Rechercher
Rechercher

Santé - Accidents

L’OMS appelle à des stratégies nationales pour prévenir les noyades

Entre 2009 et 2019, plus de 2,5 millions de personnes sont mortes noyées. Ce traumatisme touche surtout les enfants de moins de 5 ans.

L’OMS appelle à des stratégies nationales pour prévenir les noyades

Apprendre aux enfants les bases de la natation est l’un des moyens de prévenir la noyade, selon l’OMS. Photo d’illustration Bigstock

Troisième cause de décès par traumatisme non intentionnel dans le monde, la noyade représente 7 % de l’ensemble des décès par traumatisme. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), plus de 2,5 millions de personnes sont mortes noyées entre 2009 et 2019. Ce bilan lourd aurait pu être sensiblement réduit avec quelques mesures simples, affirme l’agence onusienne à l’occasion de la première Journée de prévention de la noyade, fixée au 25 juillet. Celle-ci a été créée par l’Assemblée générale des Nations unies fin avril à l’initiative du Bangladesh, où quarante enfants meurent noyés chaque jour, selon des chiffres de 2016.

En 2019, quelque 236 000 individus sont morts par noyade, estime l’OMS, dont les chiffres ne tiennent pas compte des noyades liées à des inondations ou par suicide, ni des noyés sur des bateaux de transport et donc les nombreux migrants qui perdent la vie en Méditerranée, à titre d’exemple. Et dans de nombreux pays, ces accidents restent l’une des premières causes de mortalité des enfants de moins de 5 ans.

Selon l’OMS, 60 % des personnes noyées avaient moins de 30 ans, les enfants de moins de 5 ans étant particulièrement touchés. De fait, la noyade est la première cause de la mort des moins de 5 ans en Chine, et la deuxième aux États-Unis et en France, mais le taux est trois fois plus élevé dans les pays à faibles et moyens revenus que dans les pays riches, a-t-il précisé. En effet, même si la charge et les décès imputables aux noyades se retrouvent dans toutes les économies et les régions, c’est dans les pays à revenus faibles ou intermédiaires que plus de 90 % des décès surviennent, précise l’OMS. En Ouganda et en Tanzanie, deux études ont montré que 80 % des morts par noyade étaient de jeunes pêcheurs.

Prévention

Et pourtant, la noyade « est un motif de décès qui peut être entièrement évité », affirme David Meddings, coordinateur des travaux sur la prévention de la noyade auprès de l’OMS. Il explique que des précautions simples pouvaient sauver des vies, comme le fait de garder les enfants en bas âge loin d’un point d’eau, d’installer de barrières pour limiter l’accès à ces points (couvrir un puits, placer des cloisons, clôturer les piscines à titre d’exemple…), d’apprendre aux enfants les bases de la natation, les consignes de sécurité et les rudiments du sauvetage, ou encore d’assurer des services de garde surveillés de type communautaire pour les enfants d’âge préscolaire.

Pour l’OMS, la prévention de la noyade passe également par des politiques et des législations efficaces. Il s’agit ainsi de définir et de faire appliquer une réglementation régissant la sécurité des bateaux, de la navigation et des ferries, de renforcer la résilience en cas d’inondation et de gérer les risques d’inondation grâce à une meilleure planification de la préparation aux catastrophes, à l’aménagement du territoire et à des systèmes d’alerte précoce. « L’élaboration d’une stratégie nationale de sécurité aquatique permet de sensibiliser davantage à la sécurité relative à l’eau, de créer un consensus autour de solutions, de fournir une orientation stratégique ainsi qu’un cadre destiné à guider l’action multisectorielle, et d’effectuer le suivi et l’évaluation des actions », conclut l’agence onusienne.

Sources : OMS et AFP


Troisième cause de décès par traumatisme non intentionnel dans le monde, la noyade représente 7 % de l’ensemble des décès par traumatisme. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), plus de 2,5 millions de personnes sont mortes noyées entre 2009 et 2019. Ce bilan lourd aurait pu être sensiblement réduit avec quelques mesures simples, affirme l’agence onusienne à...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut