Rechercher
Rechercher

Politique - Formation du gouvernement

Nasrallah affiche son ferme soutien aux efforts de Berry

Le secrétaire général du Hezbollah avertit Israël de ne pas "faire de mauvais calculs" vis-à-vis du Liban, affirmant que la résistance est "plus forte que jamais".

Nasrallah affiche son ferme soutien aux efforts de Berry

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, prononçant son allocution télévisée, le 25 mai 2021. Photo al-Manar / AFP

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, s'est positionné mardi à égale distance du chef de l'Etat Michel Aoun, et du Premier ministre désigné Saad Hariri, dans leur bras de fer pour la formation du nouveau gouvernement. Il a dans le même temps affiché son franc soutien aux efforts déployés ces derniers jours par le président du Parlement Nabih Berry, pour débloquer la crise gouvernementale, malgré les relations en dents de scie entre le camp de son allié Michel Aoun et M. Berry. En ne prenant pas position pour l'un ou l'autre des principaux protagonistes, le numéro un du Hezbollah affiche donc une position similaire à celle prise samedi par le Parlement libanais.

Le dignitaire chiite a tenu ces propos lors d'un discours télévisé prononcé à l'occasion du 21e anniversaire de la libération du Liban-Sud de l'occupation israélienne. Au cours de son intervention, le chef du Hezbollah a souligné que la "résistance" restait "plus forte que jamais", avertissant Israël de "ne pas faire de mauvais calculs" vis-à-vis du Liban. Au début de son allocution, prononcée le souffle court et entrecoupée de quintes de toux, il s'est excusé de ne pas avoir pu tenir des discours ces dernières semaines pour des raisons de santé. Déjà lors d'un discours début mai, à l'occasion de la journée de Jérusalem, Hassan Nasrallah était apparu peu en forme et avait rassuré ses partisans, affirmant "ne pas souffrir du coronavirus". 

Feu vert à l'initiative Berry
Pour résoudre toutes les crises au Liban, qui subit depuis près de deux ans un effondrement socio-économique et financier sévère, la "clé réside dans la formation d'un nouveau gouvernement", a déclaré le chef du Hezbollah. Il a balayé les appels à une démission du président Aoun autant que ceux à une récusation du Premier ministre désigné, appuyant la prise de position exprimée samedi par le Parlement. Réunie pour débattre d'une lettre envoyée par Michel Aoun concernant "l'incapacité" de Saad Hariri à former le gouvernement, la Chambre s'était dit favorable à ce que le Premier ministre désigné mette sur pied "le plus rapidement possible" son équipe, "en accord" avec le chef de l'Etat. Cette position permettait au Parlement de se poser à égale distance des deux parties, ce qui a permis au président Berry de se sortir d'une impasse constitutionnelle – étant donné que la Constitution n’impose pas au Premier ministre désigné de délai pour la formation du gouvernement – sans froisser le président de la République.

Lire aussi

Après l’épisode de la séance parlementaire, quelle pourrait être la riposte du camp Aoun ?

Le leader chiite a insisté sur l'importance que Saad Hariri et Michel Aoun se "mettent d'accord" pour former le cabinet, appelant le chef du courant du Futur à se rendre à Baabda et y rester "tout le temps qu'il faut pour arriver à des résultats". "Vous, MM. Aoun et Hariri, êtes responsables de la formation du gouvernement et du sort du pays", a-t-il exhorté, alors que les rapports entre les deux hommes sont complètement rompus depuis le 22 mars dernier, date du tout dernier entretien orageux entre le chef de l'État et le Premier ministre désigné. Et de souligner que, s'ils n'y parviennent pas, le seul autre moyen de débloquer les tractations serait que le chef de l'Etat et le Premier ministre désigné demandent le soutien du "seul ami qui, dans la situation politique actuelle, est capable d'apporter son concours : le président de la Chambre Nabih Berry". 

Ce dernier, dans un discours en direct prononcé lundi à l'occasion aussi de l'anniversaire de la libération du Liban-Sud, avait affirmé que la crise gouvernementale qui dure depuis bientôt dix mois est purement "interne et personnelle". "La porte de sortie de la crise nécessite une initiative des parties concernées sans conditions préalables pour surmonter les obstacles personnels qui empêchent la formation d’un gouvernement composé d’experts non partisans et sans tiers de blocage", avait-il exhorté. Nabih Berry s'attelle d'ailleurs depuis samedi à jouer les médiateurs entre Baabda et la Maison du Centre pour remettre son initiative de sortie de crise (cabinet de 24 sans tiers de blocage) sur la table.

La formation d'un nouveau gouvernement est cruciale pour lancer des réformes et débloquer des aides internationales qui permettraient au Liban de se sortir de la crise socio économique sans précédent dans laquelle il s'enfonce depuis l'été 2019. Cette situation a été aggravée par la gigantesque double explosion meurtrière du 4 août 2020 au port de Beyrouth. La catastrophe a poussé six jours plus tard le gouvernement de Hassane Diab à démissionner. 

Mise en garde à Israël

Hassan Nasrallah a par ailleurs félicité dans son discours le peuple libanais pour l'anniversaire de la libération du Liban-Sud, le 24 mai 2000, lorsque l'armée israélienne s'était retirée de la partie de cette région qu'elle occupait encore. Le Liban estime toutefois que l'armée de l'État hébreu doit encore se retirer des fermes de Chebaa, situées sur les pentes occidentales du mont Hermon, prises par Israël à la Syrie en juin 1967, ainsi que des hauteurs de Kfarchouba et de la partie nord du village de Ghajar pour que la libération soit complète.

La victoire de mai 2000 n'était pas celle "d'un seul parti", a souligné le leader chiite, estimant qu'elle est le résultat de "longues années de sacrifices", notamment du Hezbollah et du mouvement Amal, mais également de nombreux autres mouvements et factions, libanais et palestiniens, ainsi que de l'armée libanaise. Il a aussi déclaré que 21 ans après la libération du Sud, la résistance "était plus forte que jamais", que ce soit "par ses effectifs, ses expériences, ses capacités ou sa préparation". Fort de ces propos, il a mis en garde Israël, lui intimant de "ne pas faire de sottise, se montrer arrogant ou faire de mauvais calculs vis-à-vis du Liban". Il a également rendu hommage à Mohammad Tahan, un manifestant partisan du Hezbollah qui avait été tué "sur le chemin de Jérusalem", le 14 mai, par les tirs d'un char israélien lorsqu'un groupe de manifestants avait franchi la frontière. 

Lire aussi

Le regard du Hezbollah sur ce qui se passe de l’autre côté de la frontière

A ce propos, Hassan Nasrallah a salué "la victoire" de la résistance et du peuple palestiniens, suite à la guerre à laquelle se sont livrés le Hamas et Israël pendant onze jours, jusqu'à l'annonce d'un cessez-le-feu, vendredi dernier. Les bombardements avaient débuté avec des salves de roquettes depuis la bande de Gaza vers le territoire israélien le 10 mai, avant d'aboutir à un cessez-le-feu entré en vigueur vendredi. Ces affrontements ont fait 253 morts dans la bande de Gaza, parmi lesquels 66 enfants et des combattants, selon les autorités locales. En Israël, les tirs de roquettes ont fait 12 morts, dont un enfant, une adolescente et un soldat, d'après la police.

Guerre régionale
Le secrétaire général du Hezbollah est revenu sur l'origine des bombardements, à savoir la menace d'expulsion par Israël de familles palestiniennes du quartier de Cheikh Jarrah, à Jérusalem-Est, au profit de colons israéliens, et les affrontements entre fidèles palestiniens et policiers israéliens sur l'Esplanade des mosquées. Il a salué la "décision historique" qu'ont prise "Gaza, sa résistance et son peuple" de recourir à l'escalade militaire, soulignant que c'était la première fois que les factions palestiniennes intervenaient dans des affaires ne relevant pas uniquement de l'enclave. Les bombardements de la "résistance" présente à Gaza sont intervenus "pour défendre Jérusalem et ses lieux-saints, et non pas pour défendre Gaza", s'est-il félicité. "Les Israéliens doivent comprendre que toute atteinte à Jérusalem et aux lieux saints ne provoquera pas juste une réponse de la résistance à Gaza", a-t-il dès lors déclaré.

Lire aussi

"Malgré la crise, notre boussole reste dirigée vers l'ennemi israélien", affirme le chef de l'armée

Et Hassan Nasrallah d'exprimer l'espoir qu'une "nouvelle équation" pourra voir le jour dans le conflit, à savoir "toute atteinte à Jérusalem provoquera une guerre régionale". Il a par ailleurs souligné que cette guerre avait "unifié" les rangs des Palestiniens dans tous les Territoires, "redonné de la vie" à la cause palestinienne, fait échouer le "deal du siècle", porté un "coup sévère au projet de normalisation" dans la région et "montré le vrai visage sauvage d'Israël, qui tue des enfants et commet des massacres". Le chef du parti chiite a enfin salué "les grandes réalisations militaires" des factions palestiniennes face à Israël, notamment le Hamas, et le nombre de roquettes envoyées en direction de l'Etat hébreu.


Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, s'est positionné mardi à égale distance du chef de l'Etat Michel Aoun, et du Premier ministre désigné Saad Hariri, dans leur bras de fer pour la formation du nouveau gouvernement. Il a dans le même temps affiché son franc soutien aux efforts déployés ces derniers jours par le président du Parlement Nabih Berry, pour débloquer la...

commentaires (18)

Aoun prétend vouloir assurer une confiance préalable à tout gouvernement dont il signe le décret. Si Berri est sérieux, il n'a qu'à réunir les députés et faire un vote d'essai pour la mouture présentée depuis longtemps par Hariri. Si confiance confirmée, Aoun n'aurait d'autre alternative que de signer le décret avec Hariri. Sinon, vote d'une loi lui donnant 2 semaines pour signer, et après le gouvernement serait constitué.

Esber

18 h 43, le 26 mai 2021

Tous les commentaires

Commentaires (18)

  • Aoun prétend vouloir assurer une confiance préalable à tout gouvernement dont il signe le décret. Si Berri est sérieux, il n'a qu'à réunir les députés et faire un vote d'essai pour la mouture présentée depuis longtemps par Hariri. Si confiance confirmée, Aoun n'aurait d'autre alternative que de signer le décret avec Hariri. Sinon, vote d'une loi lui donnant 2 semaines pour signer, et après le gouvernement serait constitué.

    Esber

    18 h 43, le 26 mai 2021

  • LE HEZBOLLAH EST EN FAIT LE GRAND PERDANT AVEC LE CPL DE CETTE REVOLUTION DU 17 OCTOBRE RAPPELEZ VOUS QUE PERSONNE N'OSAIT CRITIQUER HEZBOLLAH ET QUAND DANS UNE TENTE CERTAINS ORATEURS ONT VOULU DISCUTER SEULEMENT DE CE PARTI, LA TENTE A ETE ATTAQUEE ET BRULEE PAR SES SUPPORTEURS. 18 MOIS PLUS TARD TOUS LES LIBANAIS REVOLUTIONNAIRES DIRIGEANT ET MEME RELIGIEUX PARLENT DE CETTE MILICE CRITIQUANT SON EXISTENCE ARMEE ET PLUS PERSONNE N'A PEUR.LA VERITE L'OPINION LIBANAISE A CHANGE ET LE PEUPLE N'A PLUS PEUR DE CES MILICES OU DE CES DIRIGEANTS ( RAPPELEZ VOUS QUAND AVANT LE 17 ON FAISAIT DES MANIFESTATIONS DEVANT LE PARLEMENT ET ON CRITIQUAIT BERRY , SES MILICES DESCENDAIENT ET TAPAIENT SUR HOMMES FEMMES ET ENFANT EN DISANT QUE BERRY EST SACRE ET QUAND LES SUPPORTEURS DE AOUN LE COMPARAIENT AU CHRIST OU MEME A DIEU. CE TEMPS EST FINI ET LEURS FINS APPROCHENT PLUS RAPIDEMENT QUE VOUS LE PENSEZ COURAGE ET TENONS BON

    LA VERITE

    17 h 05, le 26 mai 2021

  • Il fait le jeu d'Israël , je me demande en-dessous s'ils se sont mis d'accord pour détruire le Liban ? ???

    Eleni Caridopoulou

    15 h 34, le 26 mai 2021

  • "ne pas faire de mauvais calculs" nosralla avertit Israël tout en se rappelant, en catimini, son fameux "si j'avais su..." après le désastre et les destruction de 2006... Jadis, on s'endormait paisiblement au son d'une source claire ruisselant dans notre belle Patrie, aujourd'hui c'est des discours fleuves, ridicules, qui nous forcent à se blottir sous nos couvertures en espérant une sécheresse immediate de cette pseudo-éloquence...

    Wlek Sanferlou

    14 h 28, le 26 mai 2021

  • A GAZA IMMENSES DESTRUCTIONS ET 253 TUES D,APRES LE HAMAS, BIEN PLUS EN FAIT, ET PERTE DE SON ARSENAL IRANIEN POUR 12 TUES ISRAELIENS. LES COMPTES DISENT QUE CE FUT UNE DEFAITE DIVINE, BEUCOUP MOINDRE QUE LES DESTRUCTIONS ET LES MORTS DU LIBAN DE 2006 OU LA DEFAITE DU HEZBOLLAH ETAIT DIVINEMENT . DIVINE. LA MOUCHE DU COCHE.

    ZERO PLAINTE. CENSURE PLAIT. SOUTENONS DONC L,OLJ.

    14 h 04, le 26 mai 2021

  • Nasrallah est passé maître de parler pour ne rien dire, menacer sans agir, regarder sans voir, transformer une défaite en Victoire, pour analyser ses discours il suffit de lire l’antinomie de ses phrases pour connaître les maux qu’il nous promet. Apparemment il admet que les fermes de Chebaa appartiennent à la Syrie ***je le cite : que l’armée de l’Etat Hébreu doit encore se retiter des Chebaa situées sur les pentes occidentales du mont Hermon, prises par Israël à la Syrie en Juin 1967. Ainsi de Kfarchouba . *** Donc sujet clos, que les Syriens se dépatouillent pour les récupérer en même temps que le Golan. Il parle de victoire en 2000, mais occulte le repli stratégique que l’ennemi a fait comme le font les grands stratèges pour garder à l’œil une position sans importance. En ce qui concerne la crise gouvernementale qui est quand même due à l’explosion du port, à la quelle on ne trouvera jamais de responsables, qui sera surement attribué au fantomatique ennemi. C’est évident qu’un Chiite donne son aval à son alter ego Chiite pour essayer de résoudre une crise qu’ils ont eux-mêmes provoquée. C’est aussi aberrant que risible. Que dire de plus ? sauf que ces-gens là jouent à tourner manège pour occuper la scène sans en avoir l’air d’y toucher. A mon humble avis, le grand fautif c’est le peuple qui ne réagit pas et re re re votera toujours pour les mêmes. Que Dieu vienne en aide au Liban ! .

    Le Point du Jour.

    13 h 57, le 26 mai 2021

  • Ce pseudo -mollah ne sait toujours pas délirer sobrement depuis le temps !

    Wow

    13 h 04, le 26 mai 2021

  • Bla bla bla...et le Liban coule toujours

    Jack Gardner

    12 h 08, le 26 mai 2021

  • On rappelle à ce dignitaire que le Liban a une armée entraînée et payée pour assurer la sécurité de notre pays dans les meilleures conditions sans l’aide de personne et surtout pas d’une milice vendue qui n’a de but dans sa prétendue résistance que de dominer le pays et le terroriser pour l’affaiblir face à tous ses ennemis et non comme il le prétend de le rendre plus fort. Les guerres n’ont jamais rendues un pays fort et prospère et les exemples ne manquent pas dans le monde actuel et passé. Il lui faudra combien de siècle pour évoluer et vivre dans le présent pour savoir que seul le dialogue et la tolérance entre peuples pacifient ce monde et le rendent plus humain et moins barbare. Ça n’est pas en tuant des innocents hommes femmes et enfants en les transformant en bouclier humains dans ces guerres qu’on arrive à construire une nation. Ils sont le futur de cette nation et les éduquer, leur apprendre l’acceptation de l’autre et les protéger de tout danger en les élevant au rang de citoyens égaux dans les droits et les devoirs font d’un pays un pays fort et indestructible et non en prêchant la haine de l’autre et la barbarie pour des causes fallacieuses et moyenâgeuses. Le jour où HN comprendra que la haine engendre la haine et la destruction ses partisans pourront prétendre à une vie meilleure. En attendant bas les pattes le Liban n’a pas besoin de vous il s’en est toujours sorti avant même votre existence sur terre.

    Sissi zayyat

    11 h 12, le 26 mai 2021

  • Nous voilà rassurés sur sa santé physique reste à savoir s’il peut prétendre avoir récupéré ses facultés mentales car un discours pareil prouve le contraire. Déjà qu’il tient à libérer un territoire syrien en se positionnant comme un résistant libanais ça cloche. Quant à sa force militaire qui n’est que plus forte on aurait parié un bras pour le voir à l’œuvre s’il ne s’agissait pas de la destruction complète de notre pays pour son hypothétique victoire finale. Ho arrogance et gros melon quand vous tenez une personne, c’est dur de lui faire comprendre qu’une victoire avec autant de morts et de destructions pour rien n’en est pas une. Ça s’appelle démonstration de muscle d’un gringalet qui se prend pour Hercules qui se retrouve bras et jambes cassés mais avec les deux doigts en signe de V pour victoire comme ils aiment.

    Sissi zayyat

    10 h 51, le 26 mai 2021

  • Quel intérêt de menacer en cette période précisémment? Il faut savoir que de tout ce discours stérile et inutile: Les médias occidentaux n'ont retenu que "Le hezbollah menace Israel". Donc "le liban" n'est plus victime, n'est plus si affamé, n'est plus dans la misère, n'est plus en faillite...Puisque l'un de ses partis se permet "de menacer", pourquoi aider le liban qui joue "au fanfaron"??

    radiosatellite.online

    10 h 35, le 26 mai 2021

  • Encore un menteur professionnel.

    Michel Trad

    10 h 27, le 26 mai 2021

  • yaani avec l immense service rendu par notre peu honorable parlementaires lors du vote de 1969/accord du caire, service rendu aux ennemis du liban, POURQUOI NOUS ATTENDRE A MIEUX DITES ? rester a egale distance, ne pas facher, se donner le temps de "mieux" etudier l'affaire etc...est la vraie strategie insensee suivie par eux.

    Gaby SIOUFI

    10 h 17, le 26 mai 2021

  • M E R C I , Tonton Nasrallah !!! Qu'est-ce qu'on s'ennuierait sans vos discours-fleuve...pour quand le prochain ? Et..."salamtak" pour votre toux ! - Irène Saïd

    Irene Said

    09 h 37, le 26 mai 2021

  • Contrairement à 2006 où le Hezbollah avait provoqué une attaque israélienne dévastatrice contre le Liban, il n’a pas fait un “ mauvais calcul” en intervenant en soutien au Hamas contre Israël. Si cette retenue a un côté positif, elle montre d’une part que le discours de “résistance” du Hezbollah n’est qu’un prétexte au service de son projet de domination du Liban, et que d’autre part son arsenal sert surtout d’arme de dissuasion face à une éventuelle attaque israélienne contre les installations nucléaires de l’Iran. Il faut espérer que Hassan Nasrallah ne fasse pas un “mauvais calcul” si une telle attaque devait avoir lieu, en cas d’échec des négociations de Vienne.

    Tabet Ibrahim

    08 h 19, le 26 mai 2021

  • Encore un discours pour rien.!

    Yves Prevost

    07 h 04, le 26 mai 2021

  • La résistance islamique AU Liban, et non pas DU Liban? Tss tss tss...

    Gros Gnon

    02 h 14, le 26 mai 2021

  • Hezbollah= Hamas bis

    LeRougeEtLeNoir

    23 h 43, le 25 mai 2021

Retour en haut