Rechercher
Rechercher

Économie - Essence

Georges Brax salue la décision de la BDL « de signer des ouvertures de lignes de crédit »

Georges Brax salue la décision de la BDL « de signer des ouvertures de lignes de crédit »

Une longue file d’attente dans une station-service jeudi. Photo Hussam Shbaro

Suite à un communiqué publié jeudi soir par la Banque du Liban (BDL), le porte-parole des propriétaires de stations-service du pays, Georges Brax, a salué hier, dans des propos rapportés par l’Agence nationale d’information, la décision de la banque centrale de « signer des ouvertures de lignes de crédit » afin de pouvoir importer du carburant. Les longues files d’attente sont devenues courantes depuis plusieurs semaines devant les stations-service encore ouvertes à travers le pays, en raison justement d’un retard, désormais récurrent, de paiement de la part de la BDL. Deux navires-citernes sont déjà dans les eaux libanaises, en attente de la banque centrale.

Le communiqué de la BDL précise toutefois qu’elle est « prête à ouvrir des lignes de crédit » à partir du moment où l’argent déboursé n’est pas ponctionné sur les réserves obligatoires des banques qui, à 15 milliards de dollars selon une estimation du Premier ministre sortant Hassane Diab en mars, constitueraient aujourd’hui la quasi-totalité des réserves de devises restantes à la BDL. Une limite dont est conscient Georges Brax, qui s’est également demandé « combien de temps les subventions allaient durer et quelles quantités allaient être débloquées », dans des propos à L’Orient-Le Jour. Mais il reste confiant dans le fait que la « banque centrale n’aurait pas fait part de sa volonté de payer si elle n’était pas certaine de pouvoir honorer cet engagement », dit-il.

Lire aussi

Georges Brax propose un plan de réduction des subventions sur l’essence

Il a également appelé les autorités compétentes soit à lever les subventions mises en place depuis le début de la crise à mi-2019, soit à sécuriser les devises nécessaires à la BDL pour qu’elle fournisse une partie des devises aux importateurs au taux officiel de 1 507,5 livres pour un dollar, contre près de 15 000 livres hier sur le marché parallèle. Le ratio s’élève à 90 % pour ceux qui importent du carburant (essence, mazout et gaz domestique). Le porte-parole des propriétaires de stations-service a d’ailleurs proposé son propre plan de levée progressive des subventions sur les hydrocarbures, « en espérant que les autorités le suivent, s’en inspirent ou proposent quelque chose de meilleur pour aller de l’avant ».


Suite à un communiqué publié jeudi soir par la Banque du Liban (BDL), le porte-parole des propriétaires de stations-service du pays, Georges Brax, a salué hier, dans des propos rapportés par l’Agence nationale d’information, la décision de la banque centrale de « signer des ouvertures de lignes de crédit » afin de pouvoir importer du carburant. Les longues files...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut