Rechercher
Rechercher

Société - Covid-19

La vaccination avec AstraZeneca devrait redémarrer la semaine prochaine

Dans certains centres, les réserves de ce vaccin ont été épuisées. En cause, un retard dans la livraison des quantités promises au Liban.

La vaccination avec AstraZeneca devrait redémarrer la semaine prochaine

Le Liban devrait réceptionner un second lot du vaccin AstraZeneca à la fin de la semaine. Anwar Amro/AFP

« Désolé, le ministère de la Santé n’a pas pu assurer le vaccin AstraZeneca pour la date du 23 avril 2021. Un autre rendez-vous pour vous faire vacciner sera fixé ultérieurement. »

Vendredi, nombreux sont ceux qui ont reçu un message envoyé par plusieurs centres administrant le vaccin AstraZeneca annonçant l’annulation du rendez-vous. Deux jours plus tard, dimanche soir, le ministère de la Santé annonçait « la fermeture temporaire » de quelques-uns des centres accrédités pour l’administration de ce vaccin. Dans un communiqué, il précise que cette suspension est due « au retard affiché par l’agent pour la livraison des quantités promises » du vaccin, sachant que « la majorité des quantités reçues à ce jour ont été utilisées ». Le ministère assure toutefois que le problème sera résolu « au cours de la première semaine du mois de mai, avec la réception d’une quantité double de ce vaccin ».

Les centres de vaccination concernés par cette mesure sont l’hôpital al-Jabal (Falougha, caza de Baabda), le Centre médical Bellevue (Mansourieh, caza du Metn), le Centre médical al-Youssef à Halba (Akkar, au Liban-Nord), l’hôpital gouvernemental de Bint Jbeil (Liban-Sud), l’hôpital Hiram (Abassiyé, Liban-Sud), l’hôpital du Sacré-Cœur (caza de Baabda), l’hôpital gouvernemental de Machghara (Békaa-Ouest), l’hôpital Aleddine (Sarafand, Liban-Sud), le centre des soins de santé primaire à Makné (Baalbeck-Hermel) et l’hôpital al-Sahel (Haret Hreik, caza de Baabda).

Lire aussi

La vie après le Covid, un long chemin vers le rétablissement


Le Liban a reçu, à la mi-mars, un premier lot de près de 33 600 doses du vaccin suédo-britannique AstraZeneca à travers le mécanisme Covax, mis en place par l’Alliance pour les vaccins (GAVI), l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies (CEPI), pour garantir l’accès équitable aux vaccins aux pays qui s’y sont inscrits. « Un second lot d’environ 126 000 doses aurait dû être réceptionné à la mi-avril », également à travers Covax, explique à L’Orient-Le Jour Riad Fadlallah, conseiller du ministre sortant de la Santé pour les affaires des médicaments. Mais cela n’a pas été fait en raison d’un retard, à l’échelle mondiale, dans la livraison de ce vaccin, les fabricants ne tenant pas leurs engagements sur les délais fixés.

« Nous devons les recevoir à la fin de cette semaine, assure-t-il. Nous avons acheté en plus à l’agent d’AstraZeneca 55 000 doses que nous n’avons pas encore reçues, parce que nous attendons qu’il nous livre les documents nécessaires, sans lesquels nous ne pourrons pas les distribuer aux centres de vaccination, dont certains ont dû suspendre temporairement leur activité puisque leur stock est épuisé. Quant aux personnes dont le rendez-vous a été annulé, elles devraient recevoir vers la fin de la semaine prochaine un message pour fixer une nouvelle date pour la vaccination. » Cela, si le Liban reçoit effectivement les doses promises à temps bien sûr.

« Effondrement du système de santé »

Sur le terrain, la vaccination se poursuit à un rythme très lent. À ce jour, seulement 273 748 personnes ont déjà reçu une première dose du vaccin et 146 480 autres deux doses. Dans ce cadre, le ministère du Travail a appelé hier à faire vacciner également les étrangers, notamment les travailleurs migrants et les employés de maison, « afin d’atténuer les effets sanitaires, sociaux et économiques du virus ». Il a également recommandé que les noms de ces travailleurs soient inclus sur la plateforme en ligne d’inscription pour le vaccin.

Par ailleurs, une réunion a été consacrée hier au ministère de la Santé au développement du programme de la campagne de vaccination de masse qui devrait commencer en juin. Celle-ci devrait cibler les régions périphériques en vaccinant plus de 5 000 personnes par jour.

En ce qui concerne l’évolution de la pandémie, le Liban a enregistré hier 29 décès et 642 nouvelles contaminations au coronavirus, portant à 521 581 le nombre cumulé des cas enregistrés depuis février 2020, au nombre desquels 7 171 décès et 451 167 guérisons. Parmi les cas toujours actifs, 1 465 patients sont hospitalisés, dont 660 en soins intensifs, selon le rapport quotidien du ministère de la Santé.

Lire aussi

Technique de vaccination : les bonnes pratiques et les autres

Pour éviter que les cas ne repartent à la hausse, en raison des rassemblements à l’occasion de la fête de Pâques orthodoxes chez les communautés suivant le calendrier julien, un bouclage de trois jours sera imposé du samedi 1er mai à l’aube au mardi 4 mai à l’aube, comme l’a signalé à notre publication sœur L’Orient Today Petra Khoury, coprésidente de la commission nationale chargée de suivre le Covid-19. Une décision qui devrait être validée par le comité interministériel chargé de lutter contre la pandémie.

Enfin, le directeur de l’hôpital gouvernemental Rafic Hariri, Firas Abiad, a mis en garde contre un « effondrement » potentiel du système de santé, « en dépit de la baisse des cas de Covid-19 ». « La pandémie a accru la pression sur les hôpitaux alors qu’en raison de la crise financière, nous voyons des patients de plus en plus pauvres, et un coût accru des fournitures importées », a-t-il écrit sur Twitter. Cette situation a été aggravée par la perte de personnel médical et infirmier qui émigre. Soulignant que le secteur de la santé tient jusqu’à présent, le Dr Abiad a noté qu’« un nouveau défi, comme une nouvelle recrudescence de coronavirus ou la levée des subventions sur les fournitures médicales importées, peut précipiter l’effondrement ».


« Désolé, le ministère de la Santé n’a pas pu assurer le vaccin AstraZeneca pour la date du 23 avril 2021. Un autre rendez-vous pour vous faire vacciner sera fixé ultérieurement. » Vendredi, nombreux sont ceux qui ont reçu un message envoyé par plusieurs centres administrant le vaccin AstraZeneca annonçant l’annulation du rendez-vous. Deux jours plus tard, dimanche soir,...

commentaires (1)

ON N'ARRETE PAS D'ETRE EBAHITS, EBLOUIS PAR DES DECISIONS FOLLEMENT RIDICULES : LOCK DOWN POUR LES PAQUES CATHOLIQUES, LIBERTE POUR LE JEUNE DE RAMADAN( pas de restrictions avant 21:30), puis de nouveau LOCK DOWN POUR LES PAQUES ORTHODOXES -TENEZ VOUS BIEN DURANT LA MEME PERIODE DE "RELAXE" DU JEUNE DU RAMADAN ? la suite de cette "chose"serait interessante a connaitre

Gaby SIOUFI

09 h 22, le 27 avril 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • ON N'ARRETE PAS D'ETRE EBAHITS, EBLOUIS PAR DES DECISIONS FOLLEMENT RIDICULES : LOCK DOWN POUR LES PAQUES CATHOLIQUES, LIBERTE POUR LE JEUNE DE RAMADAN( pas de restrictions avant 21:30), puis de nouveau LOCK DOWN POUR LES PAQUES ORTHODOXES -TENEZ VOUS BIEN DURANT LA MEME PERIODE DE "RELAXE" DU JEUNE DU RAMADAN ? la suite de cette "chose"serait interessante a connaitre

    Gaby SIOUFI

    09 h 22, le 27 avril 2021

Retour en haut