Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Nucléaire iranien

Des progrès dans les discussions, mais la solution reste lointaine

Les négociations sont « dans la phase rédactionnelle », selon la Russie.

Des progrès dans les discussions, mais la solution reste lointaine

Les délégations dont les pays font partie de l’accord nucléaire iranien réunies dans un hôtel à Vienne, samedi 17 avril 2021. EU Delegation in Vienna/Handout via Reuters

L’Iran et les grandes puissances ont progressé dans leurs efforts pour relancer l’accord de 2015 sur le programme nucléaire iranien et Téhéran a évoqué l’éventualité de conclure un accord provisoire d’ici à fin mai pour gagner du temps en vue d’un règlement plus durable.

Des négociations ont lieu depuis début avril à Vienne pour tenter de convaincre Américains et Iraniens d’appliquer à nouveau cet accord, dont les États-Unis de Donald Trump se sont retirés en 2018 et dont l’Iran s’est progressivement affranchi depuis. L’Union européenne (UE) joue les intermédiaires dans ces discussions auxquelles participent la Chine, la Russie, la France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne – toutes signataires de cet accord appelé Plan d’action global commun.

« Nous sommes sur la bonne voie et quelques progrès ont été faits, mais cela ne signifie pas que les discussions à Vienne approchent de la fin », a déclaré un porte-parole du ministère des Affaires étrangères iranien lors d’une conférence de presse à Téhéran.

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a quant à lui fait état hier de progrès dans les discussions. « Je pense qu’il y a une réelle bonne volonté au niveau des deux parties (Iran et États-Unis) de parvenir à un accord, et c’est une bonne nouvelle », a-t-il observé. « Je pense que les deux parties ont vraiment à cœur de parvenir à un accord et sont passées des problèmes généraux à des thèmes plus précis, à savoir évidemment la levée des sanctions d’une part et les seuils fixés pour les activités nucléaires d’autre part », a ajouté le haut représentant de l’UE pour les Affaires étrangères.

« Nous sommes encore loin d’avoir des solutions pratiques, mais nous avons passé la phase des discussions générales pour nous mettre d’accord sur des étapes spécifiques vers l’objectif final », a observé hier sur Twitter le délégué russe auprès de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) Mikhaïl Oulianov.

Selon le délégué russe sur place, les négociateurs réunis à Vienne ont commencé à plancher sur la rédaction d’un texte. Après « deux semaines de délibérations », « nous pouvons noter avec satisfaction que les négociations sont entrées dans la phase de rédaction », a ajouté sur Twitter Mikhaïl Oulianov. « Nous sommes encore loin de solutions concrètes », a-t-il ajouté.

Les diplomates avaient fait état de « progrès » samedi malgré la persistance de « désaccords sérieux ». « Nous pensons que les négociations ont atteint un stade où les parties peuvent commencer à travailler sur un texte commun, au moins dans les domaines où il y a un consensus », avait alors affirmé le chef de la délégation iranienne Abbas Araghchi.

Les représentants des États toujours parties à l’accord de 2015 (Iran, Chine, Russie, France, Allemagne, Royaume-Uni) ont intensifié leurs pourparlers ces derniers jours pour tenter de faire revenir au plus vite l’Iran dans les clous. Les Américains participent aux discussions de manière indirecte, par l’intermédiaire des Européens.

Sentiment d’urgence

Domine désormais un sentiment d’urgence, selon les participants, alors que la République islamique a commencé vendredi à produire de l’uranium enrichi à près de 60 %, se rapprochant des 90 % nécessaires à une utilisation militaire.

Des diplomates estiment que des mesures successives par étapes de part et d’autre pourraient permettre de trouver une solution, tandis que des représentants iraniens ont déclaré à Reuters que les discussions de Vienne pourraient déboucher sur un accord temporaire permettant de donner une chance à la diplomatie d’aboutir à un accord plus durable.

« L’échéance de mai approche (...) ce qui est discuté en ce moment à Vienne, ce sont les grandes lignes d’un accord provisoire à court terme afin de donner à l’ensemble des parties davantage de temps pour résoudre des problèmes techniques complexes », a dit un représentant iranien.

Les grandes puissances espèrent qu’un accord pourra être conclu avant l’élection présidentielle iranienne du 18 juin, faute de quoi les discussions risquent d’être repoussées à plus tard dans l’année.

Reste à déterminer quelles sanctions Washington doit lever, un des points les plus épineux des discussions, tant la toile tissée par l’ancien président Donald Trump s’avère complexe à détricoter. « Les États-Unis ne lèveront les sanctions qu’en échange de la certitude et de l’assurance que l’Iran va pleinement revenir à ses engagements, et mettre sous cloche son programme nucléaire », a prévenu dimanche sur Fox News le conseiller de Joe Biden pour la sécurité nationale, Jake Sullivan.

Sources : agences


L’Iran et les grandes puissances ont progressé dans leurs efforts pour relancer l’accord de 2015 sur le programme nucléaire iranien et Téhéran a évoqué l’éventualité de conclure un accord provisoire d’ici à fin mai pour gagner du temps en vue d’un règlement plus durable.Des négociations ont lieu depuis début avril à Vienne pour tenter de convaincre Américains et Iraniens...

commentaires (1)

"la République islamique a commencé vendredi à produire de l’uranium enrichi à près de 60 %, se rapprochant des 90 % nécessaires à une utilisation militaire." Conclusion: "Nous sommes sur la bonne voie" précise un représentant iranien. Et les occidentaux n'ont pas eu la simpe décence de claquer la porte!

Yves Prevost

08 h 25, le 20 avril 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • "la République islamique a commencé vendredi à produire de l’uranium enrichi à près de 60 %, se rapprochant des 90 % nécessaires à une utilisation militaire." Conclusion: "Nous sommes sur la bonne voie" précise un représentant iranien. Et les occidentaux n'ont pas eu la simpe décence de claquer la porte!

    Yves Prevost

    08 h 25, le 20 avril 2021

Retour en haut