Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Gouvernement : Cette semaine sera décisive, réaffirme Berry

Saad Hariri serait en train de préparer une nouvelle mouture de son équipe, selon l’agence al-Markaziya.

Gouvernement : Cette semaine sera décisive, réaffirme Berry

Le président de l'ordre des rédacteurs de la presse libanaise, Joseph Kosseifi, et le chef du Parlement libanais, Nabih Berry, à Aïn el-Tiné le 8 juin 2021. Photo ANI

Le président du Parlement libanais, Nabih Berry, a réaffirmé mardi que la semaine en cours sera « décisive » pour le processus de formation du gouvernement, qui se fait attendre depuis près de dix mois, et pour son initiative qui se noie dans les querelles politiciennes et se heurte au bras de fer opposant le président de la République, Michel Aoun, et son camp au Premier ministre désigné, Saad Hariri. Le chef du Législatif répète ainsi des propos similaires qu'il avait tenus ces derniers jours dans la presse.

M. Berry s’est entretenu à Aïn el-Tiné, avec Joseph Kosseifi, président de l’ordre des rédacteurs de la presse. Citant le chef du législatif, M. Kosseifi a déclaré : « La semaine en cours devrait être décisive (au niveau de la formation du gouvernement), dans la mesure où le Liban ne peut plus tolérer d’atermoiements ».
« Espérons que les contacts en cours déboucheront sur des résultats positifs », a encore dit Nabih Berry, selon M. Kosseifi, faisant savoir que des efforts sont déployés à l’heure actuelle pour franchir les obstacles qui restent. Et le chef du législatif d’estimer, une nouvelle fois, que le problème du Liban est « à 100% interne ». Une position qu’il avait déjà clairement exprimée lors d’une conférence de presse tenue le 24 mai dernier. Il répondait implicitement à ceux qui soutiennent que le processus gouvernemental au Liban est lié aux résultats des négociations entre Téhéran et la communauté internationale au sujet du dossier nucléaire iranien.

L'éditorial de Issa Goraïeb

Salée, l’addiction !

Evoquant la rencontre élargie prévue le 1er juillet prochain au Vatican entre le pape François et les principaux dirigeants des communautés chrétiennes présentes au Liban, M. Berry a estimé que cette réunion « est importante, notamment pour la phase de l’après-formation du gouvernement ». « C’est une invitation sincère à venir en aide au Liban. Tout le monde veut aider le Liban. Mais les Libanais devraient commencer par s’aider eux-mêmes », a déclaré le président de la Chambre.

Nommé en octobre dernier pour former une nouvelle équipe ministérielle, après la démission du cabinet de Hassane Diab dans la foulée de la tragédie du port de Beyrouth, en août dernier, le Premier ministre désigné, Saad Hariri, n’arrive toujours pas à mener à bien sa mission. Empêtrés dans un différend politico-personnel, M. Hariri et le tandem Baabda-Courant patriotique libre s'écharpent sur le tiers de blocage, minorité nécessaire pour bloquer l’action du gouvernement au gré des besoins politiques. Pour tenter de remédier à cet obstacle, Nabih Berry, en coordination avec le chef du Parti socialiste progressiste, Walid Joumblatt, ont concocté une solution prônant une équipe de 24 ministres (à raison de huit pour chacun des trois grands camps politiques du pays) sans tiers de blocage.

Lire aussi

Berry et le Hezbollah se livrent au rapiéçage

Dans un premier temps, cette proposition bénéficiait de l’aval des protagonistes concernés, notamment le duo Baabda-CPL. Sauf que le courant aouniste y a apposé son veto samedi, craignant un éventuel recours à un système de partage par tiers (entre chrétiens, sunnites, et chiites) en lieu et place de la parité islamo-chrétienne, en vigueur à l’heure actuelle. A cela vient s’ajouter le fait que la présidence et la Maison du Centre se disputent le droit de nommer les ministres chrétiens. Michel Aoun estime qu'en l’absence théorique de leurs représentants, en l’occurrence le CPL et les Forces libanaises de Samir Geagea, la nomination des ministres chrétiens lui revient de droit. Saad Hariri paraît, lui, intraitable : selon la Constitution, il revient au Premier ministre de choisir les membres de son équipe en concertation avec le chef de l’Etat.

Une nouvelle mouture ?
Comme pour répondre aux accusations de blocage, Saad Hariri serait en train de préparer, loin des feux de la rampe, une mouture gouvernementale de 24 ministres spécialistes non affilés à des partis politiques, au sein de laquelle aucune partie ne détiendrait le tiers de blocage, à en croire une source politique proche de la Maison du Centre, citée par l’agence al-Markaziya. Il devrait ensuite se rendre au palais de Baabda pour la remettre à Michel Aoun. Si ces informations se confirment, il s'agirait de la toute première réunion entre les deux hommes depuis leur dernier entretien orageux, le 22 mars dernier.

Lire aussi

Gouvernement : les coulisses d’une tragi-comédie

Toujours selon la même source, la nouvelle formule Hariri converge avec l’initiative Berry. « Si le président l'accepte, la crise gouvernementale prendra fin », estime-t-elle. Si par contre, le chef du CPL, Gebran Bassil, insiste sur ce qu’il perçoit comme son droit à nommer les deux ministres chrétiens restants dans un cabinet de 24, le camp présidentiel serait en train d'enterrer l’initiative Berry, bénéficiant d’un appui international, poursuit la même source. Et d’ajouter : en présentant une nouvelle mouture, M. Hariri aurait renvoyé la balle dans le camp de la présidence. Dans ce contexte, une réunion devait se tenir ce soir entre Gebran Bassil, Ali Hassan Khalil (bras droit de Nabih Berry), Hussein Khalil (conseiller du secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah) et Wafic Safa (haut responsable au sein du parti chiite). L’occasion de tenir le chef du CPL informé de la démarche de M. Hariri.


Le président du Parlement libanais, Nabih Berry, a réaffirmé mardi que la semaine en cours sera « décisive » pour le processus de formation du gouvernement, qui se fait attendre depuis près de dix mois, et pour son initiative qui se noie dans les querelles politiciennes et se heurte au bras de fer opposant le président de la République, Michel Aoun, et son camp au Premier ministre...

commentaires (4)

realisez vs qu'apres chaque annonce pareille qui est suivie par un neant, le taux du $ explose. comme si ces annonces d'archi faux espoirs sont faites expres

gaby sioufi

17 h 27, le 09 juin 2021

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • realisez vs qu'apres chaque annonce pareille qui est suivie par un neant, le taux du $ explose. comme si ces annonces d'archi faux espoirs sont faites expres

    gaby sioufi

    17 h 27, le 09 juin 2021

  • Le jour où quelqu’un arrive à nous expliquer pourquoi un président de la chambre donc du parlement se mêle en bafouant la constitution chère au président épouvantail de la formation du gouvernement on pourra peut être adhérer au projet monté de toutes pièces par les vendus pour avoir le contrôle complet du pays? Tous ceux qui voient en cette manigance une solution pour sauver le pays sont des bobets finis ou alors des traitres nauséabonds bons à être condamnés comme tous les autres pour traîtrise suprême. Ce pays n’est pas à vendre et encore moins à offrir, nous nous natterons jusqu’au dernier pour le leur faire comprendre. LIBANAIS REVEILLEZ-VOUS VOUS FAITES PARTIE DU LOT BRADÉ

    Sissi zayyat

    12 h 43, le 09 juin 2021

  • "24 ministres spécialistes non affilés à des partis politiques, au sein de laquelle aucune partie ne détiendrait le tiers de blocage ". Cette phrase est un mensonge ou un non-sens. Si les ministres ne sont affiliés à aucun parti politique, quelle peut bien être la partie qui détiendrait ou non le tiers de blocage ?

    Yves Prevost

    18 h 59, le 08 juin 2021

  • HARIRI A LE DROIT DE NOMMER LES HUIT MINISTRES DE SA PART, CHRETIENS INCLUS. HARIRI, NE LACHE POINT DU LEST AUX ETERNELS BOYCOTTEURS DE TOUS LES GOUVERNEMENTS PASSES POUR ACHEVER DES INTERETS PERSONNELS A EUX ET A LEURS SEIDES IRANIENS ET ACCESSOIRES. POINT DE LEST. N,AYEZ PAS MEME LA PLUS MINCE CONFIANCE EN LE DUO DE LA CATASTRO[HE DU PAYS. LES CHRETIENS VONT LES PUNIR AUX ELECTIONS. MAIS ENTRETEMPS ILS ONT DETRUIT TOTALEMENT LE PAYS ET REDUIT LES LIBANAIS A DES MENDIANTS AFFAMES.

    LA LIBRE EXPRESSION DEFIE LA CENSURE

    18 h 15, le 08 juin 2021

Retour en haut