Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Le Parlement favorable à une formation rapide du gouvernement par Hariri, en accord avec Aoun

Le Premier ministre désigné et Bassil se renvoient à nouveau la responsabilité du blocage. 
Le Parlement favorable à une formation rapide du gouvernement par Hariri, en accord avec Aoun

Le Parlement libanais rassemblé à Beyrouth le 22 mai 2021. Photo Ali Fawwaz / Parlement Libanais

Le Parlement libanais, réuni pour débattre du contenu d'une lettre envoyée par le président de la République Michel Aoun concernant l'"incapacité" du Premier ministre désigné Saad Hariri à former un nouveau gouvernement, s'est contenté de formuler une prise de position sur cette question en confirmant la "nécessité" que M. Hariri forme "rapidement" son gouvernement "en accord avec le président Aoun". 

Cette position a été prise "étant donné que toute décision remettant en cause la désignation (de Saad Hariri, ndlr) ou qui la limiterait nécessite un amendement constitutionnel, ce que nous ne pouvons pas nous permettre aujourd'hui". Cette démarche vise aussi à ne pas contrevenir au principe de séparation des pouvoirs, selon le texte officiel lu en fin de séance par le président du Parlement Nabih Berry. Ce dernier a précisé que la Chambre "veille à ne pas créer une nouvelle crise constitutionnelle et à assurer la stabilité en cette période complexe et dangereuse". C'est dans ce cadre que le pouvoir législatif "affirme la nécessité de faire avancer les choses conformément aux principes de la Constitution" et se prononce pour que "le Premier ministre désigné parvienne rapidement à former un nouveau cabinet en accord avec le président de la République". 

Au cours de la réunion parlementaire tenue au palais de l'Unesco à Beyrouth, plusieurs députés se sont exprimés sur la crise gouvernementale, notamment le chef du Courant patriotique libre (aouniste) Gebran Bassil, et le Premier ministre désigné, qui se sont renvoyés la responsabilité du blocage. 

Le Hezbollah appelle au compromis
Au début de la séance, Nabih Berry a estimé que "le temps est venu pour le Liban de se montrer au niveau de son peuple", appelant à "l'unité, encore l'unité, toujours l'unité".  

Lire aussi

Joumblatt à Hariri : Le compromis est-il donc chose honteuse ?

Le chef du groupe parlementaire du Hezbollah, Mohammad Raad, a pour sa part appelé à un "accord", estimant qu'il s'agissait "de l'unique accès possible en vue de former le gouvernement" et d'une "responsabilité nationale". Il a ajouté qu'un tel accord nécessite "une compréhension mutuelle", sans qu'"aucune partie n'obtienne tout ce qu'elle demande pendant que l'autre abandonne toutes ses revendications". "La situation qui a poussé le président de la République à envoyer une lettre au Parlement est connue, tout comme les pressions régionales et les divergences qui opposent les différentes parties devant former le cabinet. Mais la mise sur pied du gouvernement doit rester la priorité", a exhorté M. Raad. "Nous appelons toutes les parties à accélérer la formation du cabinet et à agir de manière objective et responsable", a-t-il poursuivi, demandant que des "compromis soient consentis".

Au nom du bloc des Forces libanaises (FL), Georges Adwan a réitéré l'appel de son parti à des élections législatives anticipées, estimant que la majorité actuellement au pouvoir, comprendre le courant aouniste, le Hezbollah et leurs alliés, ont "échoué" après avoir "mis la main sur le pays" et l'avoir mené "à la situation actuelle". Les députés Jamil el-Sayyed, Hadi Abou el-Hosn (Parti socialiste progressiste, joumblattiste), Oussama Saad (Organisation populaire nassérienne), Jihad al-Samad (indépendant) et Tony Frangié (Marada) ont également pris la parole au cours de cette séance.

L'intervention de Bassil
De son côté, le chef du CPL Gebran Bassil a souligné que le but de la lettre envoyée par le président Aoun n'était pas d'obtenir "la récusation" de Saad Hariri. "L'objectif de mes propos est d'exhorter le Premier ministre désigné à former le cabinet et non pas que sa désignation soit retirée", a-t-il déclaré. S'exprimant sans élever le ton, il a souligné que le Liban était "brisé" et que la priorité était de former le cabinet afin de lancer les réformes, le pays ne pouvant plus supporter de tergiversations. Il est ensuite revenu sur les normes à respecter pour la formation du cabinet, soulignant qu'il était impossible de donner les "noms" des ministrables "avant que l'on ne sache quel est le parti de référence" auquel seront liées ces personnalités et "à quelle confession ou partie politique" elles appartiennent. "Le président a le droit de savoir qui a proposé les noms, afin que nous n'aboutissions pas à une équipe qui serait à nouveau rapidement chargée de l'expédition des affaires courantes", a-t-il insisté, réclamant de Saad Hariri une "liste" avec cette répartition.

Pour mémoire

Après le Fitr, le statu quo se poursuit... en attendant Hariri

Il a par ailleurs souligné que sa formation ne tenait pas à obtenir le tiers de blocage ni aucun ministère spécifique. Il a rappelé que son groupe parlementaire a préparé un texte visant à amender la Constitution, afin de limiter à un mois les délais de formation des gouvernements. Selon lui, cet amendement pourrait mettre un terme à la crise, bien qu'il ait reconnu que le temps ne soit pas propice à des débats constitutionnels. Il a ajouté qu'une autre sortie de crise pourrait reposer dans la dissolution de la Chambre et la tenue d'élections législatives, écartant toutefois à nouveau cette éventualité en arguant du manque de temps disponible pour sortir le pays de la crise. M. Bassil a en outre appelé le palais présidentiel à organiser une réunion de dialogue national sur la question des réformes et de la levée des subventions, estimant que le déblocage de la crise gouvernementale passe par une prise de décision à ce sujet.

Réagissant à cette déclaration, le président de la Chambre a fait savoir qu'il n'avait pas encore reçu de l'Exécutif un projet de loi sur les subventions, ce à quoi Gebran Bassil a répondu qu'il pouvait se porter volontaire comme "kamikaze" pour présenter un tel texte. "Ce que l'on attend de toi, c'est une autre opération suicide", lui a rétorqué le chef du Législatif, en allusion probable à sa capacité à faire des concessions pour débloquer les tractations gouvernementales. 

Hariri hausse le ton
Le Premier ministre désigné, qui avait quitté la salle lors de l'intervention de Gebran Bassil, s'est de son côté exprimé sur un ton virulent, et s'en est pris à plusieurs reprises frontalement au chef de l'État, qu'il a accusé d'avoir "une longue expérience" dans les blocages politiques. "Le président a dit aux députés : Vous avez nommé un Premier ministre et je n'en veux plus, débarrassez-moi de lui", s'est offusqué Saad Hariri. "Le président veut que nous changions la Constitution, au moins dans la pratique, et en attendant que cela arrive, il bloque le pays", a-t-il lancé. "Nous ne formerons pas le gouvernement de la manière que réclame le président de la République, mais de sorte à mettre un terme à l'effondrement qui menace tous les Libanais. Je ne formerai qu'un cabinet de technocrates non-partisans, ce qui est la condition pour obtenir des aides étrangères, tel que cela est précisé dans l'initiative française", a-t-il lancé. "J'ai fait tout ce qu'il fallait, même davantage, pour mettre sur pied un cabinet qui peut éviter l'effondrement", s'est encore justifié Saad Hariri.

Revenant sur les différentes étapes des tractations gouvernementales, il a souligné que malgré toutes les difficultés rencontrées, notamment le fait que le chef de l'État lui ait adressé des reproches "au cours d'un discours télévisé, comme si le téléphone ne fonctionnait plus dans le pays", malgré le fait que, dans une vidéo ayant fuitée, le président l'ait accusé de "mentir" et qu'il s'était rendu près d'une vingtaine de fois à Baabda pour s'entretenir avec lui, il "poursuivra ses efforts afin de mettre un terme à l'effondrement et rendre l'espoir au pays".

Saad Hariri a enfin critiqué les "péchés mortels" commis par certains "vassaux" du chef de l'État, en allusion aux déclarations polémiques de l'ex-ministre sortant des Affaires étrangères Charbel Wehbé à l'encontre des monarchies du Golfe. S'indignant contre l'utilisation du terme "vassaux", le député aouniste Hikmat Dib a demandé qu'il soit retiré du procès-verbal de la réunion parlementaire, ce à quoi s'est opposé Nabih Berry, estimant que Saad Hariri n'avait pas précisément nommé les personnes qu'il visait avec ce qualificatif.

La séance de ce samedi est la deuxième à s'ouvrir en vingt-quatre heures au sujet de la missive présidentielle après une réunion express organisée la veille, au cours de laquelle lecture avait été donnée de la lettre, sans débat ni prise de parole. Dans la forme, Nabih Berry avait donné l’impression de respecter les dispositions du règlement intérieur de la Chambre, en levant la séance juste après la lecture du message de Michel Aoun. Mais dans le fond, cette démarche était éminemment politique. Au vu du contexte tendu, Nabih Berry pensait pouvoir calmer les esprits et entendait, sans succès, mettre à profit les dernières 24 heures pour essayer de rapprocher les points de vue entre Saad Hariri et Gebran Bassil, dont les rapports sont gelés.

Le Parlement libanais, réuni pour débattre du contenu d'une lettre envoyée par le président de la République Michel Aoun concernant l'"incapacité" du Premier ministre désigné Saad Hariri à former un nouveau gouvernement, s'est contenté de formuler une prise de position sur cette question en confirmant la "nécessité" que M. Hariri forme "rapidement" son gouvernement "en accord avec le...
commentaires (17)

Nasrallah, Berri, Hariri et Aoun ainsi que tous les autres ont été les fossoyeurs du Liban, dehors !

TrucMuche

10 h 56, le 24 mai 2021

Tous les commentaires

Commentaires (17)

  • Nasrallah, Berri, Hariri et Aoun ainsi que tous les autres ont été les fossoyeurs du Liban, dehors !

    TrucMuche

    10 h 56, le 24 mai 2021

  • « impossible de donner les "noms" des ministrables "avant que l'on ne sache quel est le parti de référence" auquel seront liées ces personnalités et "à quelle confession ou partie politique" elles appartiennent. » Qui doit savoir ???le président ou Gebran? C’est une honte de dire qu’on ne peut être ministre qu’en affichant sa religion et son parti politique…il est temps de quitter l’âge de pierre cher Gebran

    mokpo

    10 h 54, le 23 mai 2021

  • la seule partie interressante du tres long message( ne lui restait que tendre le doigt a la nasroullah) de pti gendre, le pov pti gendre-etait celle ou il quemandait une reunion a S Hariri. por le reste Honteuse l'attitude placide ( vassale puisque c'est un terme devenu a la mode) des MP de se laisser sermonner comme ca par ce mem pti gendre - a moins que les litanies stupidement repetees de ce dernier ne les aient endormis ?

    Gaby SIOUFI

    10 h 39, le 23 mai 2021

  • Le discours d’Hariri prouve qu’il est un homme d’état. Il semble vouloir un gouvernement capable de fonctionner pendant cette période grave de l’histoire du pays et pour sortir de pays de l’enfer!

    Alexandre Husson

    09 h 28, le 23 mai 2021

  • JE FELICITE MR BERRY POUR AVOIR AUTORISE LES CAMERAS DE TELEVISION EN DIRECT DANS LE PARLEMENT FRANCHEMENT EN ENTENDANT LE DISCOUR DE MR BASSIL ET CELUI DE MR HARRIRI ON A DU SE PINCER POUR VOIR SI ON ETAIT ENCORE LE DOLLAR A 1507 LIVRES ET LES BANQUES OPERATIONNELLES UN GAMIN QUI DIT EN LONG ET EN LARGE TOUT CE QU'IL VEUT OFFICIELEMENT ET FAIT LE CONTRAIRE A 100% EN REALITE LA VERITE NOUS AVONS EU UN GAMIN QUI S'EMBOURBE DANS TOUTES SES DECLARATIONS : DE QUOI JE ME MELE SI DE TOUTE FACON VOUS NE DEMANDER RIEN A CE GOUVERNEMENT ET EN PLUS VOUS N'ACCORDEREZ PAS LA CONFIANCE. MEME A 24 VOUS N'AVEZ PAS VOTRE MOT A DIRE ET SI VOUS INSISTEZ A CHOISIR LES CHRETIENS HARRIRI PEUT AUSSI DEMANDER A FRANGIE GEAGEA ET D'AUTRES ORTHODOX DE LUI COMMUNIQUER UNE LISTE CESSEZ CES ENFANTILLAGES , FAITES UN GOUVERNEMENT QUI NE DEPEND PAS DES PARTIS POLITIQUES ET SI IL OBTIENT LA CONFIANCE DU PARLEMENT , IL AGIRA SINON RETOUR A LA CASE DEPART MAIS SI IL VOUS RESTE UN BRIN DE NATIONALISME FAITES CE GOUVERNEMENT IMMEDIATEMENT ( et pas comme la formule courante l dit: le plus tot possible) JE REPETE AUJOURDH'UI MEME PAS DEMAIN

    LA VERITE

    02 h 56, le 23 mai 2021

  • Je suis Chrétien et je soutiens et rends hommage à Saad Hariri pour sa réponse claire sans aucune polémique, il n’a fait que relater la réalité des choses, les mensonges répétés de Aoun et de son clown ont été placardés en haut de l’affiche, Hariri a balayé d’un revers de main le doute concernant sa ferme volonté de former le gouvernement. Son discours était ferme et sans équivoque, face à un ennemi de la république dans ses petits souliers, qui tantôt se rétracte, tantôt propose des élections dont il a peur des résultats qui l’enverront dans les oubliettes de l’histoire du Liban. Bref Iznogoud a parlé pour ne rien dire comme d’habitude. Saluons la réaction du Président Berry pour maintenir le terme VASSAUX sur le procès-verbal de la réunion parlementaire. Comme à chacun de mes commentaires concernant le bras de fer entre Mr Hariri et le duo Aoun/Bassil je précise que le duo ne me représente pas en tant que Libanais Chrétien. Je n’en fais pas une question de religion, mais je reconnais que Hariri défend mieux les intérêts du peuple Libanais dans son ensemble que le duo infernal. Que Dieu le bénisse et l’aide à former un gouvernement à son image et celle de son défunt Père. Paix a son Âme .

    Le Point du Jour.

    23 h 42, le 22 mai 2021

  • Fumisterie, dehors tous !

    TrucMuche

    22 h 46, le 22 mai 2021

  • "impossible de donner les "noms" des ministrables "avant que l'on ne sache quel est le parti de référence" auquel seront liées ces personnalités". Tout le problème est là! Bassil et Aoun veulent des politiciens, alors que ce dont on a justement besoin, c'est des personnalités qui ne soient liées à aucun parti.

    Yves Prevost

    20 h 04, le 22 mai 2021

  • Au secours, dégagez tous!

    CW

    19 h 51, le 22 mai 2021

  • Que de paroles vides de sens et de but, on tourne en rond, retour a la case départ. Quant a Bassil, il n'a toujours pas compris que le peuple ne veut ni affiliation politique, ni confessionnelle. Comment peut-on graver ce message dans sa matière grise qui n'a rien de conciliant, uniquement opportuniste et manipulatrice.

    CW

    19 h 50, le 22 mai 2021

  • Il suffisait de voir Gebran Bassil arriver au palais de l'Unesco cet après-midi, très entouré et le regard conquérant, pour comprendre à quoi il continue de rêver...! Quant à son discours = le bla-bla prétentieux habituel, donneur de leçons et de conseils... Irène Saïd

    Irene Said

    18 h 50, le 22 mai 2021

  • Perte de temps supplémentaire. Quand on a écouté Bassil prendre la parole, pour déverser des phrases et les répéter, confirmant qu'il est le principal décideur à Baabda, en fait, un président à l'ombre de l'officiel, on conclut que, seul, le parti également à l'ombre, soit se dérobe de ce qu'il doit faire, en lui assignant de se taire, soit qu'il l'encourage dans sa lancée destructrice pour le pays.

    Esber

    18 h 32, le 22 mai 2021

  • Vous pensez que Mr. Aoun a toute sa tête ou c'est Hassouna qui lui dit ce qu'il doit faire? ???

    Eleni Caridopoulou

    18 h 30, le 22 mai 2021

  • UN GOUVERNEMENT DE NON PARTISANS COMME CONVENU PAR TOUS AVEC LE PRESIDENT FRANCAIS. CEUX QUI S,EN SONT RETRACTES SONT CEUX QUI BLOQUENT ET LA FORMATION DU GOUVERNEMENT, ET LES REFORMES. ILS SONT LES FOSSOYEURS DU PAYS. BIEN CONNUS LE DUO BEAU-PERE ET GENDRE DES LIBANAIS ET DES ETRANGERS. ENORME ET CRIMINEL EST LE TORT QU,ILS CAUSENT AVANT TOUT AUX CHRETIENS DU PAYS QUI EMIGRENT PAR MILLIERS ET A TOUS LES AUTRES LIBANAIS. C,EST LA MALEDICTION QUI S,EST ABATTUE SUR LE PAYS. LIBANAIS, DEGAGEZ-LES D,URGENCE.

    LA LIBRE EXPRESSION

    17 h 49, le 22 mai 2021

  • tous ces débats ne mèneront à rien

    Chucri Abboud

    17 h 49, le 22 mai 2021

  • Le discours de Hariri est un discours qu’on attendait d’un président de la république qui se respecte et respecte sa fonction, les citoyens et les attentes de ce pays, rassembleur et criant de vérité il a enfin mis Aoun devant ses responsabilités tout en pointant ses contradictions incessantes et illogiques pour empêcher notre pays de se relever dans le but d’une prorogation de son mandat pour continuer le saccage avec sa bande pendant encore deux ans, prétextant vouloir comme à son habitude éviter un vide politique et le chaos auquel il œuvre inexorablement. J’espère que Hariri tiendra sa promesse de se battre jusqu’au bout pour arriver à former le gouvernent dont tous les libanais rêvent pour arracher notre pays de cet enfer dans lequel son président et ses alliés l’ont jeté, et le hisser au rang des nations libres et ouvertes comme avant l’arrivée de cette mafia sans foi ni honneur ni patriotisme qui l’a sali avant de le détruire. Bravo M. Hariri vous avez toute mon admiration et je vous encourage à tenir bon face à ces chacals puants et qui ont prouvé une fois de plus leur désintérêt du pays dans leur discours et leur soucis de débloquer l’argent qui sonnait faux comparant au vôtre qui ne parlait que d’unité et de solution pour enfin soulager les citoyens.

    Sissi zayyat

    17 h 47, le 22 mai 2021

  • « Cette prise de position a été prise ». « La Chambre a exprimé cette position au cours d'une réunion au cours »... Pffff.

    Ghandour Yasmine

    17 h 39, le 22 mai 2021

Retour en haut