Rechercher
Rechercher

Économie - Assistance financière

Le FMI a-t-il promis jusqu’à 4 milliards de dollars à tout nouveau gouvernement réformateur ?

Le FMI a-t-il promis jusqu’à 4 milliards de dollars à tout nouveau gouvernement réformateur ?

Le Fonds monétaire international promet des milliards au Liban si et seulement si celui-ci se dote d’un gouvernement réformateur. Photo AFP

Pendant que le bâton s’abat sur des Libanais dont plus de la moitié sont passés sous le seuil de pauvreté, c’est une carotte à dix chiffres que le Fonds monétaire international (FMI) aurait promise dimanche au ministre sortant des Finances, Ghazi Wazni, selon une information rapportée hier par le Daily Star via une source au sein de ce ministère. De « 3 à 4 milliards de dollars », et une communauté internationale prête à « tripler, voire quadrupler » ce montant en cas de formation d’un nouvel exécutif capable d’engager des réformes économiques, vitales à la remise sur pied d’un pays en perdition depuis deux ans. Sans cette condition sine qua non, aucune négociation au préalable n’est envisagée par le Fonds, bien que l’organisation internationale ait accepté de fournir une assistance technique à l’équipe du ministère des Finances « et à elle seule », selon cette même source.

Démenti du FM

ID’après la même source, le plan de redressement économique adopté en mai 2020 par « Ghazi Wazni et son équipe », c’est-à-dire concocté par le gouvernement alors en fonctions de Hassane Diab, aurait suffisamment satisfait le FMI pour le considérer comme un bon point d’ancrage, mais l’institution n’acceptera aucun changement dans le calcul des pertes y annoncées du secteur bancaire. Un calcul d’apothicaire mené au printemps 2020 et qui s’était terminé en combat de coqs sur l’ampleur des pertes entre, d’un côté, la Banque centrale et les banques nationales, et, de l’autre, le gouvernement, après que ce dernier eut demandé une assistance financière au FMI à la mi-mai 2020. Des négociations mises à l’arrêt dès juillet 2020 par un FMI découragé par le blocage des parties libanaises.Contacté par nos soins, le service de presse du FMI n’a pas confirmé cette information. « Contrairement à ce qui a été rapporté par certains médias, le personnel du FMI n’a pas pris part à des discussions avec les autorités libanaises concernant une assistance financière potentielle accordée dans le cadre d’un programme à venir », a déclaré l’organisation avant d’ajouter : « Comme nous l’avons indiqué, le FMI espère voir la formation d’un nouveau gouvernement mandaté pour lancer les réformes nécessaires face à la crise. En attendant, le personnel du FMI continuera de fournir une assistance technique aux autorité libanaises. » Alors que cela fait près d’un an que l’exécutif de Hassane Diab a démissionné, et que le Premier ministre désigné il y a neuf mois, Saad Hariri, a renoncé jeudi dernier à former un nouveau gouvernement, la source contactée par le Daily Star aurait également affirmé que les ministres sortants du gouvernement d’affaires courantes actuel étaient réticents à laisser la main.

Lire aussi

DTS : 860 millions de dollars sous forme de prêt à taux zéro seront accordés au Liban, annonce le FMI

L’annonce attribuée – apparemment à tort – au FMI intervient alors que l’impasse politique semble être revenue au point de départ et que l’urgence de la situation catastrophique dans laquelle se trouve le Liban ne semble pas prévaloir sur les congés de cette semaine à l’occasion de la fête de l’Adha. Le chef de l’État, Michel Aoun, a ainsi fixé hier à lundi prochain les consultations parlementaires contraignantes visant à nommer un nouveau président du Conseil. Les échos de cette annonce présumée surviennent enfin quelques jours après celle faite par son directeur exécutif, Mahmoud Mohieldin, d’un prêt à taux zéro de 860 millions de dollars de droits de tirage spéciaux (DTS) au Liban prévu entre fin août et septembre prochains. Une allocation ayant pour but d’aider tous les pays membres du FMI à faire face aux conséquences de la pandémie de Covid-19, en augmentant les réserves des banques centrales. Une perspective qui échaude nombre d’analystes qui mettent en garde contre l’usage de ces DTS par les autorités du pays, réputées pour leur corruption endémique, que la tragédie du 4 août dernier a contribué à mettre en lumière à l’international.


Pendant que le bâton s’abat sur des Libanais dont plus de la moitié sont passés sous le seuil de pauvreté, c’est une carotte à dix chiffres que le Fonds monétaire international (FMI) aurait promise dimanche au ministre sortant des Finances, Ghazi Wazni, selon une information rapportée hier par le Daily Star via une source au sein de ce ministère. De « 3 à 4 milliards de...

commentaires (1)

Pour faire quoi 4milliards? Encore des dettes? On les consommera en 6mois en subventions. D'abord apprenons a vivre dans nos moyens. Ensuite on discutera. Il faut surtout pas que cet argent soit pris par les politiciens pour distribuer a leurs partisans!

Le Liban d'abord

08 h 13, le 20 juillet 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Pour faire quoi 4milliards? Encore des dettes? On les consommera en 6mois en subventions. D'abord apprenons a vivre dans nos moyens. Ensuite on discutera. Il faut surtout pas que cet argent soit pris par les politiciens pour distribuer a leurs partisans!

    Le Liban d'abord

    08 h 13, le 20 juillet 2021

Retour en haut