Rechercher
Rechercher

Politique - Crise au Liban

Diab : Je ne pensais pas être confronté à tant de corruption

Gestion des affaires courantes, explosion au port, crise gouvernementale, trafic de drogue : le Premier ministre sortant aborde divers dossiers dans un entretien à la BBC.

Diab : Je ne pensais pas être confronté à tant de corruption

Le Premier ministre libanais sortant, Hassane Diab. Photo d'archives AFP

Le Premier ministre libanais sortant, Hassane Diab, dont le gouvernement gère les affaires courantes depuis sa démission le 10 août dernier, est revenu sur son bilan, affirmant avoir été surpris par le degré de corruption au sein de la classe politique au pouvoir, se défendant ainsi d'assumer l'entière responsabilité de la grave crise qui frappe le Liban depuis l'été 2019.

Dans un entretien télévisé accordé à la chaîne britannique BBC dans son édition arabophone, Hassane Diab a abordé de nombreux dossiers, notamment la gestion des affaires courantes, l'enquête sur l'explosion meurtrière du 4 août au port de Beyrouth, le tracé de la frontière maritime avec Israël, ou encore le trafic de drogue à destination de l'Arabie saoudite.

En début d'entretien, il a répondu à des questions sur la crise socio-économique qui accable le Liban et qui ne cesse de s'aggraver de jour en jour.

Situation "exceptionnelle"

"La situation économique et sociale était mauvaise dès le départ, suite à des accumulations durant des décennies. Mais nous ne nous attendions pas à une série de catastrophes en seulement six mois", a souligné le Premier ministre sortant, qui a dû gérer durant son mandat le début de la pandémie de coronavirus, l'explosion catastrophique du 4 août, ainsi que les séries de manifestations antipouvoir déclenchées le 17 octobre 2019.

"Ne contribuez-vous pas à l'aggravation de la crise, en refusant de réunir le gouvernement sortant afin d'examiner les dossiers urgents ?", lui demande la journaliste de la BBC. "Non, cela est faux. Nous ne refusons pas (la tenue de sessions extraordinaires). Mais l'article 64 de la Constitution dit clairement que le gouvernement sortant expédie les affaires courantes, dans le sens étroit du terme", a insisté Hassane Diab. "La situation est cependant exceptionnelle", lui lance-t-elle. "La situation est exceptionnelle, certes, mais depuis 1979 jusqu'à ce jour, en 41 ans, il n'y a eu qu'une seule réunion d'un gouvernement sortant, a rappelé Hassane Diab. En tant que cabinet qui gère les affaires courantes, nous ne pouvons pas nous réunir".

Le président de la République Michel Aoun et son allié chiite, le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah, poussent en faveur d'un renflouement du cabinet Diab, à l'heure où le pays est sans gouvernement depuis bientôt neuf mois. Toutefois, Hassane Diab a fait savoir à plusieurs reprises qu'il s'opposait à une telle option et refuse jusque-là de réunir son cabinet. Parallèlement, l'impasse politique autour de la formation du gouvernement dont a été chargé Saad Hariri en octobre dernier s'approfondit, du fait du bras de fer politique qui l'oppose au chef de l'État et à son gendre, le député Gebran Bassil.

"Pourquoi n'y a-t-il pas de gouvernement à ce jour, neuf mois après votre démission ? Qu'est-ce qui empêche la formation du cabinet ?", demande la journaliste. "Il y a des rivalités et des divisons politiques. Neuf mois sans gouvernement, c'est déjà très long en temps normal. Qu'en est-il alors lorsque l'on traverse des circonstances difficiles ? Il y a un manque évident de souplesse sur le plan politique, démarche nécessaire dans la formation des gouvernements", a estimé le Premier ministre sortant.

Les subventions

En outre, Hassane Diab a été interrogé sur la rationalisation des subventions sur les produits de première nécessité, alors que les réserves de la banque centrale sont au plus bas, faisant craindre une inflation encore plus grave dans quelques semaines.

"Je suis contre la levée ou la rationalisation des subventions, avant d'avoir assuré une alternative à la population. Cette alternative, c'est la carte de paiement (électronique)", souligne M. Diab. "Mais personne ne sait qui va la financer", rétorque la journaliste. "Indépendamment de savoir qui va financer cette carte, et avant de dire aux Libanais que les prix des denrées vont augmenter, il faut leur assurer un système pour amortir la hausse des prix. Nous travaillons pour la mise en place de cette carte, et c'est pour cela que je me suis rendu au Qatar dernièrement. Les Qataris se sont dits prêts à aider, mais la question nécessite encore davantage d'étude", a expliqué Hassane Diab. Les autorités n'ont toujours pas réussi à finaliser le projet de carte électronique censées être attribuée aux familles les plus pauvres du pays pour les aider à acheter des matière essentielles en temps de crise.

La frontière maritime

Sur un autre plan, Hassane Diab a répondu à des questions au sujet du tracé de la frontière maritime entre le Liban et Israël, en vue de l'exploitation de ressources en hydrocarbures off-shore. Les négociations indirectes avaient été suspendues en décembre dernier, suite à une révision à la hausse des demandes libanaises en matière de tracé. Elles doivent reprendre la semaine prochaine, avec l'arrivée à Beyrouth de l'émissaire américain en charge du dossier. Mais le Liban risque de revenir à la table des négociations en ordre dispersé, alors que l'adoption d'une position unifiée sur le tracé n'a toujours pas été tranchée au sommet de l'État. Le chef de l'État refuse en effet de signer l'amendement au décret 6433/2011 qui donne au Liban un droit supplémentaire sur 1.430 km2 dans le tracé de la frontière maritime avec Israël, conditionnant toute signature à un consensus en Conseil des ministres.

"Aujourd'hui, en se basant sur les études de l'armée libanaise, le Liban a droit à un autre tracé par l'adoption de la ligne 29 (qui lui accorde les 1.430 km2 supplémentaires, NDLR)", a affirmé Hassane Diab. "Les ministres des Travaux publics et de la Défense ont paraphé le décret adéquat. J'ai aussi donné mon accord, et maintenant le dossier est entre les mains du président de la République. Nous attendons sa signature exceptionnelle", a-t-il rappelé, lançant une nouvelle fois la balle dans le camp du chef de l'État.

Le trafic de drogue

Par ailleurs, le Premier ministre sortant est revenu sur la saisie de drogue en provenance du Liban, qui a poussé l'Arabie saoudite à suspendre ses importations de fruits et légumes libanais, provoquant de nouvelles tensions entre les deux pays. "Le Liban refuse d'être la porte d'entrée du trafic de drogue à destination d'autres pays, notamment l'Arabie saoudite. J'ai insisté au cours de la réunion qui s'est tenue au palais présidentiel , sur la coopération sécuritaire avec les autorités saoudiennes. J'ai chargé également le ministre de l'Intérieur d'entrer en contact avec les autorités de Riyad", a précise M. Diab. "Je ne pense pas qu'il y ait une dimension politique à la décision saoudienne", a-t-il également dit, alors que Riyad reproche aux autorités libanaises de ne pas faire assez pour limiter l'influence du Hezbollah sur les rouages de l'État.

Le billet de Gaby NASR

Fruits, légumes, came...


Enfin, Hassane Diab a commenté le dossier de l'explosion au port de Beyrouth qui a fait plus de 200 morts et 6.500 blessés, suite à la déflagration provoquée par des centaines de tonnes de nitrate d'ammonium stockées et négligées depuis 2013. Hassane Diab a été inculpé pour négligence dans le cadre de cette affaire, au côté de plusieurs autres ex-ministres et députés. Le Premier ministre sortant avait toutefois refusé de se présenter devant le juge en charge de cette enquête, dénonçant des accusations politiques à son encontre.

"Êtes vous toujours considéré comme suspect dans le cadre de l'enquête sur l'explosion au port de Beyrouth ?", a demandé la journaliste à Hassane Diab. "Cette question là relève de la Justice. Je ne m'en mêle pas", a répondu le Premier ministre sortant. "Mais vous avez refusé de vous présenter devant l'ex-enquêteur judiciaire". "Pas du tout, je n'ai pas refusé. Lorsque le procureur général près la cour de cassation, le juge Ghassan Oueidate, m'a contacté pour me demander si je n'avais pas de problème à être auditionné par le juge d'instruction, je lui ai dit que je n'avais pas d'objection, et que ce dernier pouvait le faire à tout moment. Mais lorsque celui-ci a engagé des poursuites contre moi, alors que l'affaire remonte à sept ans, et qu'il cherche à m'en faire assumer la responsabilité, il est clair qu'il s'agit d'une accusation politique. Et l'article 70 de la Constitution est clair : le jugement des présidents et Premiers ministres se fait devant le Parlement", s'est défendu Hassane Diab.

Commentant en conclusion son expérience gouvernementale, le Premier ministre démissionnaire a affirmé : "Ma mission à la tête du gouvernement a été très difficile, surtout en tant que technocrate apolitique. Je ne pensais pas être confronté à autant de corruption. Il y a un système profond qui contrôle tous les rouages de l'État. (...) Mais je ne regrette pas cette expérience, même si malheureusement une grande partie de la classe politique ne se soucie pas de l'intérêt du Liban et des Libanais".


Le Premier ministre libanais sortant, Hassane Diab, dont le gouvernement gère les affaires courantes depuis sa démission le 10 août dernier, est revenu sur son bilan, affirmant avoir été surpris par le degré de corruption au sein de la classe politique au pouvoir, se défendant ainsi d'assumer l'entière responsabilité de la grave crise qui frappe le Liban depuis l'été 2019.Dans un...

commentaires (26)

ERRATUM: Merci de corriger Haro au lieu de Harro .A mon commentaire du 03mai2021 17h31 cordialement .

Le Point du Jour.

12 h 28, le 04 mai 2021

Tous les commentaires

Commentaires (26)

  • ERRATUM: Merci de corriger Haro au lieu de Harro .A mon commentaire du 03mai2021 17h31 cordialement .

    Le Point du Jour.

    12 h 28, le 04 mai 2021

  • Harro sur le baudet ! « jean De La Fontaine » . Pour mémoire, Mr Diab a été nomé le 21 Janvier 2020 a proposé des élections anticipées puis a démissionné le 10 Août 2020 . En presque moins de sept mois il a donc vidé les caisses de l’Etat ? je ne connais pas cet homme, mais me basant sur les faits je trouve que c’est l’homme qu’il fallait mais qui s’est rendu compte qu’il ne pouvait rien faire car bloqué de toutes parts par le gendre et ses pairs. Ce pays est ingouvernable il est voué à l’échec éternel tant que le peuple ne réagit pas. Napoléon a aussi dit, , on a les dirigeants qu’on mérite. La vérité est dure à révéler et à connaître. A bon entendeur ...

    Le Point du Jour.

    17 h 31, le 03 mai 2021

  • Le problème au Liban est el suivant: un premier ministre est nommé par sa communauté sans savoir si cet homme est capable, compétent et assez courageux pour gérer un pays avec des ministres. En plus ce 1er ministre est nommé sans même connaitre son programme. Lui même, il n'a aucun programme, à part suivre les ordres des autres politiciens et pays influents. Tous ces hommes ou femmes qui sont nommés ou qui veulent se faire élire à un poste particulier doivent présenter un programme valable, logique et réalisable dans un laps de temps défini sinon ils doivent être éjectés ou doivent démissionner de leurs postes respectifs s'ils n'ont pas pu accomplir leurs missions au service de la nation et du peuple.

    carlos achkar

    17 h 21, le 03 mai 2021

  • Certains sont confinés depuis des décennies, qui ont été quand mêmes témoins des faits et gestes de Mr Diab en train de distribuer ses C.V. à tire-larigot à la recherche d’une place en or, ces témoins fort bien intentionnés n’ont apparemment jamais bossé de leur vie, ou alors si peu, et par piston qu’ils ignorent comment se passe la sélection des candidatures à haut niveau. Bref 5mn de rigolade gratuite Merci. A moins qu’ils aient eu l’information d’un ami, qui connaît un ami, ainsi de suite ; pour vous dire le sérieux de l’info, ce n’est pas faire insulte en disant que c’est le téléphone arabe qui a distribué le fake news lol. Soyons sérieux ! Pourquoi citer des noms ? tout le monde se doute qui sont les responsables des détournements des fonds publics, mais refusent de voir ce qui les dérange. Devinons qui étaient au pouvoir depuis plusieurs décennies, devinons pourquoi ils se battaient comme des chiffonniers pour avoir des postes régaliens rentables tels que travaux publics, finances, économie, santé, énergies etc … devinons qui ont été les heureux élus à ces ministères enviés par tous, devinons qui sont les députés qui votaient comme un seul homme les lois et les budgets faramineux pour des projets qui n’ont jamais vu le jour; mais dont l’argent a subitement disparu. Je suis sûr que la mémoire vous est subitement revenue. Donc pas besoin de noms puisque vous les connaissez tous. Alleluia ! joyeuses Pâques aux Orthodoxes.

    Le Point du Jour.

    17 h 07, le 03 mai 2021

  • JE CONTINUE : CE N,EST NI DIFFAMATOIRE NI CONFESSIONNEL NI INJURIEUX NI VIOLENT NI PROVOCATEUR, NI RACISTE NI INAPPROPRIE NI INDIGNE NI GROSSIER NI AUTRE ADJECTIF QUE D,AFFUBLER DE CES ADJECTIFS LES MAFIEUX QUI ONT DETRUIT LE PAYS ET QUI ONT VOLE NOS ECONOMIES ET VOLENT ET PROGRAMMENT DE VOLER ENCORE CE QUI EN RESTE S,IL EN RESTE. LES NOMMER PAR LEUR NOM ET LES DECRIRE AVEC LES ADJECTIFS DONT TOUT LE MONDE CRIE NUIT ET JOUR DOIT ETRE RESPECTE. JE SUIS DE CEUX QUI SONT ATTEINTS PAR LES MEFAITS DE CES BRUTES INHUMAINES ET CES CLIQUES DE VOLEURS ET MA VOIX MA LIBRE EXPRESSION JE N,ADMETS A PERSONNE DE LA FAIRE TAIRE. JE SOUHAITE LA MEME CHOSE POUR LA VOIX DE TOUS LES INTERNAUTES.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    11 h 42, le 03 mai 2021

  • Ce Monsieur droit dans ses bottes et mou du genou est comme tous les autres. Moi d’abord. Il a profité de son mandat de ministre de l’éducation pour écrire et faire la promotion de son livre et maintenant qu’il est PM démissionnaire et lors de ses visites dans les pays arabes pour défendre les intérêts de son pays présente son CV à tour de bras à la recherche d’un poste juteux. Quel droiture dites donc.

    Sissi zayyat

    11 h 35, le 03 mai 2021

  • Il est gentillet mais cela n’a pas suffit à le propulser au rang des grands. Il ne s’est pas distingué par son courage ni par par sa persévérance. Un PM qui arrive avec l’appui des corrompus pour satisfaire leurs projets de destructions ne peut pas venir déclarer qu’il ne s’attendait pas à tant de corruption alors qu’il avait déjà fait partie d’un gouvernement dans le passé, sauf s’il avait des œillères ou qu’il était plus naïf. Dans les deux cas il n’aurait pas dû accepté ce poste sachant à l’avance qu’il n’est pas à la hauteur. C’est la où réside le problème des politiques. Ils se savent incompétents et acceptent d’occuper des postes inadéquats à leurs qualifications pour nous faire perdre du temps et ENFONCER encore plus le pays et venir nous répéter qu’ils ont été empêché par ceux là mêmes qui les ont choisi pour servir leurs causes. Ubuesque.

    Sissi zayyat

    11 h 29, le 03 mai 2021

  • LES LIBRES EXPRESSIONS DES INTERNAUTES ET LA CHARTE DU FORUN. * CHERES/CHERS ADMINISTRATRICES/TEURS, DIRECTION, REDACTRICES/TEURS EN CHEF, JOURNALISTES ET MODERATRICES/TEURS DU FORUM, LE LIBAN D,AUJOURD,HUI N,EST PAS LE LIBAN DE 2012 JOUR DE VOTRE CHARTE ET SES CONDITIONS. LE PEUPLE EST DANS LES RUES AVEC DES SLOGANS CONTRE KELLON YE3NE KELLON LES TRAITANT DE CORRONPUS, VOLEURS, MAFIEUX, INCOMPETENTS BOUCHERS DU PEUPLE QU,ILS ONT AFFAME... ET LES NOMMENT UN A UN. LES SIMPLES CITOYENS TOUT COMME LES INTELLECTUELS. PERSONNE N,A PLUS PEUR. ILS RECLAMENT LA DEMISSION DE AOUN, LE DEPART DE BASSIL ET LE DESARMEMENT DU HEZBOLLAH. LES PRELATS ET LE MUFTI ET AUTRES RESPONSABLES SPIRITUELS EN FONT DE MEME EN LES NOMMANT SANS LES NOMMER. EXCEPTES LES VENDUS. LES LIBRES EXPRESSIONS DES INTERNAUTES DONT LA VOIX EST AUSSI IMPORTANTE QUE CELLE DES CITOYENS DANS LA RUE ET DES GENS INSTRUITS DE TOUTES CATEGORIES DOIVENT ETRE RESPECTEES PAR L,OLJ ET NE DOIVENT POINT ETRE CENSUREES. DE VOTRE CHARTE JE RETIENS POUR RAISON DE CENSURE UNIQUEMENT LES OBSCENITES, LES INSULTES PERSONNELLES, LA PORNOGRAPHIE, LA PEDOPHILIE, LES PROPOS INDIGNES SI ADRESSES A DES PERSONNES DIGNES ET NON A DES MAFIEUX, LES MESSAGES AVEC ADRESSES EMAIL ET TELEPHONE, LES DISCUSSIONS ET ATTAQUES ENTRE INTERNAUTES. MALHEUREUSEMENT LA VALIDATION DES COMMENTAIRES S,APPUIE SUR LES INTERETS POLITIQUES DE L,OLJ. C,EST UN CRIME QUE DE FAIRE TAIRE LA LIBRE EXPRESSION. JE ME SUIS RETIRE A CAUSE DES CENSURES. GARDEZ LES AUTRES.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    11 h 27, le 03 mai 2021

  • c'est pour dire quoi en fait?

    gaby sioufi

    10 h 15, le 03 mai 2021

  • Il n'y a qu'une solution pour sauver notre pays= nous débarasser en toute urgence et définitivement de tous ceux, du premier dans la hiérarchie politique à tous les autres, qui ont détruit notre pays pour satisfaire leurs ambitions personnelles ! Cela fait des décennies qu'ils règnent sur le pays...et n'ont jamais su faire quoi que ce soit de valable, mis à part piller ses ressources en leur faveur. Tout ce dont ils sont capables, c'est de débiter à longueur de journée des déclarations pour se justifier...en accusant "les autres" des catastrophes qu'ils ont tous ensemble provoquées. Irène Saïd

    Irene Said

    09 h 21, le 03 mai 2021

  • Les vérités de la Palice, zero substance.

    Saleh Tassabehji

    08 h 54, le 03 mai 2021

  • Ok le bibendum du Sérail passe tu chemin. Tout simplement tu n’étais pas à la hauteur de ton poste, ton cursus est celui d’un fonctionnaire sans doute consciencieux mais mou. Tu n’as même pas le courage d’appeler les corrompus par leur nom ni les responsable de la déroute de l’Etat. Qu’est ce que tu crains ? Ton avenir politique! Ou bien tout simplement tu as peur...

    Liberté de Penser

    08 h 47, le 03 mai 2021

  • Il devient Orange ce Diab. La prochaine fois il va nous sortir le "ma khallouna"...

    La Colère de Zeus

    08 h 47, le 03 mai 2021

  • Si lui n’est pas corrompu alors qu’il ait le courage de nommer ceux qui le sont. Il ne le fera pas car se sont les corrompus qui l’ont designe’ premier ministre et qui l’ont l’ont teleguide’ durant son mandat.

    Goraieb Nada

    08 h 34, le 03 mai 2021

  • Monsieur, vous ne brillez pas Par votre courage!

    Citoyen lambda

    06 h 16, le 03 mai 2021

  • JE LIS AVEC ATTENTION L'ARTICLE ET LES COMMENTAIRES J'AI UNE SEULE QUESTION A POSER A MR DIAB QUI S'EST FAIT EMBOBINNER PAR AOUN ET BASSIL POUR DEVENIR LE PREMIER MINISTRE D'UN GOUVERNEMENT AUX MAINS DE BASSIL NASRALLAH ET BERRY LA QUESTION EST LA SUIVANTE: POURQUOI VOUS NE DITES PAS CLAIREMENT AU PEUPLE LIBANAIS LE NOM DE LA PERSONNE QUI VOUS A DONNE L'ORDRE DE NE PAS ALLER AU PORT POUR VISITER LE DEPOT NO 12 QUAND VOUS AVEZ RECU L'INFORMATION DE LA PRESENC3 DE 2750 TONNES DE NITRATES DANS CE DEPOT? OUI MR DIAB PLUS GENTILLEMENT DIT QUI VOUS A DIT DE NE PAS ALLER AU PORT CE JOUR LA POUR INSPECTER LE DEPOT NO 12 SI VOUS NE REPONDEZ PAS CLAIREMENT ET OUVERTEMENT A CETTE QUESTION ET VOUS NE DITES PAS POURQUOI VOUS AVEZ SUIVI CET ORDRE ( ou plus gentillement dit cette recommendation ) TOUT LE PEUPLE SERA CONVAINU QU VOUS AVEZ ETE EFFECTIVEMENT COMPLICE ET QUE VOTRE VISITE ET LES ORDRES QUE VOUS AURIEZ ALORS DONNES POUR S'EN DEBARRASSER IMMEDIATEMENT AURAIT SAUVE 210 MORTS ET 6500 BLESSES ET 300000 SANS ABRIS DITES LE MR DIAB POUR SAUVER VOTRE HONNEUR ET CELUI DE VOTRE FAMILLE QUI NE MERITE PAS LE DESHONNEUR QUI PESERA SUR VOUS SI VOUS VOUS TAISEZ

    LA VERITE

    01 h 50, le 03 mai 2021

  • Nous mettons au défi Hassan Diab de nommer le plus grand corrompu de la classe politique libanaise. Nous défions Hassan Diab de donner le nom du plus grand fabricant d’opium dans la plaine de la Békaa. Nous mettons au défi Hassan Diab de nommer ceux qui commandent aux ports de Beyrouth, de Saïda et de Tyr, en sus de l’aéroport de Beyrouth.

    Honneur et Patrie

    19 h 59, le 02 mai 2021

  • Je persiste et signe que cet homme est honnête courageux et droit dans ses bottes. Au moins il dénonce le système instauré au vu et au su de tout le monde. l’adage dit : une main ne peut pas applaudir toute seule. Des comme lui il en faut au moins une centaine de personnes. Que pouvait-il faire contre une caste politico mafieuse qui est instituée depuis des décennies avec le consentement du pouvoir judiciaire et, l’aveuglement des forces de l’ordre qui détournent le regard contre l’évidence. C’est facile de critiquer pour accabler sans pour autant prendre le risque de contribuer à établissement d’un état intègre et juste. Raymond Barre disait : l’opposition répète il y a qu’à Faut qu’on ! 50 ans plus tard l’histoire du monde lui donne raison. « y ka fo con ». Mr Diab a au moins le mérite d’avoir des mains propres et la conscience tranquille. Il a démissionné voyant que les politiciens de bas étages voulaient profiter de son honnêteté pour se servir, et enliser le Liban encore plus dans la merde. Attention ne jetons pas l’opprobre sur un homme qui, sans aucun doute aime et sert son pays fidèlement, en silence avec la fougue d’un constructeur opiniâtre, mais las d’être pris pour cible à tort et à travers, par les ennemis de la République, il leur tient la dragée haute à ces politiciens/voleurs, en démissionnant et en les ignorant par un silence assourdissant qui les déstabilise au point qu’ils ne trouvent pas grand-chose à lui reprocher.

    Le Point du Jour.

    18 h 45, le 02 mai 2021

  • Tu as des noms à révéler? Non? Alors pourquoi parler si tu n’as rien à dire. Pfft!

    Gros Gnon

    16 h 38, le 02 mai 2021

  • Diab, bisounours... quelle naïveté ou quelle hypocrisie. Le plus illettré du Liban sait que la corruption règne depuis des lustres et à atteint la stratosphère dès les années 90...pauvre Diab

    mokpo

    16 h 20, le 02 mai 2021

  • Donc le passage de Mr Diab au ministère de l'éducation ne l'avait pas assez éduquer et la laissé au niveau du jardin. Promu au niveau universitaire il commence à voir clair... Trop tard! bien trop tard pour lui mais surtout pour nous et la Partie...

    Wlek Sanferlou

    15 h 52, le 02 mai 2021

  • "Diab : Je ne pensais pas être confronté à tant de corruption". Il est naïf ou quoi?

    Yves Prevost

    15 h 07, le 02 mai 2021

  • “Je ne pensais pas être confronté à autant de corruption. “ Alors comment faire ? Les sanctions à elle seul ne suffisent pas ... Il n’y a que l’armée libanaise qui peuvent les arrêter car ils préfèrent faire couler tout le monde que d’abandonner leurs habitudes hautement néfastes à l’ensemble de la population. Quand quelqu’un volent une banque Roumieh direct. Quand une organisation fait le hold up du siècle de TouT les libanais, ou est l’armée??

    Alors...

    15 h 06, le 02 mai 2021

  • Profil d'un haut fonctionnaire sous les ordres d'un supérieur, malheureusement. Avouons qu'il n'a pas eu les mains libres pour décider, ni pour s'imposer en homme d'Etat. Malgré que son gouvernement comptait, et comprend toujours maintenant, des personnes capables. Les crises successives, et l'influence négative des partis et des députés ralliés aux intérêts personnels financiers, ont fini par laminer tout effort de sortie de la crise économique.

    Esber

    14 h 38, le 02 mai 2021

  • "I am shocked, shocked to find that corruption is going on in here"

    M.E

    14 h 29, le 02 mai 2021

  • « Diab : Je ne pensais pas être confronté à tant de corruption. »-« Mais je ne regrette pas cette expérience, même si malheureusement une grande partie de la classe politique ne se soucie pas de l'intérêt du Liban et des Libanais » Ces deux phrases suffisent pour nous convaincre que cet Homme est courageux, honnête et droit dans ses bottes. Il a dit tout haut ce que le peuple Libanais pense et dit depuis les 19 Octobre 2019. Que Dieu le bénisse et lui vienne en aide pour le bien du Liban et de son peuple. Amen !

    Le Point du Jour.

    14 h 12, le 02 mai 2021

Retour en haut