Rechercher
Rechercher

Économie - Crise au Liban

La BDL commence à vendre des dollars au taux de 3.900 LL pour les importations de carburant

Les montants requis par les importateurs pour acheter leurs produits seront couverts à 100 %, précise la banque centrale. 

La BDL commence à vendre des dollars au taux de 3.900 LL pour les importations de carburant

Le siège de la Banque du Liban à Beyrouth. Photo d'archives P.H.B.

La Banque du Liban (BDL) a annoncé qu'elle vendrait, à partir d'aujourd'hui lundi, des dollars américains aux banques au taux de 3.900 livres libanaises pour un billet vert, afin de permettre l'ouverture de lignes de crédit pour l'importation de tous les types de carburant. Les montants requis par les importateurs pour acheter leurs produits seront couverts à 100 % à ce taux, précise la BDL. Cette annonce vient confirmer un mécanisme annoncé dans le courant de la semaine dernière afin de résoudre les pénuries d'essence, dont souffrent les Libanais depuis des semaines, et alors que de nombreuses stations-service ont arrêté de vendre de l'essence depuis ce week-end.

"A partir du 28 juin 2021, la BDL vendra des dollars américains aux banques qui ouvrent des crédits pour l'importation de tous les types de carburant, après avoir obtenu une autorisation préalable pour l'ouverture de ces crédits, au taux de 3.900 LL pour un dollar", a écrit la banque centrale dans un communiqué. Elle précise que les banques pourront verser les fonds réclamés pour couvrir 100 % du montant des importations.

Nouveaux tarifs mardi
Dans la soirée, la direction générale du Pétrole, relevant du ministère de l'Energie, a confirmé que les nouveaux tarifs des carburants, sur la base du taux de 3.900 LL, seraient publiés mardi. "Les sociétés importatrices livreront le carburant sur le marché local sur la base de ces nouveaux tarifs", a ajouté l'administration, qui indique que les crédits devant payer les chargements des navires-citernes actuellement au large du Liban avaient été autorisés par la BDL et que ces navires avaient commencé à décharger leur cargaison.

Lire aussi

Pénuries, blocages de routes : la descente aux enfers s'accélère

Il avait été annoncé la semaine dernière que ce mécanisme serait observé pour une durée de trois mois. Un tel mécanisme aura un impact certain sur l’ensemble des prix sur le territoire libanais, à un moment où l’inflation bat déjà tous les records (+119,83% en rythme annuel à fin mai). Avant cette annonce, de longues files se sont formées dans tout le pays devant les rares stations-service encore ouvertes, afin que les automobilistes remplissent leur réservoir avant l'augmentation des prix. Parallèlement, le mazout se fait de plus en plus rare dans le pays, ce qui affecte tous les secteurs, ce carburant étant utilisé pour alimenter des groupes électrogènes privés, qui pallient le déficit chronique de la production de courant par l'Etat.

Commentant ces pénuries, le porte-parole du syndicat des propriétaires de stations-service, Georges Brax, a estimé dans la matinée que le trafic devant ces établissements devrait diminuer avec "l'augmentation des prix des carburants mercredi". Selon lui, les prix devraient atteindre "61 ou 62.000 livres libanaises avec cette augmentation". "Les quantités qui doivent être distribuées aux stations sont moindres que celles prévues en raison du stockage et de la contrebande", a-t-il ajouté, dans un entretien à la chaîne locale d'informations LBCI, appelant à remplir deux conditions afin de permettre d'alléger les files d'attente pour ceux qui veulent faire le plein : assurer que les sociétés importatrices puissent accéder aux crédits et produits nécessaires pour répondre à la demande locale et garantir la distribution de la totalité de ces importations aux stations.

Depuis octobre 2019 et le début de la crise que traverse le Liban, marquée par une dépréciation rapide de sa monnaie nationale, la BDL subventionnait 90 % des importations de carburant au taux officiel de 1.507,5 LL et les importateurs devaient fournir les 10 % restants au taux du marché parallèle, qui tournait autour des 17.500 LL pour un billet vert ce lundi. 

La Banque du Liban (BDL) a annoncé qu'elle vendrait, à partir d'aujourd'hui lundi, des dollars américains aux banques au taux de 3.900 livres libanaises pour un billet vert, afin de permettre l'ouverture de lignes de crédit pour l'importation de tous les types de carburant. Les montants requis par les importateurs pour acheter leurs produits seront couverts à 100 % à ce taux, précise la...

commentaires (1)

C'est un rigolo ou quoi le Riad ? Chaque fois qu'il annonce une nouvelle mesure de la BDL, la livre decroche de 20 ou 30 %. On dirait que c'est fait expres ? Pour faire plaisir a ses complices les crapules bancaires ?

Michel Trad

21 h 40, le 28 juin 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • C'est un rigolo ou quoi le Riad ? Chaque fois qu'il annonce une nouvelle mesure de la BDL, la livre decroche de 20 ou 30 %. On dirait que c'est fait expres ? Pour faire plaisir a ses complices les crapules bancaires ?

    Michel Trad

    21 h 40, le 28 juin 2021

Retour en haut