Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Hariri à Moscou pour une tournée auprès des responsables

Le Premier ministre désigné devra notamment s'entretenir avec Vladimir Poutine au cours de son séjour. 

Hariri à Moscou pour une tournée auprès des responsables

Le Premier ministre désigné Saad Hariri a été reçu à l'aéroport de Moscou notamment par l'adjoint du chef de la diplomatie Mikhaïl Bogdanov, ainsi que par l'ambassadeur du Liban Chaouki Abou Nassar. Photo fournie par le bureau de presse de M. Hariri

Le Premier ministre désigné Saad Hariri, est arrivé mercredi à Moscou pour une tournée auprès des responsables russes, alors que la formation du gouvernement libanais est plus que jamais dans l'impasse, en dépit de la dynamique diplomatique arabe en faveur d’un déblocage, et malgré les menaces de sanctions européennes imminentes.

M. Hariri a été accueilli à l'aéroport de Moscou par l'adjoint du chef de la diplomatie Sergueï Lavrov, Mikhaïl Bogdanov, ainsi que par l'ambassadeur du Liban Chaouki Abou Nassar, rapporte son bureau de presse. Le conseiller spécial de M. Hariri pour les affaires russes, Georges Chaabane, était également présent sur place. 

Lire aussi

Hariri à Moscou en quête d’un appui renouvelé


La capitale russe est une nouvelle étape dans la tournée du Premier ministre désigné auprès des puissances mondiales impliquées dans le dossier libanais, dans une tentative de faire progresser les tractations gouvernementales. Il s'est déjà rendu ces dernières semaines en France, en Égypte, au Qatar et récemment aux Émirats arabes unis, qu’il a visités à plusieurs reprises.

Lors de son séjour en Russie, Saad Hariri doit s'entretenir avec le président Vladimir Poutine, le Premier ministre Mikhaïl Michoustine, ainsi que le chef de la diplomatie Sergueï Lavrov, selon un communiqué officiel publié hier par l’agence de presse Spoutnik, ainsi que selon le communiqué du bureau de presse de M. Hariri publié aujourd'hui Les discussions devraient naturellement porter sur le processus de formation du gouvernement.

L'édito de Issa GORAIEB

Les gars de la marine

Le Liban, en proie à une crise socio-économique profonde, est sans cabinet depuis plus de huit mois, suite à la démission du gouvernement de Hassane Diab, dans la foulée des explosions au port de Beyrouth, le 4 août dernier. Le Premier ministre, désigné en octobre, et le chef de l'État Michel Aoun, empêtrés dans des rivalités personnelles et des différends quant à la nomination des ministres, campent sur leurs positions, en dépit des répercussions désastreuses de leur brouille sur le pays.

De son côté, la Russie presse pour la mise en place d'un cabinet dans la ligne de l'initiative française lancée le 1er septembre à Beyrouth par le président Emmanuel Macron. Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, avait affirmé lundi dernier que son pays "exhortera les protagonistes libanais à s’acquitter de leurs responsabilités et former un gouvernement qui refléterait l’intérêt de toutes les composantes de la société libanaise". Le chef du Courant patriotique libre Gebran Bassil, ainsi que le chef druze Walid Joumblatt, et son rival Talal Arslane seraient attendus à Moscou entre avril et mai prochain, selon une source diplomatique.

La visite de Saad Hariri intervient au moment où le secrétaire d’État adjoint américain pour les Affaires politiques David Hale, arrivé à Beyrouth mardi soir, effectue une tournée auprès des responsables politiques libanais pour les presser de former un gouvernement capable de mener les réformes attendues. M. Hale, qui a été reçu par Saad Hariri avant le départ de ce dernier pour Moscou, a estimé qu'il est temps que les leaders politiques fassent preuve de flexibilité" pour faciliter la mise en place du gouvernement.


Le Premier ministre désigné Saad Hariri, est arrivé mercredi à Moscou pour une tournée auprès des responsables russes, alors que la formation du gouvernement libanais est plus que jamais dans l'impasse, en dépit de la dynamique diplomatique arabe en faveur d’un déblocage, et malgré les menaces de sanctions européennes imminentes.M. Hariri a été accueilli à l'aéroport de...

commentaires (1)

Attention Poutine est un animal redoutable bicéphale, une tête reste toujours figée dans un sourire sournois, et la deuxième réfléchie pendant que son interlocuteur fait son discours, le visiteur ou invité se laisse facilement prendre au jeu et lui donne le bon Dieu sans confession. Beaucoup se sont fait berner et nombre d’entre eux se mordent les doigts aujourd’hui. Poutine est un animal à sang froid, ne montre aucune émotion, il n’aime pas les faibles, il se sert d’eux tant qu’ils lui sont utiles… avec lui rien n’est gratuit rien n’est acquis il ne doute jamais ; son expérience au KGB lui confère une force de caractère et une assurance hors du commun. Pour obtenir quelque chose il faut parler avec lui d’égal à égal, sinon il vous éconduit, certes avec le sourire et élégance mais sans résultat probant. Je suis persuadé que les conseillés de Mr Hariri l’ont briffé avant son voyage à Moscou. Surtout que poutine a mis un pied en Syrie l’autre en Turquie, il monnayera son soutien très cher. Achtung ! *danger*

Le Point du Jour.

23 h 27, le 14 avril 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Attention Poutine est un animal redoutable bicéphale, une tête reste toujours figée dans un sourire sournois, et la deuxième réfléchie pendant que son interlocuteur fait son discours, le visiteur ou invité se laisse facilement prendre au jeu et lui donne le bon Dieu sans confession. Beaucoup se sont fait berner et nombre d’entre eux se mordent les doigts aujourd’hui. Poutine est un animal à sang froid, ne montre aucune émotion, il n’aime pas les faibles, il se sert d’eux tant qu’ils lui sont utiles… avec lui rien n’est gratuit rien n’est acquis il ne doute jamais ; son expérience au KGB lui confère une force de caractère et une assurance hors du commun. Pour obtenir quelque chose il faut parler avec lui d’égal à égal, sinon il vous éconduit, certes avec le sourire et élégance mais sans résultat probant. Je suis persuadé que les conseillés de Mr Hariri l’ont briffé avant son voyage à Moscou. Surtout que poutine a mis un pied en Syrie l’autre en Turquie, il monnayera son soutien très cher. Achtung ! *danger*

    Le Point du Jour.

    23 h 27, le 14 avril 2021

Retour en haut