Rechercher
Rechercher

Économie - Crise au Liban

Wazni pour un rationnement des subventions, une décision "difficile, mais nécessaire"

Sans nouveau gouvernement, ce sera "le chaos" dans "les prochains mois", estime le ministre sortant des Finances.


Wazni pour un rationnement des subventions, une décision

Le ministre sortant des Finances, Ghazi Wazni. Photo d'archives ANI

Le Liban sera à court de fonds pour financer les importations de base à partir de la fin du mois de mai, et le retard dans le lancement d'un plan pour le rationnement des subventions coûte 500 millions de dollars par mois, a affirmé le ministre sortant des Finances, Ghazi Wazni, dans un entretien accordé à l'agence Reuters vendredi.

"Coût du temps perdu"
"Le gouvernement doit accélérer (la mise en place du plan pour le rationnement des subventions). Le coût du temps perdu est très élevé. Chaque jour, il augmente de plus en plus", a prévenu M. Wazni, alors qu'un tel plan n'a toujours pas été finalisé ni envoyé au Parlement pour être approuvé.

Tous les indicateurs sont dans le rouge au Liban, où la crise économique s'accompagne d'une forte dépréciation de la livre. Sur le marché parallèle, la monnaie tourne autour des 12.000 livres pour un dollar, alors que le taux officiel est toujours de 1.507 livres pour un dollar. L'inflation annuelle a atteint, quant à elle, 145,8% fin 2020, selon des statistiques officielles. Récemment, le Premier ministre sortant, Hassane Diab, a estimé que les réserves de la Banque du Liban (BDL) permettraient de subventionner les denrées essentielles (blé, carburants, médicaments, etc) jusqu'en juin au plus tard. Ghazi Wazni avait pour sa part souligné dernièrement que le gouvernement planchait sur une réduction "dans les prochaines semaines" de la proportion de dollars subventionnés fournis par la BDL pour les importations d’essence et de mazout et qui passeraient dans un futur proche de de 90 % à 85 %. Ces annonce ont encore accentué la panique des Libanais, alors que la ruée vers les produits subventionnés provoque régulièrement des altercations voire des violences dans les supermarchés du pays.

Lire aussi

Baisse du prix du pain, une première depuis mai 2020


La livre et l’avenir des subventions sur les achats de dollars pour les importateurs restent donc plus que jamais le point focal de ce début de printemps. Face à la baisse des réserves de la BDL, les mécanismes existants couvrant le blé, le carburant, les médicaments, mais aussi le matériel médical, les matières premières destinées à l’industrie pharmaceutique locale et certaines denrées alimentaires doivent en effet être supprimés ou rationalisés d’ici à juin. Dans un entretien au quotidien libanais anglophone Daily Star, le ministre sortant des Finances avait indiqué jeudi que "le gouverneur de la BDL Riad Salamé avait informé Hassane Diab que la banque centrale ne pourra pas continuer à subventionner les produits, n’ayant plus que 1,5 milliard de dollars environ de réserves restantes dans ce but", un chiffre déjà évoqué dans la presse. Toujours selon le ministre, le gouvernement planche toujours sur un système de cartes prépayées réservé aux plus vulnérables pour remplacer les subventions.

"Difficile, mais nécessaire"
Ghazi Wazni a affirmé à Reuters que "les perspectives d'une réaction violente à la levée des subventions pose défi". "Aujourd'hui, le problème réside dans le fait que le gouvernement en place est un cabinet sortant, et cette décision (la levée des subventions, ndlr) est difficile sur le plan social, mais nécessaire. Elle aurait due être déjà prise", a-t-il estimé.

Appelant à la formation d'un nouveau gouvernement qui se fait attendre depuis bientôt huit mois en raison d'une crise politique, le ministre sortant a prévenu que "sans nouveau cabinet, le chaos régnera". "Sans gouvernement crédible, dans quelques mois, les choses vont aller de mal en pis... La pauvreté, la misère et le chômage vont augmenter encore plus, les prix de même, et ce sera le chaos".

Lire aussi

Le Liban devrait profiter de la volonté du FMI d’augmenter sa capacité de prêt

Dans ce contexte de crise, le Parlement a approuvé le 12 mars un prêt de 246 millions de dollars de la Banque mondiale devant permettre de financer un projet de filet de sécurité sociale aux familles les plus vulnérables. Ce projet est devenu nécessaire après la gigantesque explosion au port de la capitale, le 4 août dernier, et la pandémie de coronavirus, alors que plus de la moitié de la population libanaise vit sous le seuil de pauvreté.


Le Liban sera à court de fonds pour financer les importations de base à partir de la fin du mois de mai, et le retard dans le lancement d'un plan pour le rationnement des subventions coûte 500 millions de dollars par mois, a affirmé le ministre sortant des Finances, Ghazi Wazni, dans un entretien accordé à l'agence Reuters vendredi. "Coût du temps perdu""Le gouvernement doit accélérer...

commentaires (4)

"Le Liban sera à court de fonds pour financer les importations de base" wow...quelle déduction d'un génie de l'économie et qui voit nos subventions acheminée vers la syrie sous l'œil attendri du gouvernement auquel il appartient au profit des mécréants qu'il connait bien... Il faut savoir se taire...

Wlek Sanferlou

17 h 19, le 03 avril 2021

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • "Le Liban sera à court de fonds pour financer les importations de base" wow...quelle déduction d'un génie de l'économie et qui voit nos subventions acheminée vers la syrie sous l'œil attendri du gouvernement auquel il appartient au profit des mécréants qu'il connait bien... Il faut savoir se taire...

    Wlek Sanferlou

    17 h 19, le 03 avril 2021

  • Si les voleurs, les truands, les bandits et les hors-la-loi qui nous gouvernent restituaient à la nation et au peuple libanais les biens qu'ils leur ont dérobés, aucune décision de ponction de ce type ne serait nécessaire.

    Robert Malek

    14 h 07, le 03 avril 2021

  • C’est qui encore ce guignol? Il n’a rien trouvé de mieux dans son budget 2021 qu’en introduisant une nouvelle taxe consistant à ponctionner directement l’épargne des libanais de 2%.... donc pour ce technocrate millésimé 1950, les dirigeants pillent et volent l’argent public et les citoyens honnêtes qui ont travaillé toute leur vie pour épargner de quoi leur permettre d’avoir une vie décente à la retraite doivent payer l’addition. Smallah smallah qu’on ne lui jette surtout pas un mauvais sort à ce génie

    Censuré par l’OLJ

    07 h 52, le 03 avril 2021

  • Mais pourquoi vois les interviewez encore? Vous ne voyez pas qu’ils sont incompétents? Cessez de leur donner la parole, et demandez plutôt à ceux qui se disputent la "formule" du gouvernement de vous donner ne serait-ce que les grandes lignes de leur(s) programme(s) de relance...

    Gros Gnon

    19 h 45, le 02 avril 2021

Retour en haut