Rechercher
Rechercher

Société - France- Liban

Lancement d’un projet de formation professionnelle pour les populations vulnérables

Ce projet, le second du genre, vise à « contribuer au renforcement du lien social » et à générer des revenus pour les jeunes afin « qu’ils s’insèrent dignement dans la société », selon l’Agence française de développement.

Lancement d’un projet de formation professionnelle pour les populations vulnérables

Lancement du programme « Maharat li Loubnan 2 » financé par l’AFD et mis en œuvre par l’IECD et Semeurs d’avenir, en présence de l’ambassadrice de France au Liban, Anne Grillo. Photo Agnès Robini

Sous le patronage de l’ambassadrice de France au Liban, Anne Grillo, le programme « Maharat li Loubnan 2 » (Compétences pour le Liban 2), destiné à soutenir la formation professionnelle et entrepreneuriale des populations vulnérables touchées par la crise multiforme que traverse le pays, a été lancé le 7 juin par l’Agence française de développement (AFD), l’Institut européen de coopération et développement (IECD) et l’ONG Semeurs d’avenir. « Aider à choisir sa vie pour ne pas la subir », a plaidé l’ambassadrice dans un mot prononcé à cette occasion au Centre national de formation professionnelle à Dekouaneh, tout en insistant sur l’importance de l’éducation pour gagner sa liberté, en assurant du soutien de son pays à ce projet et en rappelant la promesse faite par le président Emmanuel Macron lors de ses dernières visites, celle de ne pas « abandonner le Liban et son peuple ».


Un élève en formation d’électricité du bâtiment explique son travail à Mme Grillo. Photo Agnès Robini

« La France soutient les jeunes du Liban en contribuant au développement de leurs compétences et en les accompagnant dans leurs initiatives. L’énergie entrepreneuriale et les talents de la jeunesse du Liban doivent être encouragés et mis au profit de l’économie locale », a ajouté Mme Grillo, qui a souligné que ce projet est une nouvelle matérialisation concrète du soutien aux populations vulnérables du Liban.

Lire aussi

Innover dans le numérique, le défi du secteur éducatif au Liban

Pour Thierry Liscia, directeur adjoint de l’AFD au Liban, cette action vise à « contribuer au renforcement du lien social », tout en générant des revenus pour les jeunes afin qu’ils « s’insèrent dignement dans la société ». Financé par une subvention de l’AFD à hauteur de cinq millions d’euros sur trois ans, le programme profitera à 2 000 personnes vulnérables à travers le pays. Parmi elles, 50 % de femmes et 30 % de réfugiés bénéficieront de formations qualifiantes, courtes ou longues dans quatre régions : Beyrouth/Mont-Liban, Nord, Békaa et Sud, alors que 550 entrepreneurs (en création d’activité ou installés) recevront un appui pluridimensionnel. Deux filières de formations longues, les baccalauréats techniques en maintenance industrielle et en programmation informatique, seront par ailleurs consolidées au travers du soutien de huit écoles techniques et de l’accompagnement de six directeurs de ces écoles dans le cadre d’un coaching individualisé, a indiqué l’AFD

Selon Élie Nissi, formateur en plomberie, « c’est un échange de compétences humaines et professionnelles entre les professeurs et les élèves, comme un don mutuel ». Pour sa part, Mehdi Assaf, 20 ans, a été formé à l’aide à la personne âgée ou malade grâce à la première édition de « Maharat li Loubnan », lancée en 2017. Il explique avoir pu développer des compétences auxquelles il n’aurait pas pu prétendre sans ce programme : « Grâce à cette expérience, je suis là où je n’aurais jamais pensé être », assure-t-il. Peu de perspectives s’offraient à ce jeune homme qui avait arrêté ses études, mais un jour, sur les réseaux sociaux, il est tombé sur une offre de formation postée par Semeurs d’avenir. Aujourd’hui, grâce aux compétences qu’il a acquises, il est agent de terrain au sein de l’ONG arcenciel et continue de se rendre chez des personnes âgées ou malades en tant qu’aide-soignant indépendant.


Les élèves formés par Semeurs d’Avenir aux côtés de l’ambassadrice. Photo Agnès Robini

Le directeur des opérations de l’IECD au Liban, Vianney Basse, a affirmé, quant à lui, que son organisation « est plus que jamais convaincue que la formation professionnelle et l’accès à l’emploi des jeunes sont des facteurs-clefs de développement du Liban ». « Nous remercions l’AFD pour sa confiance, a-t-il ajouté, ce nouveau partenariat va nous permettre de renforcer les programmes en cours et d’en ouvrir de nouveaux, au plus près des opportunités qu’offre ce pays et des besoins de la population libanaise. »

« Grâce à ce nouveau soutien de l’AFD, à un moment crucial pour le Liban et l’avenir de sa jeunesse, Semeurs d’avenir va pouvoir continuer à se développer et à apporter son expertise auprès de nouveaux partenaires et bénéficiaires », a indiqué le directeur de l’ONG Karim Osseirane.

Lire aussi

Le bac français au Liban : la difficile réforme en temps de crise

Ce projet contribuera également à réduire les tensions sociales dans les différentes régions concernées en améliorant les perspectives individuelles d’insertion professionnelle des personnes formées et en favorisant la coopération de publics issus de communautés différentes, souligne l’AFD. Il participera également à déconstruire les stéréotypes en matière d’emploi et d’entrepreneuriat des femmes.

Le projet « Maharat li Loubnan 2 », qui s’exécutera sur trois ans, s’inscrit dans la continuité du projet du même nom mis en œuvre par l’IECD et Semeurs d’avenir, une organisation de la société civile libanaise, avec l’appui de l’AFD, tout en prenant en compte le contexte de crises que connaît aujourd’hui le Liban.


Sous le patronage de l’ambassadrice de France au Liban, Anne Grillo, le programme « Maharat li Loubnan 2 » (Compétences pour le Liban 2), destiné à soutenir la formation professionnelle et entrepreneuriale des populations vulnérables touchées par la crise multiforme que traverse le pays, a été lancé le 7 juin par l’Agence française de développement (AFD), l’Institut...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut