Rechercher
Rechercher

Société - Crise du médicament

« Nous avons ouvert la porte aux importations en urgence », assure le ministère de la Santé

« Nous avons ouvert la porte aux importations en urgence », assure le ministère de la Santé

De nombreux produits sont désormais introuvables dans les pharmacies depuis plusieurs semaines. Anwar Amro/AFP

Abordant la question de la levée partielle des subventions sur les médicaments, le ministère de la Santé a répondu hier aux critiques des importateurs et des pharmaciens au sujet des mesures annoncées vendredi dernier en vue de tenter de régler la crise qui prévaut dans le secteur. « Nous avons ouvert la porte aux importations en urgence et à l’enregistrement rapide de toutes sortes de médicaments introuvables sur le marché, et ce au moyen d’un accord préalable du ministère, tout en préservant la qualité des produits importés. Cette décision vise à assurer les médicaments à des prix compétitifs et à mettre fin au stockage », a annoncé le ministère dans un communiqué, non sans susciter de nouvelles craintes quant à la provenance des médicaments qui seront importés dans le futur.Une grande partie des médicaments est actuellement introuvable dans les pharmacies en raison d’un nouveau mécanisme imposé par la Banque du Liban et supposant un accord préalable avant toute importation de produits subventionnés.

Répondant aux critiques des importateurs, après avoir adopté pour la tarification des médicaments désormais non subventionnés le taux de 12 000 LL pour un dollar, alors que le taux sur le marché parallèle gravitait hier autour de 22 000 LL, le ministère précise que les produits concernés ont été importés alors que le taux du dollar n’était pas encore aussi élevé. « Nous rappelons que les produits présents actuellement sur le marché ont été achetés lors des cinq premiers mois de 2021 et la plupart attendent d’être subventionnés. La liste des prix des médicaments non subventionnés, établie selon le taux de 12 000 LL pour un dollar, a été calculée pour la période où ces produits ont été importés, le dollar n’ayant pas dépassé les 12 700 LL en avril dernier. Ce faisant, ni les importateurs ni les pharmaciens n’accuseront de pertes s’ils vendent les médicaments stockés. Cette décision vise à protéger les citoyens, sinon les prix des médicaments non subventionnés seront multipliés par 12 », explique le texte.

Le ministère a par ailleurs de nouveau accusé la Banque du Liban (BDL) d’être responsable de la levée partielle des subventions. « Le ministère assure avoir levé les subventions à cause du refus de la BDL de subventionner les produits payés en devises étrangères. La banque centrale a également arrêté en mai et en juin de payer les factures accumulées dont certaines remontent à novembre 2020 », se justifie le ministère. « Après avoir été clairement informé par la BDL de son incapacité à soutenir le secteur de santé à hauteur de 50 millions de dollars par mois, le ministère a décidé de consacrer les subventions aux médicaments des maladies chroniques et du cancer, aux vaccins, au lait infantile, et aux maladies nerveuses et psychiques », conclut-il.



Abordant la question de la levée partielle des subventions sur les médicaments, le ministère de la Santé a répondu hier aux critiques des importateurs et des pharmaciens au sujet des mesures annoncées vendredi dernier en vue de tenter de régler la crise qui prévaut dans le secteur. « Nous avons ouvert la porte aux importations en urgence et à l’enregistrement rapide de toutes...

commentaires (1)

Ils n’en serait rien puisque le plan de la pénurie est en marche. Ils cloisonnent toutes les issues et sont prêts à annoncer l’arrivée des médicaments iraniens sur notre sol pour montrer aux libanais écervelés que leur salut ne viendrait que de ce pays qui tente par tous les moyens de l’agenouiller et le dominer avec la complicité de son chef d’état sans conscience qui continue à collaborer pour anéantir notre pays fier de son exploit destructeur. Qu’est ce qu’on attend pour le destituer?

Sissi zayyat

12 h 44, le 19 juillet 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Ils n’en serait rien puisque le plan de la pénurie est en marche. Ils cloisonnent toutes les issues et sont prêts à annoncer l’arrivée des médicaments iraniens sur notre sol pour montrer aux libanais écervelés que leur salut ne viendrait que de ce pays qui tente par tous les moyens de l’agenouiller et le dominer avec la complicité de son chef d’état sans conscience qui continue à collaborer pour anéantir notre pays fier de son exploit destructeur. Qu’est ce qu’on attend pour le destituer?

    Sissi zayyat

    12 h 44, le 19 juillet 2021

Retour en haut