Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - « Je vous parle de Gaza »

Omar : C’est terrible de voir son ancien immeuble se faire pulvériser en direct à la télévision

Après sept jours de conflit entre l’État hébreu et le Hamas, les bombardements contre la bande de Gaza, qui abrite près de deux millions de civils, se font de plus en plus intenses. Un territoire où plus de la moitié de la population a moins de 18 ans et où le chômage chez les jeunes est rampant. Une ville, sous le joug du Hamas, où les habitants ont désormais le sentiment d’être pris pour cible à n’importe quel moment, de jour comme de nuit, sans pouvoir espérer fuir. Au moins 188 personnes ont péri dans l’enclave palestinienne depuis lundi dernier. « L’Orient-Le Jour » a décidé de donner la parole à ces Gazaouis, qui témoignent à la première personne de leur quotidien sous un déluge de feu israélien. Chaque jour, pendant une semaine, un homme ou une femme racontera sa vie dans l’enfer de Gaza. Aujourd’hui, le témoignage de Omar Alrabi, 24 ans, diplômé en littérature anglaise et en traduction.

Omar : C’est terrible de voir son ancien immeuble se faire pulvériser en direct à la télévision

Omar Alrabi, 24 ans. Photo DR

« La nuit de samedi a été la plus dure de ma vie. Même si j’en parle pendant des heures, vous ne pourrez jamais ressentir ce que nous avons vécu. On entendait des gens hurler, des immeubles s’effondrer et les bombes se faisaient de plus en plus proches. On était tous les quatre, mes parents, ma soeur et moi, pétrifiés dans le couloir sans pouvoir fermer l’œil, à prier pour que ça cesse. J’ai compté chaque minute avant de voir enfin le lever du soleil. Non, je ne vais pas bien. Personne ne devrait vivre une situation pareille, une telle injustice, une telle ségrégation, une oppression et un génocide. Lorsqu’une bombe tombe on vérifie où elle a atterri et on se rue sur le téléphone pour savoir si nos proches et nos amis vont bien. Samedi en début d’après-midi, ils ont détruit la tour al-Jalaa (l’aviation israélienne avait atteint l’immeuble qui abritait, entre autres, les bureaux de la chaîne al-Jazeera et de l’Associated Press). Ils ont prévenu les gens qui se trouvaient sur les lieux mais ça ne justifie rien. Ils ont décidé de faire taire les médias qui couvraient sans relâche ce génocide. C’est terrible de voir son ancien immeuble se faire pulvériser en direct à la télévision. Quand mes parents sont arrivés de Bagdad à Gaza en 1999 lorsque ma sœur et moi étions petits, nous avons habité au 10e étage de la tour al-Jalaa durant 9 ans. J’y ai tous mes souvenirs d’enfance, ceux des bons copains et des anniversaires passés entre ces murs. Des appartements ont été visés dans un autre immeuble que je peux voir de ma fenêtre. Personne n’est à l’abri à Gaza et beaucoup de civils sont morts alors qu’ils étaient tranquillement chez eux. C’est le fracas d’une bombe qui m’a sorti de mon lit ce samedi matin. J’ai couru vers le couloir pour essayer de me calmer. Comme il est impossible de mettre le pied dehors, je suis resté dans ma chambre à lire Sapiens : une brève histoire de l’humanité (de l’auteur israélien Yuval Noah Harari), alors que les bombes pleuvaient. Je suis diplômé en littérature anglaise et en traduction et je viens à peine de retrouver un emploi dans le service clientèle, mais tout est à l’arrêt dans ces circonstances. On s’est retrouvé autour de la table du déjeuner avec ma famille, mais personne n’avait vraiment faim. L’estomac noué, on a essayé de parler d’autre chose, de se remémorer les bons moments à al-Jalaa. Mais la réalité vous rattrape vite : a-t-on assez de provisions pour tenir ? Est-ce qu’il y aura un cessez-le-feu ? Nos sacs avec nos documents importants et quelques biens précieux sont prêts au cas où on devrait partir de chez nous. On irait chez mon oncle, quelques pâtés de maisons plus loin, mais on sera toujours exposés au danger. Parfois, mes parents regrettent de nous avoir ramenés en Palestine, mais ma sœur et moi on leur dit qu’il ne faut pas regretter. Ils ne pouvaient pas savoir il y a plus de vingt ans que la situation serait ainsi. Même sous occupation, même avec le blocus, ils espéraient nous offrir une belle vie ici. »


« La nuit de samedi a été la plus dure de ma vie. Même si j’en parle pendant des heures, vous ne pourrez jamais ressentir ce que nous avons vécu. On entendait des gens hurler, des immeubles s’effondrer et les bombes se faisaient de plus en plus proches. On était tous les quatre, mes parents, ma soeur et moi, pétrifiés dans le couloir sans pouvoir fermer l’œil, à prier pour...

commentaires (8)

Nous avons vécu le malheur total et continuons de déguster depuis 1975 ! Les palestiniens ont fait de très mauvais choix lorsqu’ils pouvaient choisir,,, Que fait leur diaspora hyper riche ? Niente ! Ramallah se porte cent fois mieux que Beyrouth parce qu’ils ont compris que la semi- paix fonctionne bien mieux. Les autres palestiniens n’ont qu’à suivre le pas s’ils sont intelligents,,, Impossible de soutenir des extrémistes et continuer cette hystérie totale et destructrice.

Wow

14 h 17, le 17 mai 2021

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • Nous avons vécu le malheur total et continuons de déguster depuis 1975 ! Les palestiniens ont fait de très mauvais choix lorsqu’ils pouvaient choisir,,, Que fait leur diaspora hyper riche ? Niente ! Ramallah se porte cent fois mieux que Beyrouth parce qu’ils ont compris que la semi- paix fonctionne bien mieux. Les autres palestiniens n’ont qu’à suivre le pas s’ils sont intelligents,,, Impossible de soutenir des extrémistes et continuer cette hystérie totale et destructrice.

    Wow

    14 h 17, le 17 mai 2021

  • Le jour où les palestiniens reconnaîtrons leurs massacres perpétrés au Liban, et demanderaient pardon à ce pays qui leur a ouvert ses portes et qu’ils ont massacré avec sa population pour pouvoir le dominer et l’envahir, peut être qu’à ce moment là on trouvera le courage de prononcer quelques mots d’empathie envers eux. En attendant, le peuple palestinien devrait cesser de chercher l’ennemi ailleurs que dans leur territoire qui est gangrené de traitres qui les prennent pour des cibles vivantes en implantant des missiles et des armes dans leurs lieux d’habitation pour faire le plus de morts possible et apitoyer le monde sur leur sort alors que les assassins ne sont autres que leurs leaders imbus de leur personne qui pour régner sacrifient les innocents et les civils. Nous avons les mêmes spécimens et nous subissons les mêmes atrocités qu’eux à cause de ces quelques vendus qui ne voient que leur intérêt personnel dans toutes les guerres qu’ils décident de mener fiers de leur barbarie. Plusieurs projets de paix ont été torpillés pour qu’ils puissent régner en maître sur leur territoire et continuer à s’enrichir sur le dos du peuple palestinien. Ça nous parle nous libanais et nous continuons à subir leurs atrocités en rejetant la faute sur les autres à cause de quelques demeurés qui croient que ces vendus agissent pour le bien du pays et de son peuple.

    Sissi zayyat

    10 h 47, le 17 mai 2021

  • le Hamas apporte le malheur aux palestiniens comme le Hezbollah aux libanais allez vous le comprendre un jour ?? il est plus facile de faire la guerre que la paix à la volonté de DIEU

    Jean Claude Agosta

    10 h 40, le 17 mai 2021

  • Que raconter à ce Monsieur qui veulent relate des faits qui ont duré quelques heures? Que les libanais connaissent mieux que personne la persécutions et que les habitants d’achrafieh sont restés cloîtrés dans des abris de fortune où il n’y a avait ni eau ni électricité, ni pain ni matelas et qu’on se relayaient pendant 30 jours pour partager un simple sommier pourri pour que nos anciens puissent bénéficier de quelques heures de sommeil avant de rendre l’âme. Que les hôpitaux ont été la cible des palestiniens et des syriens pendant plus de dix ans ainsi que les routes qui y menaient pour empêcher qu’une femme accouche ou qu’on soigne nos blessés côte à côte avec des gens déchiquetés et où les morts jonchaient le sol . A l’époque personne n’en a parlé et on a préféré attirer l’attention sur les palestiniens, encore ce peuple à grande propagande qui pleurait devant les caméras du monde pour répéter inlassablement que les libanais les massacraient alors que c’était l’inverse et tout le monde comme aujourd’hui n’avaient d’yeux que pour lui. Le Hamas a choisi de faire la guerre à Israël à travers sa population en tuant des civils alors qu’Israel prévient avant de bombarder pour faire le moins de morts possible. Qui est à blâmer dans ce cas? Nous personne ne prenait le soin de nous prévenir des familles entières ont été décimés entre 1975 et 1990 dans leur sommeil au fond d’un abri pulvérisé. Nous avons une pensée pour les palestiniens qui servent de chair à canon par leurs leade

    Sissi zayyat

    10 h 25, le 17 mai 2021

  • Je vous parle du Liban! et je m en fous du reste. Que chacun s occupe de son pays, et de ses problèmes, et NOTRE Liban n est pas une poubelle pour vous,ni pour les autres!

    Marie Claude

    07 h 24, le 17 mai 2021

  • Les libanais se souviennent: 10 ans sous les bombes syriennes.

    Yves Prevost

    06 h 48, le 17 mai 2021

  • VRAIMENT DESOLANT MAIS JE REVOIS IMMEDIATEMENT LES ANNEES DE 1975 A 1982 ET JE ME DIS :SI HEZBOLLAH AUJOURDH'UI ENVOIE DES FUSEES SUR ISRAEL ET QUE ISRAEL REPOND DIX FOIS PLUS FORT ET PLUS VITE SUR LE LIBAN A CAUSE DE CELA EST CE QUE LE PEUPLE LIBANAIS BLAMERA HEZBOLLAH OU ISRAEL? LA VERITE C'EST TRISTE DE DEVOIR RECONNAITRE QUE LES ARABES ONT ATTAQUE ISRAEL EUX MEMES ET SUBIS LEURS DEFAITES ET QUE LES PALESTINIENS DEPUIS 1948 A CE JOUR ONT GARDE LA MEME POSITION CAD RECOUVRER LA PALESTINE DE LA MER AU JOURDAIN ET ANEANTIR L'ETAT D'ISRAEL AVEC CET ESPRIT LA IL EST CLAIR QUE BEAUCOUP PLUS DE PALESTINIENS VONT MOURRIR ET DE LIBANAIS SI L'IRAN ORDONNE A NASRALLAH DE S'ENGAGER AUJOURDH'UI OU PLUS TARD DANS LE MEME GENRE DE GUERRE , MEME SI SES FUSEES SONT DE MEILLEURS QUALITE, LE LIBAN PAIERA UN PRIX ASTRONOMIQUE POUR CELA . IL DEVIENT IMPERATIF A L'ETAT LIBANAIS ET EN PARTICULIER AU PRESIDENT AOUN DE DIRE CLAIREMENT QU'IL N'ACCEPTE PLUS UN HEZBOLLAH ARME AU LIBAN ET DE DEMANDER L'AIDE INTERNATIONAL POUR DESARMER SES MILICES AFIN QUE LE LIBAN NE CONNAISSE PAS LE MEME SORT QUE GAZA .LES PLEURS NE SUFFIRONT PLUS POUR ARRETTER L'ECATOMBE QUI ATTENT LE LIBAN DANS CE CAS MR LE PRESIDENT AOUN FAITES VOTRE DEVOIR ET SURTOUT NE DITES PAS ON M'A EMPECHE CAR JE DOIS ETRE SOLIDAIRE DU PEUPKLE PALESTINIEN. NON LA SURVIE DU LIBAN EST EN CAUSE ICI SI VOUS LAISSEZ NASRALLAH OBEIR AUX ORDRES D'ATTAQUER ISRAEL A PARTIR DU LIBAN ET PERSONNE NE VIENDRA A NOTRE AIDE, SOYEZ A LA HAUTEUR

    LA VERITE

    02 h 42, le 17 mai 2021

  • Faire taire les médias est refusé à 100% . Cependant, quitte à aller à contre courant et ne pas suivre la masse comme des moutons qui n'écoutent qu'une seule version des faits sans réfléchir. Ce jeune homme affirme que les habitants ont été informés, avant le bombardement pour qu'ils évacuent l'immeuble et pour qu'il n'y ait pas de victimes civils. Donc la théorie que leur ennemi bombarde les civils tombe à l'eau. SAUF si le hamas utilise les hopitaux, habitations, écoles , mosquées etc...comme base pour stocker armes , missiles, rampes de lancements etc... Ce que tout le monde répète et même certains palestiniens anti hamas l'avaient dit voici un moment. Ce qui pourrait expliquer les victimes civils côté palestinien. Sinon, pourquoi les israéliens avertiraient les habitants . Pourquoi aucun autre immeuble autour n'a été impacté par cette opération chirurgicale contre ce batiment ( qui on le répète, est stigmatisé et vraiment refusé car il porte atteinte à la liberté d'expression).

    radiosatellite.online

    01 h 40, le 17 mai 2021

Retour en haut