant. Le sénateur Blumenthal a certes reconnu que la crise économique sans précédent que vivent les Libanais est une « calamité », voire un « film d’horreur », que les leaders du pays doivent « rapidement réagir pour atténuer la souffrance du peuple », que les soldats de l’armée libanaise doivent être correctement « rémunérés et nourris pour survivre » et pour accomplir leur mission au service de la nation, que le pays du Cèdre doit recevoir une assistance car il croule sous le poids des réfugiés, mais il ne « voit pas la raison pour laquelle le Liban devrait dépendre de l’Iran » pour l’importation de son carburant. « Il y a bien d’autres sources de carburant qui n’auraient pas les conséquences potentielles désastreuses qu’aurait l’importation de fuel iranien », a-t-il martelé, dans une allusion claire aux sanctions américaines contre l’Iran, toujours en place. Richard Blumenthal a toutefois maintenu le flou quant à la politique qu’adopterait Washington si le Liban réceptionnait le carburant iranien importé par le Hezbollah. Il s’est contenté d’apporter son « soutien à l’initiative de l’ambassadrice américaine, Dorothy Shea », concernant l’importation de gaz égyptien pour les centrales libanaises ou d’électricité produite en Jordanie via la Syrie.

Le Hezbollah, un cancer qui profite de la misère des Libanais

Son confrère, Chris Van Hollen, s’est avéré plus vindicatif vis-à-vis du parti chiite proche de Téhéran. « Le Hezbollah est une organisation criminelle, c’est un cancer qui se répand, profite de la misère et du désespoir du peuple libanais et lui fait de fausses promesses », a-t-il lancé, faisant état de la volonté américaine de « stopper ce cancer malin ». Le sénateur Van Hollen a certes précisé qu’il n’est pas dans les intentions des États-Unis de dire au Liban quel leadership mettre en place. « Mais le manque de leadership et de gouvernement serait un obstacle à l’aide. Et c’est un pas vital, de même que l’engagement que les élections et les réformes auront bien lieu », a-t-il souligné. Forcément, a resurgi la menace de nouvelles sanctions contre les responsables libanais qui seraient reconnus de corruption, sur base de la loi Magnitski. « Nous espérons que les choses se dérouleront sans sanctions. Nous redoublons d’efforts dans ce sens », a conclu le sénateur Murphy.

Lire aussi

Informations contradictoires émaillées d’un optimisme très prudent

Les sénateurs doivent poursuivre leur tournée dans la région. En Israël où ils sont attendus, ils devraient débattre du tracé de la frontière maritime commune avec le Liban, évoquer la solution à deux États au conflit israélo-palestinien, de même que les relations avec l’Iran et l’avenir de l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien (JCPOA).

Aoun espère la formation du gouvernement cette semaine

Le président de la République Michel Aoun a formulé l’espoir que le gouvernement du Premier ministre désigné Nagib Mikati sera formé cette semaine. M. Aoun, qui a reçu une délégation de quatre sénateurs démocrates américains, a assuré à ses visiteurs que le processus de formation du gouvernement est déjà « bien avancé » et que « beaucoup d’obstacles ont été levés », rapporte notre correspondante à Baabda Hoda Chédid. Il a souligné que ce gouvernement aura pour mission de « mener des réformes et de lancer le processus de redressement économique » du pays.

Les déclarations optimistes du chef de l’État interviennent alors que le Premier ministre désigné l’a déjà rencontré à treize reprises depuis sa désignation le 26 juillet pour s’entendre sur la formation du cabinet, sans annoncer de date pour la formation du gouvernement. L’optimisme de M. Aoun a cependant été tempéré par les milieux des anciens Premiers ministres – dont M. Mikati fait partie – qui ont répondu hier à des informations dans les médias attribuées à des sources proches de Baabda et critiquant le Premier ministre désigné. Les anciens chefs de gouvernement sunnites ont ainsi estimé que « le processus de formation du gouvernement tourne toujours dans le cercle d’obstruction bien connu, malgré les efforts déployés par le président Mikati », dans une allusion au président Aoun. Selon ces sources, les anciens Premiers ministres estiment qu’il est « inacceptable de continuer à épuiser le temps crucial dans de vaines querelles » et expriment l’espoir qu’un « gouvernement sera formé au plus tôt conformément aux usages constitutionnels ».

Le président Aoun a par ailleurs assuré à ses visiteurs que les élections législatives se tiendront à temps « au printemps » 2022. « Nous veillerons à ce qu’elles se déroulent dans une atmosphère de liberté et d’intégrité, car la vie démocratique au Liban nécessite un renouvellement des pouvoirs législatif et exécutif », a-t-il affirmé. M. Aoun a en outre remercié les États-Unis pour l’aide fournie à l’armée libanaise, soulignant le besoin urgent du pays pour l’aide humanitaire.

La délégation des sénateurs américains s’est également entretenue avec le président du Parlement, Nabih Berry, qui a lui aussi espéré une formation prochaine du gouvernement. Il a par ailleurs estimé qu’il était « essentiel pour le Liban de bénéficier d’exceptions de la part de Washington concernant les importations et exportations via la frontière syrienne, ce qui permettrait d’aider à résoudre de nombreuses crises » que subit actuellement le pays. M. Berry faisait allusion à la loi César, votée par l’administration américaine en 2019, qui impose de lourdes sanctions au régime syrien et à toute personne, société, institution ou tout gouvernement qui commercialise avec le pouvoir en place à Damas ou contribue à la reconstruction de la Syrie. Washington planche actuellement sur un projet d’importation de gaz égyptien et d’électricité en provenance de Jordanie, via le territoire syrien, ce qui présuppose que des exemptions à la loi César soient accordées à Beyrouth.

Les sénateurs ont aussi été reçus par Nagib Mikati à son domicile ainsi que par le commandant en chef de l’armée, le général Joseph Aoun, avec lequel ils ont évoqué « la situation de l’armée dans les circonstances que traverse le Liban et les moyens de la soutenir pour qu’elle puisse continuer à accomplir sa mission », peut-on lire sur le compte Twitter de l’institution militaire.

Les évêques maronites dénoncent un « partage honteux des quotes-parts »

Les évêques maronites ont déploré hier « l’aggravation de la crise politique, qui rend la formation d’un gouvernement impossible depuis un an pour des raisons liées au partage honteux des quotes-parts ». Dans un communiqué publié à l’issue de leur réunion mensuelle, ils ont mis en garde contre les répercussions de cette situation, estimant qu’elle cachait une « tentative de renverser le pacte national, la Constitution et l’accord de Taëf ».

Les prélats ont également critiqué la « mauvaise gestion des intérêts et de l’argent publics » par la classe dirigeante alors que les

conditions de vie des Libanais continuent de se détériorer. Ils « tiennent les personnes concernées au sein de l’État pour responsables des conséquences des catastrophes successives qu’ils causent », ont-ils souligné dans leur communiqué. Et d’indiquer que « la liberté, la souveraineté, l’indépendance et l’intégrité territoriale du Liban sont sur le point de disparaître », estimant que cela est dû à des « forces régionales et locales ». Les dignitaires maronites ont enfin dénoncé l’« humiliation » que vivent les Libanais en raison des crises en série qui frappent le pays.


Quatre sénateurs démocrates américains ont clôturé hier leur visite de deux jours au Liban par une conférence de presse sur le tarmac de la base militaire de l’aéroport de Beyrouth. Tour à tour ont pris la parole les sénateurs Christopher Murphy, chef de la délégation et président du sous-comité des Relations étrangères du Sénat sur le Proche-Orient, l’Asie du Sud, l’Asie...

commentaires (8)

LA TRINITE DIABOLIQUE DU MAL, BELZEBUTH LE BARBU ET SES DEUX LIEUTENANTS INFERNAUX LES DEUX BELIERS BISCORNUS DE L,APOCALYPSE DE LA BERGERIE DE RAI... S,EN FOUTENT... LE PERSE ORDONNE... ET LE PEUPLE LIBANAIS TRANSFORME EN MENDIANTS AFFAMES PAIE ET SOUFFRE ET RISQUE SON EXISTENCE ET CELLE DU PAYS. LES ADEPTES DIABOLIQUES DU MAL VENDUS SONT BIEN CASES ET NOURRIS PAR LEURS MAITRES.

SPECIALE RUBRIQUE+NO CENSURE=REABONNEMENT+SOUTIEN.

19 h 17, le 02 septembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • LA TRINITE DIABOLIQUE DU MAL, BELZEBUTH LE BARBU ET SES DEUX LIEUTENANTS INFERNAUX LES DEUX BELIERS BISCORNUS DE L,APOCALYPSE DE LA BERGERIE DE RAI... S,EN FOUTENT... LE PERSE ORDONNE... ET LE PEUPLE LIBANAIS TRANSFORME EN MENDIANTS AFFAMES PAIE ET SOUFFRE ET RISQUE SON EXISTENCE ET CELLE DU PAYS. LES ADEPTES DIABOLIQUES DU MAL VENDUS SONT BIEN CASES ET NOURRIS PAR LEURS MAITRES.

    SPECIALE RUBRIQUE+NO CENSURE=REABONNEMENT+SOUTIEN.

    19 h 17, le 02 septembre 2021

  • Par quel coup de maître incroyable et magique l’occupant de Baabda a finalement crédité les ex-présidents, des 30 dernières années Présidents Hraoui, Lahoud et Sleiman que l’on peut qualifier maintenant de réels présidents Forts du moins capables de former un gouvernement dans des délais raisonnables, sans blocages maléfiques. Qui aurait pensé que l’on se retrouverait à créditer ces 3 derniers présidents précités d’avoir l’art de fédérer, et permettre au peuple libanais de vivre et prospérer durant leurs mandats ! Des années où la jeunesse libanaise de tout bord est revenue se rétablir dans un Liban en paix. Alors que l’histoire de la malfaisance de ce mandat est constatée et vécue par tous les libanais. Le président George H Bush avait bien compris qu’il fallait dégager l’incompétent mercenaire destructeur au comptes bancaires cousus de Saddam et établir la paix avec un programme de construction supervisé par le premier ministre R. Hariri. Président Fort = Président Fédérateur Malheureusement, le constat des 5 dernières années est négatif, néfaste, et risque de ne pas changer à moins que d’appliquer la méthode du président George H Bush. Peut-être que l’histoire se répète et le Liban pourrait retrouver la paix et un retour à la dignité et d’humanité au peuple libanais Nais avec une gouvernance loin de ce mercenaire bouffon aux promesses fallacieuses qui a encore détruit et appauvri son peuple.

    HARFOUCHE Nohad

    16 h 06, le 02 septembre 2021

  • Si seulement on pouvait connaître les vraies intentions des américains et leur but. Leur comportement est plus que déroutant et nous sommes là à nous creuser les méninges pour savoir pourquoi ils tardent à prononcer les sanctions ou même à remuer le bâton avant que la situation ne devienne incontrôlable? Les bateaux iraniens sont la meilleure preuve de leur politique brinquebalante. Ils menacent et appellent au boycott et d’un autre côté laissent faire et se posent des questions auxquelles ils sont les seuls à avoir la réponse. Ils se demandent pourquoi le Liban devrait dépendre du fuel iranien? Mais c’est à cause de votre mollesse et de vos hésitations pardi. Les libanais espéraient tant de votre participation à trouver ou exiger une solution et vous voilà à nous vendent votre aide alimentaire à hauteur de 120 millions de dollars pour notre armée qui peine à exister en tant que telle pour imposer son autorité et défendre notre pays. Messieurs les américains, ça n’est pas de nourriture ni de couvertures dont ont besoin les libanais, c’est d’un pouvoir libanais qui est empêché par les mercenaires et vendus que vous continuez à épargner pour on ne sait quelle raison. Pourvu que ça soit pour la bonne cause. L’espoir, c’est toujours ça qui fait tenir les libanais qui croient encore à la volonté de sauver notre pays par les prétendus pays amis. Rien n’est moins sûr vu l’orientation que prend le soit disant plan de sauvetage.

    Sissi zayyat

    12 h 39, le 02 septembre 2021

  • enfin une bonne nouvelle qu'emportent avec eux les senateurs US. AOUN EST OPTIMISTE QUANT A FORMER LE GOUV D'ICI LA FIN DE LA SEMAINE. ben moi aussi je le suis, tient.

    Gaby SIOUFI

    10 h 33, le 02 septembre 2021

  • il est tres surprenant que les eveques maronites n'aient "realise " que maintenant > ca me rappelle Kellon dont se reveillent soudain le sens du devoir envers les citoyens libanais, realisent les crimes commis contre eux... comme par miracle juste apres le soulevement du 17 Oct

    Gaby SIOUFI

    10 h 30, le 02 septembre 2021

  • Merci à Anne marie el-Hage pour cet excellent article. Voilà que les Amerloque qui débarquent avec leur arrogance, et mettent leur grain de sel, pour je ne sais quelles idées, qu’ils ont derrière la tête. Merci messieurs les sénateurs de votre visite. Mais de grâce restez chez vous. Nous Libanais et fiers de l’être, nous n’avons rien contre l’Amérique, ni contre son peuple. Avec tout le respect que l’on vous doit, nous vous prions de rester chez vous. Vu les dégâts que vous avez causés depuis des décennies de par le monde, nous préférons la misère et la faim, que la guerre que vous avez exportée dans les pays considérés par vous comme Amis. Vous vous imposez comme sauveur de l’humanité, et soudainement vous vous retirez du jour au lendemain, en laissant vos armes, et la population qui, vous a soutenue et acclamée, tout le long de votre occupation du pays. Non merci Messieurs les sénateurs, nous avons déjà trop donné aux occupants, Syriens, Israéliens, Palestiniens et Iraniens qui d’ailleurs se complaisent chez nous grâce à votre politique en dents de scie. L’adage dit : RESTONS AMIS RESTEZ CHEZ VOUS ! Bon voyage Messieurs, rejoignez vos familles ils ont plus besoin de vos biens faits que nous Libanais. C’est valable aussi pour les Iraniens et les autres. Vous venez tous en affichant de bonnes intentions qui, tournent vite au vinaigre. Que Dieu nous préserve de nos amis, et nous on s’occupera de nos ennemies dit le proverbe. Vive le Liban libre !

    Le Point du Jour.

    10 h 23, le 02 septembre 2021

  • Les americains sont l origine du mal Tout ce qu ils touchent devient feu et cendres Rappelez vous le Vietnam l afghanistan Le chah d iran L amerique du Sud La colombie la coree et j en passe….

    Robert Moumdjian

    02 h 38, le 02 septembre 2021

  • Marteler, n’y a-t-il pas d’autre terme dans votre terminologie ?!!

    TrucMuche

    00 h 09, le 02 septembre 2021

Retour en haut