Rechercher
Rechercher

La Consolidation de la paix au Liban - Mars 2021

Au Metn, des municipalités donnent le bon exemple en renouant avec les principes de responsabilité collective

Au Metn, des municipalités donnent le bon exemple en renouant avec les principes de responsabilité collective

© Adra Kandil

« C’est la première fois que je ressens une légère présence de l’État. La première fois où je ne me sens pas complètement livrée à mon sort ». C’est par ces propos que Rita, une femme célibataire de Dbayé, atteinte il y a quelques mois du Covid-19, exprime sa gratitude à l’égard de la municipalité qui l’a accompagnée durant les deux semaines de son alitement. Au quotidien, un conseiller médical la contactait pour s’enquérir de sa santé et de l’évolution des symptômes, tout en veillant à ce qu’elle ne manque de rien et qu’elle puisse passer le cap de cette épreuve pénible. Un geste de compassion et une écoute bienveillante suffisants, pour lui démontrer qu’elle n’était pas seule dans sa guerre contre ce virus pernicieux qui attaquait le moral autant que les organes. Pourtant, témoigne cette jeune dame de 40 ans, je ne vote pas dans cette localité où je suis simple résidente.

Par cette constatation, Rita venait de résumer en quelques mots le phénomène de clientélisme viscéral, qui marque depuis des années l’inconscient des Libanais. Ces derniers ont fini par intégrer le principe selon lequel ils ne peuvent bénéficier d’un service public, qui pourtant est leur droit naturel, s’ils n’en payent pas le prix en contrepartie le jour des élections ou par le biais d’une allégeance quelconque aux zaïms locaux. Une perversion que certaines municipalités ont toutefois décidé de corriger, notamment depuis l’avènement de cette pandémie qui n’épargne plus personne et a fini par aiguiser chez certains le sentiment de responsabilité collective et citoyenne.

À Dbayé, comme dans d’autres localités du Metn, c’est l’humain face à cette tragédie qui a repris le dessus. Le temps n’est plus aux marchandages politiques, mais au secours des plus vulnérables que l’État a depuis longtemps délaissés et royalement ignorés. Dans cette localité, toute comme à Roumié et à Kornet Chehwane d’ailleurs, la situation sanitaire mais aussi les cas sociaux ont été très tôt pris en charge. Ici et là ont émergé des cellules de crise pour aider, soutenir et soulager. Et surtout pour s’assurer que la pandémie soit jugulée et ne fasse plus de ravages.

À la municipalité de Kornet Chehwane, qui regroupe également les localités de Aïn Aar, Beit el-Kiko et Hbous, tous les moyens ont été mis en œuvre : distribution de gel hydroalcoolique, de gants et de désinfectants à l’ensemble des habitants. On a même fourni aux malades un kit médical avec toute la gamme de vitamines nécessaires ainsi que les médicaments formellement prescrits par le médecin traitant. « Il fallait éviter à tout prix l’automédication et soustraire les autorités locales à toute responsabilité », confie le président du conseil municipal, Jean- Pierre Gebara, un homme très actif et socialement engagé depuis plusieurs années. Réélu en 2016 avec 90 % des voix – un score exceptionnel – il jouit depuis d’une confiance absolue dans son fief, notamment auprès des personnes nanties de la localité qui n’ont jamais lésiné sur le soutien à sa mission. À Roumié, la municipalité a même été jusqu’à payer les consultations des médecins dépêchés au chevet des malades. Récemment, elle s’est dotée de précieuses bouteilles d’oxygène pour les faire circuler chez les personnes atteintes.

Depuis que les mesures de confinement ont été décrétées, la police municipale de Roumié a fait preuve de fermeté à l’égard des insouciants et adopté dès le début une politique de communication dissuasive. « Tous les soirs et au plus fort de la pandémie, on faisait circuler un véhicule équipé d’un haut-parleur pour rappeler aux gens les consignes du confinement et les dangers de la propagation du virus », confie le président du conseil municipal Adel Bou Habib. Le respect de l’ordre public était tout aussi important que le soutien social à apporter aux plus démunis.

À plusieurs reprises, les autorités locales ont fait passer les tests PCR gratuits à ceux qui le souhaitaient. La dernière ronde a été effectuée par deux membres de la municipalité que le président avait envoyés en formation, pour assurer une autonomie locale en matière de tests. A Dbayé la municipalité s’est chargée d’assurer à domicile les médicaments aux malades. Ceux qui en avaient les moyens, remboursaient la somme due quelques semaines plus tard. Les plus nécessiteux ont bénéficié à deux reprises de bons d’achats de 100 000 LL pour les provisions et de 300 000 LL pour les médicaments, une mesure destinée à soulager provisoirement les habitants les moins favorisés.

« Au début, on allait même dans les maisons des malades pour récupérer leur poubelle. Mais lorsque nous avions atteint cent trente contaminations, nous n’avions plus de temps à consacrer à cette tâche », raconte Rachid Bou Nader, conseiller municipal affecté à la santé.

Fait notoire : dans les trois municipalités, le politique s’est discrètement effacé pour laisser la place au social et à l’entraide. Aussi bien à Dbayé qu’à Kornet Chehwane et Roumié, le conseil municipal regroupe une palette de tendances politiques. Aucune d’entre elles n’a jamais pris le dessus, même si parfois le président affichait une sympathie marquée pour un courant précis. « Le crédit revient au chef d’orchestre et à la culture qu’il insuffle au sein de son équipe », commente un analyste politique.

Pour Ziad Sayegh, expert en politiques publiques, ces initiatives personnelles et le succès qu’elles ont réalisé inaugure, quoique timidement, le début d’une décentralisation dans les domaines médical et social. Une percée manifeste qui, espère l’analyste, pourra se généraliser à tous les domaines et se répandre aux quatre coins du pays.



« C’est la première fois que je ressens une légère présence de l’État. La première fois où je ne me sens pas complètement livrée à mon sort ». C’est par ces propos que Rita, une femme célibataire de Dbayé, atteinte il y a quelques mois du Covid-19, exprime sa gratitude à l’égard de la municipalité qui l’a accompagnée durant les deux semaines de son alitement. Au...

commentaires (1)

Cela fait plaisir de lire de tels articles. Les nouvelles de ce genre méritent d'être connues et diffusées bien plus largement. Beaucoup de semence d espoir existent. Pourquoi pas faire circuler aussi les moyens de s associer à de tel initiatives? Merci Janine. Rosette

Jean Fallah

22 h 26, le 25 mars 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Cela fait plaisir de lire de tels articles. Les nouvelles de ce genre méritent d'être connues et diffusées bien plus largement. Beaucoup de semence d espoir existent. Pourquoi pas faire circuler aussi les moyens de s associer à de tel initiatives? Merci Janine. Rosette

    Jean Fallah

    22 h 26, le 25 mars 2021

Retour en haut