Rechercher
Rechercher

Politique - Diplomatie

La classe politique libanaise occupée à évaluer le nouveau discours français

Jean-Yves Le Drian a dénoncé une irresponsabilité officielle et plaidé pour une « transition politique » 

La classe politique libanaise occupée à évaluer le nouveau discours français

Le chef de l’État accueillant le ministre français des Affaires étrangères, jeudi, au palais de Baabda. Photo Dalati et Nohra

Il aura pratiquement fallu sept mois à la France pour réaliser qu’elle ne pouvait plus donner une deuxième chance à la classe politique libanaise qui bloque la formation d’un nouveau gouvernement à cause des intérêts particuliers liés à cette échéance pourtant fondamentale pour un Liban à l’agonie.

La visite de 24 heures du chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, est ainsi venue consacrer ce constat en même temps qu’une nouvelle approche française du dossier libanais. Celle-ci s’est reflétée aussi bien dans le ton que le ministre français a adopté avec ses interlocuteurs, les présidents de la République, Michel Aoun et de la Chambre, Nabih Berry, et le Premier ministre désigné, Saad Hariri, que dans la teneur de son discours devant les forces dites de changement, issues de la société civile ou parmi l’opposition politique. Au cœur de ce discours, « la transition politique » est le pivot de la nouvelle approche française, dans la perspective des législatives de 2022, considérées comme étant « une étape majeure », par M. Le Drian au cours de la conférence de presse qu’il a tenue hier matin à la Résidence des Pins, avant de reprendre l’avion pour Paris. Le ministre français était arrivé mercredi soir à Beyrouth et avait concentré ses entretiens avec les trois pôles du pouvoir ainsi qu’avec les forces actives politiques et de la société civile, en une journée, jeudi.

L'édito de Issa GORAIEB

Courants alternatifs

Ses discussions avec les officiels n’étaient ni positives ni rassurantes, selon des sources concordantes. Le chef de la diplomatie française qui a de toute évidence eu à subir la langue de bois habituelle et les litanies qu’on connaît sur les causes et les responsabilités du blocage, espère encore un sursaut de conscience des autorités, sans trop y croire.

« Ce n’est qu’un début »

« À ce jour, je constate que les acteurs politiques n’ont pas encore assumé leurs responsabilités et ne se sont pas mis à travailler sérieusement au redressement du pays. Je suis venu précisément pour éviter cet espèce de suicide collectif organisé par certains », a-t-il dit dans sa conférence de presse, en précisant toutefois que « la période du test de responsabilité est caduque ». « Si les responsables n’agissent pas dès aujourd’hui, ils devront assumer les conséquences de cet échec. Nous avons commencé à mettre en œuvre des mesures restrictives. Ce n’est qu’un début », a prévenu le patron du Quai d’Orsay, en allusion à la décision de la France d’interdire l’accès de son territoire à ceux qui bloquent la formation d’un gouvernement. Ni le type exact des restrictions, ni le nombre et les identités des personnes concernées n’ont été jusque-là communiqués, une façon pour la France de laisser planer la menace sur l’ensemble de la classe politique locale.

Lire aussi

Forces et faiblesses du plan B français

« Si le blocage persiste, ces mesures pourront être durcies ou étendues, ou complétées par les instruments de pression dont dispose l’Union européenne et sur lesquels une réflexion a déjà commencé avec nos partenaires européens », a annoncé M. Le Drian.

Le message français, notamment la volonté de Paris de soutenir une étape transitoire en faveur de forces de changement, a été capté dix sur dix par les autorités concernées. À Baabda, à Aïn el-Tiné, comme à la Maison du Centre, l’heure est au décryptage des 24 heures françaises à Beyrouth. De sources proches de Baabda, on confie à L’OLJ que « le discours du ministre et les échanges qu’il a eus font l’objet d’une évaluation ». Idem à la Maison du Centre, où même si Saad Hariri a en principe renoncé à jeter l’éponge, on continue de peser le pour et le contre d’une récusation à l’aune du nouveau discours français et de tout le contexte politique qui entoure la mise en place d’une nouvelle équipe ministérielle. Selon des sources proches de Saad Hariri, les Français sont conscients que le principal problème à ce niveau est lié à la personne de ce dernier dont le président de la République et son gendre, le chef du CPL, Gebran Bassil, ne veulent plus. Pour Paris, il est primordial que ce problème soit réglé. Chose difficile compte tenu de l’inimitié qui s’est installée entre Baabda et la Maison du Centre où les points de vue divergent quant à l’opportunité d’une récusation de Saad Hariri.

Le camp rapproché du Premier ministre désigné souhaite qu’il rende le tablier, surtout que le Liban « est sur le point d’entrer dans une phase excessivement difficile aux plans social et économique, avec les mesures impopulaires qui devraient être prises, et pour éviter surtout qu’il ne soit tenu pour responsable du blocage alors que son souci premier, dit-on, est de mettre en application l’initiative française de redressement », qui commence par la formation d’un cabinet de mission, composé d’experts capables de tirer le Liban de l’ornière et de lancer des réformes sérieuses.

En face, le groupe des anciens chefs de gouvernement (Fouad Siniora, Tammam Salam et Nagib Mikati) reste farouchement opposé à une récusation dans laquelle il voit « une décision irresponsable qui livrerait le pays au tandem CPL-Hezbollah, ce qui donnerait l’impression que Saad Hariri était l’obstacle à la formation d’un cabinet et se répercuterait négativement sur le leader sunnite, au double plan interne et externe ».

Portrait

Le Drian, l’homme du temps II de l’initiative française

Dans les prochains jours, les réunions devraient se multiplier à la Maison de Centre, avant que Saad Hariri ne se prononce sur la démarche qu’il compte suivre, probablement après la fête du Fitr. Et pour cause : d’ici là, les contours d’un éventuel règlement international envisagé pour la région pourraient se préciser et plus important encore, le prince héritier saoudien, Mohammad ben Selman, aura discuté avec le président français, Emmanuel Macron, du dossier libanais en marge du congrès sur le Soudan que Paris accueillera le 17 mai.

Une éventuelle récusation sera donc d’ici là gelée, d’autant que, selon des sources proches de Nabih Berry, les tractations pourraient reprendre au sujet du dossier gouvernemental. Bkerké et Aïn el-Tiné seraient le pivot de cette nouvelle tentative de déblocage. Un proche de M. Berry souligne ainsi que Jean-Yves Le Drian aurait assuré devant le président de la Chambre que l’initiative française était toujours sur la table, ce qui aurait encouragé ce dernier à remettre sur le tapis, de nouveau, la formule d’un gouvernement de 24 ministres.


Il aura pratiquement fallu sept mois à la France pour réaliser qu’elle ne pouvait plus donner une deuxième chance à la classe politique libanaise qui bloque la formation d’un nouveau gouvernement à cause des intérêts particuliers liés à cette échéance pourtant fondamentale pour un Liban à l’agonie.La visite de 24 heures du chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian,...

commentaires (8)

Qu'on cesse de rêver! Comme dit l'adage libanais: falej la t3alej, ou , en perdant beaucoup en traduisant en français: à hémiplégie, point de remède!

Georges MELKI

15 h 23, le 10 mai 2021

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • Qu'on cesse de rêver! Comme dit l'adage libanais: falej la t3alej, ou , en perdant beaucoup en traduisant en français: à hémiplégie, point de remède!

    Georges MELKI

    15 h 23, le 10 mai 2021

  • Moquerie probable de Le Drian, se pliant en révérence imitée devant son hôte que son prestige ne permet pas de rendre au moins partiellement la sienne. Etant donné que quand on est du parti "fort", on doit forcer la tête vers le haut.

    Esber

    11 h 03, le 09 mai 2021

  • Monsieur le Drian, arrêtez s’il vous plaît de menacer ces vauriens, sanctionnez les. Qu’attendez-vous ? Que le peuple meurt de famine et de privation? Vous savez très bien quand les milliards ont quitté le Liban après le mois d’octobre, vous savez très bien pour qui et comment et vous continuez à les ménager...c’est vraiment rageant

    mokpo

    18 h 50, le 08 mai 2021

  • Selon des sources proches de Saad Hariri, les Français sont conscients que le principal problème à ce niveau est lié à la personne de ce dernier dont le président de la République et son gendre, le chef du CPL, Gebran Bassil, ne veulent plus. Je lis et relis cette phrase et je me demande comment les libanais acceptent jusqu’à maintenant que leur sort soit lié à un caprice de ces deux vendus, beau père et gendre? De quel droit ils détruisent notre pays pour la seule cause d’ un caprice d’enfants gâtés qui refusent l’idée de sauver le pays tant que leur désir de voir Hariri hors jeu n’est pas exaucé? Ils préfèrent collaborer avec les mercenaires sur notre sol plutôt qu’avec un libanais dont le père a donné sa vie en voulant s’opposer à cet axe du mal qui pollue notre pays et notre vie depuis des décennies. Pourquoi continuons nous à subir ces deux alors qu’ils devraient être jugés pour trahison, corruptions, abus de pouvoir et collaboration avec l’ennemi. Ils ont fait en sorte que la vie du pays et du peuple dépendent du sort d’un pays à des milliers de km de chez nous contre l’intérêt du nôtre et fanfaronnent comme s’ils étaient des prix Nobel de la paix alors qu’ils ne font qu’approfondir le tombeau dans lequel nous serons tous enterrés pour qu’ils survivent. Pourquoi acceptons nous cela? Les armes du HB ne peuvent pas servir contre le peuple cela aurait des conséquences immédiates et néfastes pour sa survie. Alors que craignons-nous pour agir et nous débarrasser d’eux?

    Sissi zayyat

    13 h 38, le 08 mai 2021

  • ..."" ces mesures pourront être durcies ou étendues..."" c'est tres beau ca mais quelles sont les mesures actuelles prises deja et contre qui ?

    gaby sioufi

    10 h 17, le 08 mai 2021

  • Nous sommes face à des irresponsables scotchés à leurs privilèges et surtout complètement anesthésiés. On ne sait pas s’ils agissent d’une façon réfléchie et voulue ou si leur cerveau est incapable de se mettre en route. C’est sidérant qu’aucune personnalité ne propose quelque chose de concret. On se chamaille comme des chiffonnières en attendant que le pays explose. Ils prennent en pleine figure les remontrances françaises et ils ne bronchent pas...

    mokpo

    09 h 58, le 08 mai 2021

  • Une photo-caricature, évaluant à elle-seule l'inutilité du voisin qui se prélasse dans ce vaste "palais de Baabda"...- Irène Saïd

    Irene Said

    09 h 05, le 08 mai 2021

  • La classe politique n’a rien a evaluer ! Le hezbollah qui reste etrangement muet sur la question detient seul la clef de la solution. Il ne veut pas de gouvernement pour le moment…chercher l’interet de l’Iran qui veut garder la carte libanaise en main dans ses tractations avec les Etats Unis ! Aoun, qui n’a plus d’allie’ que la milice arm’ee ne peut que jouer le role assigne’, alors meme que c’est son abominable mandat qui en souffre en premier ! Faisant volte face a tous ses « soit-disant principes » il a mis son sort et celui du Liban entre les mains d’une milice sectaire arme’e visceralement et totalement lie’e a un Etat etranger retrograde qui ne nous veut aucun bien.

    Goraieb Nada

    07 h 58, le 08 mai 2021

Retour en haut