Rechercher
Rechercher

Politique - Crise au Liban

Raï : Comment un État peut-il fonctionner sans pouvoir exécutif ?

"Face au nombre de victimes causées par la double explosion du 4 août, les immunités des responsables devraient s'évaporer", a estimé le patriarche maronite. 

Raï : Comment un État peut-il fonctionner sans pouvoir exécutif ?

Le patriarche maronite Béchara Raï. Photo ANI

Le patriarche maronite Béchara Raï a plaidé dimanche pour la nomination rapide d'un nouveau Premier ministre désigné "capable de faire face aux défis" du Liban en pleine crise, s'interrogeant sur la façon dont peut "fonctionner un État sans pouvoir exécutif", alors que le pays attend depuis plus de onze mois un nouveau cabinet. 

Les nouvelles exhortations de Mgr Raï, accompagnées de sévères critiques à l'égard de la classe politique qu'il a qualifiée d'"incapable", ont été lancées alors que jeudi, Saad Hariri s'est récusé de sa mission de formation du futur cabinet, après des mois de bras de fer politique personnel l'opposant au chef de l'État Michel Aoun et à son camp. Cette récusation enfonce encore un peu plus le Liban dans une crise politique sévère, qui vient aggraver l'effondrement socio-économique et financier du pays, marqué par une dépréciation rapide de la monnaie nationale et des pénuries.

Lire aussi

Pas de consultations parlementaires avant la fin de l’Adha

"Au nom du peuple appauvri, humilié et affamé (...) et de notre nation qui s'effondre, nous appelons toutes les forces politiques à joindre leurs efforts et se concerter pour nommer, lors des prochaines consultations parlementaires contraignantes, une personnalité sunnite" en tant que Premier ministre désigné, a lancé le patriarche lors d'une messe à Dimane, au Liban-Nord. Cette personne devra pouvoir faire face aux "défis actuels" et former rapidement le nouveau cabinet, a-t-il ajouté. "Le temps est venu d'assumer les responsabilités et ne pas de se replier", a-t-il souligné, estimant que le Liban ne connaît pas actuellement une "crise gouvernementale ordinaire, mais une crise nationale totale qui nécessite d'unifier les efforts de tous afin de lutter contre un coup d'État contre le régime, la Constitution et les institutions". Il a exprimé l'espoir qu'à terme, "une nouvelle situation politique rétablissant les équilibres et répondant aux attentes des pays-amis" puisse être créée. "Au nom de la responsabilité nationale, il faut passer outre les intérêts égoïstes et les calculs électoraux étroits qui dominent au sein de la majorité des forces politiques, et faire primer l'intérêt national suprême", a-t-il plaidé. 

La levée nécessaire des immunités
"Comment un État peut-il fonctionner sans pouvoir exécutif", s'est encore indigné le dignitaire maronite. C'est de ce pouvoir que dépendent "les réformes nécessaires pour construire les différents secteurs, et qui sont la condition de toute aide financière internationale et le contrôle des ministères et administrations permettant de mettre fin à la corruption financière", a-t-il rappelé. Il a indiqué qu'un nouveau gouvernement permettrait également de soutenir le travail du juge d'instruction près la cour de justice, Tarek Bitar, dans son enquête sur la double explosion au port de Beyrouth, et de résoudre la question de la levée des immunités. "Face au nombre des victimes et des blessés, à la tristesse et au sang versé, les immunités devraient s'évaporer", a-t-il déclaré. 

Lire aussi

Dans la maison Hariri, l’impossible succession

"Qui d'autre que le gouvernement peut effectuer le suivi de l'audit juricomptable de la Banque du Liban et de tous les ministères, fonds et conseils ? Qui d'autre que le gouvernement peut mettre un terme à la contrebande, au gaspillage et au vol des fonds publics ?", s'est-il interrogé. Le patriarche a par ailleurs estimé que la "perte de temps" dans les développements politiques "renforce l'idée de l'organisation d'une conférence internationale" pour faire sortir le Liban de la crise. "Les responsables politiques prouvent chaque jour qu'ils sont incapables de respecter leurs plus petites obligations vis-à-vis du peuple et de la nation, a-t-il poursuivi. Ces politiciens sont incapables de régler les problèmes quotidiens les plus élémentaires, comme la gestion des déchets, l'approvisionnement en électricité, en vivre, en médicaments et en carburants. Ils sont incapables de lutter contre la corruption".


Le patriarche maronite Béchara Raï a plaidé dimanche pour la nomination rapide d'un nouveau Premier ministre désigné "capable de faire face aux défis" du Liban en pleine crise, s'interrogeant sur la façon dont peut "fonctionner un État sans pouvoir exécutif", alors que le pays attend depuis plus de onze mois un nouveau cabinet. Les nouvelles exhortations de Mgr Raï, accompagnées...

commentaires (9)

Ce pays s’en tirerait mieux sans pouvoir exécutif et surtout sans président vu les preuves d’incompétence et de trahison.

Sissi zayyat

13 h 22, le 19 juillet 2021

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Ce pays s’en tirerait mieux sans pouvoir exécutif et surtout sans président vu les preuves d’incompétence et de trahison.

    Sissi zayyat

    13 h 22, le 19 juillet 2021

  • Nous restons beat et dubitatif devant cette millionième homélie qui tarde à se diatriber ! Votre béatitude !

    PHENICIA

    22 h 32, le 18 juillet 2021

  • CETTE PHOTOS DE MAUVAIS GOUT DE RAÏ DEVRAIT PAS ÊTRE EXPOSÉE DANS CE JOURNAL, PENDANT QUE LES PAUVRES CROYANTS SONT ENTRAIN DE CREVER DE FAIM.

    Gebran Eid

    22 h 22, le 18 juillet 2021

  • VOUS ÊTES BIEN TRÈS HEUREUX ET FIER DE NOUS MONTRER CETTE PHOTOS DE MAUVAIS GOUT DE RAÏ AVEC TOUS LES SIGNES DE RICHESSE EN OR ET CES VÊTEMENTS DE QUALITÉ EXTRÊME ? PENDANT QUE LES VRAIS PAUVRES CROYANTS SONT ENTRAIN DE CREVER. AU LIEU QUE CE MONSIEUR QUI PRÉTEND REPRÉSENTER JESUS SUR TERRE, SOIT LE PREMIER DANS LA RUE POUR DÉCLENCHER UNE VRAIE RÉVOLUTION CONTRE LA NAFIA QUI NOUS GOUVERNE.

    Gebran Eid

    22 h 19, le 18 juillet 2021

  • Qui est le premier responsable du pays? Qui possède un ego démesuré alors qu’il a prouve sa totale incompetence? Trouvez ces réponses qui vous permettront de réécrire vos prêches

    Liberté de Penser

    22 h 02, le 18 juillet 2021

  • OLJ, instead of calling the conflict between the President and ex-prime minister designate “bras de fer”, can you please dive in and explain the reasons for this conflict including the reasons for the constant rejection by the President of the cabinet line-ups proposed by Mr. Hariri. As well, can you dwell upon the incoherent interview Mr. Hariri gave following his withdrawal from contention.

    Mireille Kang

    21 h 42, le 18 juillet 2021

  • Quand n’importe quel homme qui exerce une fonction aussi élevée soit elle et même d’autant plus que sa fonction est élevée, est avéré incompétent, il doit être déchu de sa fonction et remplacé par un autre. En politique mais pas seulement, les élections sont là précisément pour procéder à ce remplacement. Même sous la monarchie de droit divin par excellence qu’était le royaume de France jusqu’en 1789, lorsque tous les héritiers d’une dynastie s’étaient avérés incompétents, on procédait sans tarder à une élection d’un nouveau roi. C’est ainsi que Hugues Capet a été élu roi le 1er juillet 987 alors qu’il y avait encore un hériter carolingien mais d’une incompétence publiquement notoire. Ce n’est donc pas du tout la révolution de 1789 qui a été à l’origine du principe qui veut qu’un pouvoir incompétent doit être remplacé par des élections, mais bien la loi que Dieu a mis dans la nature humaine en vue du bien commun temporel. Qu’attend donc Mgr Raï pour réclamer des législatives anticipées ? Ne pas le faire et couvrir son inaction par des critiques anonymes contre « kellon », « tout le monde et personne » c’est une lâcheté contraire à la loi naturelle et donc à l’ordre instauré par Dieu.

    Citoyen libanais

    15 h 22, le 18 juillet 2021

  • C'est d'abord la structure même du Liban, dès sa création, qui est en contradiction avec la tradition maronite catholique. Il peut y avoir tolérance de la foi catholique maronite et des Eglises diverses catholiques avec des religions contraires et même contradictoires à la seule vraie foi catholique, au nom du principe d'une liberté religieuse fondée sur la seule dignité naturelle de toute personne humaine, abstraction faite de la vérité surnaturelle unique de la Foi catholique. Une saine laïcité n'est pas la confusion et l'égalité de toutes les religions avec la seule vraie religion. C'est de cette saine laïcité dont n'est pas pourvue le Liban, mais d'un multicommunautarisme à base confessionnel, au nom de la reconnaissance de Dieu créateur.

    DINTILHAC bernard

    15 h 15, le 18 juillet 2021

  • Il ferait mieux de prêcher l'évangile et rien d'autre.

    Esber

    14 h 08, le 18 juillet 2021

Retour en haut