Rechercher
Rechercher

Économie

Les industriels peuvent importer du mazout sans accord préalable de l’État, annonce Hobballah

Le ministre sortant de l’Industrie, Imad Hobballah, a annoncé hier que les industriels ont désormais le droit d’« importer directement du mazout et d’autres hydrocarbures sans accord préalable » de l’État, alors que ces produits se font de plus en plus rares dans un Liban en plein effondrement. Cet accord intervient à l’issue d’une réunion avec le président de la République, Michel Aoun, et le ministre sortant de l’Énergie et de l’Eau, Raymond Ghajar, au cours de laquelle les responsables ont examiné les « besoins des usines en matière de carburants, afin qu’elles n’arrêtent pas de travailler malgré la crise », selon le compte Twitter de la présidence. Imad Hobballah a en effet expliqué, à l’issue de cette réunion, que les « usines souffrent d’un grand problème à cause des coupures de courant électrique, de la dépendance excessive à des générateurs privés et de la levée des subventions sur le mazout ».

Cela correspond donc à une levée de facto des subventions accordées par l’État sur ces biens pour les industriels, a souligné le ministre. En effet, les industriels qui souhaitent importer eux-mêmes leur carburant devront se procurer des devises, sur le marché parallèle, où le dollar s’échangeait dans la matinée aux alentours de 22 500 livres pour un dollar, contre un taux officiel de 1 507,5 livres. Le ministre a par ailleurs expliqué que ces procédures ne devraient pas provoquer de trafic du mazout, le carburant importé étant payé au prix du marché parallèle, et étant donc beaucoup plus cher que celui importé par l’État, et subventionné au taux de 3 900 livres pour un dollar. Les importations se feront « avec le soutien du ministère de l’Énergie », a-t-il ajouté. Pour sa part, le directeur du ministère de l’Industrie, Dany Gédéon, a mis en garde contre « un arrêt de la distribution de certains produits industriels » vu que « de nombreuses usines ont arrêté leur production ».


Le ministre sortant de l’Industrie, Imad Hobballah, a annoncé hier que les industriels ont désormais le droit d’« importer directement du mazout et d’autres hydrocarbures sans accord préalable » de l’État, alors que ces produits se font de plus en plus rares dans un Liban en plein effondrement. Cet accord intervient à l’issue d’une réunion avec le président de la...

commentaires (2)

Tout ce qui fait l’affaire du HB sera autorisé. On ne le sait que trop

Sissi zayyat

10 h 32, le 21 juillet 2021

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Tout ce qui fait l’affaire du HB sera autorisé. On ne le sait que trop

    Sissi zayyat

    10 h 32, le 21 juillet 2021

  • et pourquoi en auraient ils eu besoin dites mr. le ministre ? pourquoi la loi les y obligeraient elle sauf pour renforcer le cartel des "importateurs autorises" en leur assurant d'autant plus de benefices, MAIS SURTOUT POUR COUVRIR leur sac criminel en gonflant les prix "agrees" par les officiels ET la qualite du produit importe.

    gaby sioufi

    09 h 55, le 20 juillet 2021

Retour en haut