Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Golfe

L’Arabie saoudite veut voir des « actes vérifiables » dans les pourparlers avec l’Iran

L’Arabie saoudite veut voir des « actes vérifiables » dans les pourparlers avec l’Iran

Mohammad ben Salmane lors d’une intervention télévisée en janvier 2021. Photo d’archives. AFP/Fayez Nureldine

Un responsable du ministère saoudien des Affaires étrangères a déclaré hier que les pourparlers entre l’Arabie saoudite et l’Iran visaient à réduire les tensions régionales, mais a ajouté qu’il était trop tôt pour juger du résultat et que Riyad voulait voir des « actes vérifiables ». Les commentaires de l’ambassadeur Rayed Krimly, responsable de la planification des politiques au ministère, sont une première confirmation publique de la part de Riyad que les rivaux – qui ont rompu leurs liens en 2016 – avaient des pourparlers directs.

« Quant aux pourparlers saoudo-iraniens en cours, ils visent à explorer des moyens de réduire les tensions dans la région », a déclaré M. Krimly à Reuters. « Nous espérons qu’ils réussissent, mais il est trop tôt et prématuré pour parvenir à des conclusions définitives. Notre évaluation sera basée sur des actes vérifiables, et non sur des proclamations. » Il a refusé de fournir des détails sur les pourparlers, mais des responsables régionaux et des sources avaient déclaré à Reuters que les discussions étaient axées sur le Yémen et l’accord sur le nucléaire entre les puissances mondiales et l’Iran, auquel Riyad s’était opposé. 

Lire aussi

Riyad amorce un rapprochement avec Damas


Le président irakien Barham Saleh avait déclaré mercredi que Bagdad avait accueilli plus d’une série de pourparlers entre l’Arabie saoudite et l’Iran, qui ont été enfermés dans une rivalité qui s’est illustrée dans des conflits par procuration dans toute la région, y compris au Yémen.

Rayed Krimly a déclaré que la politique saoudienne avait été expliquée « très clairement » par le prince héritier Mohammad ben Salmane, qui a déclaré le mois dernier que si le royaume wahhabite avait un problème avec le « comportement négatif » de Téhéran, il souhaitait de bonnes relations avec l’Iran chiite.

Guerre du Yémen

Les tensions entre Riyad et Téhéran se sont aggravées à cause de la guerre au Yémen, où les rebelles houthis alignés sur l’Iran ont multiplié les attaques contre l’Arabie saoudite. Les tensions entre les deux puissances du Golfe ont également augmenté après une attaque de 2019 contre des usines pétrolières saoudiennes que Riyad a imputée à l’Iran, une accusation que Téhéran nie.

Riyad a soutenu la décision de l’ancien président américain Donald Trump en 2018 de quitter l’accord nucléaire pour ne pas avoir abordé le programme de missiles balistiques de Téhéran et le comportement agressif iranien dans la région. Après que Donald Trump a réimposé les sanctions contre l’Iran, Téhéran a répondu en violant plusieurs restrictions nucléaires.

Les puissances mondiales tentent d’organiser des pourparlers à Vienne pour ramener les États-Unis et l’Iran en pleine conformité avec l’accord. L’Arabie saoudite les a exhortés à parvenir à un accord plus fort.

Riyad et Téhéran ont également soutenu des camps opposés au Liban et en Syrie, où l’Iran a soutenu le président Bachar el-Assad.

Les monarchies du Golfe ont été alarmées par l’influence croissante de l’Iran, de la Russie et de la Turquie en Syrie, en particulier après la suspension de l’adhésion de la Syrie à la Ligue arabe en 2011 en raison de sa répression contre les manifestants au début de la guerre civile.

En outre, Rayed Krimly a déclaré que les récents rapports des médias selon lesquels le chef des renseignements saoudiens avait eu des pourparlers à Damas étaient inexacts. Il a déclaré que la politique saoudienne envers la Syrie restait basée sur le soutien au peuple syrien, pour une solution politique sous l’égide des Nations unies et conformément aux résolutions du Conseil de sécurité, et pour l’unité et l’identité arabe de la Syrie.


Un responsable du ministère saoudien des Affaires étrangères a déclaré hier que les pourparlers entre l’Arabie saoudite et l’Iran visaient à réduire les tensions régionales, mais a ajouté qu’il était trop tôt pour juger du résultat et que Riyad voulait voir des « actes vérifiables ». Les commentaires de l’ambassadeur Rayed Krimly, responsable de la planification...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut