Rechercher
Rechercher

Compote au soufre

Venus à bout de quelque 45 milliards de dollars pour gaver Électricité du Liban, des biftons verts grillés en carburant, mauvaise gestion, vol, gabegie et pots-de-vin divers, les phénix d’en haut en sont réduits à aller mendier en Irak une espèce de mixture immonde puant le soufre, que le ministre Raymond Gaga qualifie pompeusement de fuel. Et c’est cette compote improbable que le pendentif orangé voulait à l’origine donner à déglutir aux centrales électriques démantibulées de cette République de peu.

Impayable Raymond ! Après avoir promis aux gueux des balades pieds nus et aux clochards des randonnées à cloche-pied, voilà qu’il découvre que le résidu de cloaque proposé par les Irakiens est non conforme, et qu’il va falloir le troquer contre un carburant plus civilisé… Saupoudré évidemment de la somme croquignolette de 200 millions de dollars, qu’il propose de pomper dans les caisses dégarnies de la banque à Riad. Ce qui veut dire que les dents des poules n’auront même pas poussé avant que les rêveurs ne songent à un allégement du rationnement du courant. Il leur faudra seulement attendre que la combine se mette en place, que les différentes ristournes et commissions soient distribuées. Ce n’est qu’à ce moment que le précieux carburant échangé, raffiné et pasteurisé prendra le chemin de sa réelle destination finale : l’Assadie voisine du Tyranneau de Damas. Et hop, le tour est joué ! La loi César frappant la Syrie est entourloupée. Quant à EDL, elle pourra toujours tirer la langue de soif et se carrer les cheminées là où ses abonnés l’ont toujours souhaité…

Mais comment est donc fabriqué ce pays pour qu’à chaque fois que l’un de ses bouffons détient une brique de pouvoir, il se croie obligé de foncer comme un butor ? Piloté par les phosphorescences locales, le laboratoire libanais carbure à pleins gaz et l’on est prié de savourer religieusement la nouvelle formule commerciale qui s’apprête à éclore : au diable l’Occident décadent, on achètera aux Iraniens ou aux Irakiens, on vendra aux Syriens et on se fera rouler dans la farine par les birbes déliquescents qui nous gouvernent. Et qui sait, avec un peu plus d’efforts, on bâtira un jour des partenariats avec les Afghans, les Tchétchènes, les Kazakhs et les Ouzbeks. La solidarité des décavés !

Un qui sera bien content, c’est le Sayyed 100 % barbu, qui vante les délices de cet échange orienté à l’est et remet à plus tard la destruction d’Israël. Ouf ! Naftali Bennett respire…

[email protected]


Venus à bout de quelque 45 milliards de dollars pour gaver Électricité du Liban, des biftons verts grillés en carburant, mauvaise gestion, vol, gabegie et pots-de-vin divers, les phénix d’en haut en sont réduits à aller mendier en Irak une espèce de mixture immonde puant le soufre, que le ministre Raymond Gaga qualifie pompeusement de fuel. Et c’est cette compote improbable que le...

commentaires (3)

"... et remet à plus tard la destruction d’Israël. Ouf ! Naftali Bennett respire…" Beaucoup plus tard: le 28 juin 2299, pour être précis! En ce jour-là, une éclipse totale du solei sera visible à partir du caillou de Chebaa: les futurs barbus attendront ce moment pour déclencher leur offensive foudroyante...

Georges MELKI

10 h 09, le 05 août 2021

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • "... et remet à plus tard la destruction d’Israël. Ouf ! Naftali Bennett respire…" Beaucoup plus tard: le 28 juin 2299, pour être précis! En ce jour-là, une éclipse totale du solei sera visible à partir du caillou de Chebaa: les futurs barbus attendront ce moment pour déclencher leur offensive foudroyante...

    Georges MELKI

    10 h 09, le 05 août 2021

  • Triste mais très bon Monsieur

    Muller Bertrand

    15 h 21, le 30 juillet 2021

  • Toujours un plaisir que de vous lire.

    Brunet Odile

    08 h 39, le 30 juillet 2021

Retour en haut