Rechercher
Rechercher

Économie - Electricité

Le Liban "dans le noir" d'ici la fin du mois si les fonds nécessaires ne sont pas assurés, avertit Ghajar

Le ministre sortant de l'Energie appelle les députés à voter une loi revêtue du caractère de double urgence accordant à l'Electricité du Liban une avance du Trésor pour l'achat du fuel nécessaire. 

Le Liban

Le ministre libanais sortant de l'Energie, Raymond Ghajar, s'exprimant à Baabda, le 11 mars 2021. Photo ANI

Le ministre libanais sortant de l'Energie, Raymond Ghajar, a prévenu que le pays sera plongé dans l'obscurité d'ici la fin du mois si les fonds nécessaires pour l'achat du fuel par Electricité du Liban ne sont pas assurés de toute urgence, au moment où le pays est en pleine crise socio-économique.

A l'issue d'un entretien au palais de Baabda avec le président libanais, Michel Aoun, M. Ghajar a indiqué qu'il a informé le chef de l'Etat des "dangers que la non-fourniture de fuel à EDL engendrerait (...) sur toute l'économie", et de la "pression sous laquelle travaille le ministère de l'Energie pour éviter d'être dans l'obscurité". 

"Nous avons épuisé tous nos moyens"

"Nous sommes aujourd'hui au XXIe siècle et nous parlons de l'incapacité d'un pays comme le Liban d'assurer ses besoins vitaux, notamment le courant électrique. (...) Peut-on imaginer des hôpitaux sans électricité ?", a lancé le ministre sortant, alors que le pays fait face à la pandémie du coronavirus qui a mis le secteur médical au bord du gouffre.

Pour mémoire

EDL qualifie cette fois de « progressive » l’amélioration de l’approvisionnement

"Nous avons épuisé tous nos moyens. Nous avons fixé le montant de 1500 milliards de livres libanaises dans le budget avec certaines remarques là-dessus", a encore souligné le ministre sortant, rappelant que les députés aounistes, dont il est proche, ont déjà élaboré une proposition de loi revêtue du caractère de double urgence afin d'accorder une avance à EDL pour l'achat du fuel. "Il faut que ce montant soit à titre de participation et non de crédit, car EDL ne peut pas rembourser ce montant au ministère des Finances", a prévenu le ministre sortant.

"Nous ne pouvons pas vivre sans électricité au XXIe siècle"

"Est-ce que cela veut dire que nous allons être plongés dans le noir ?", ont alors demandé les journalistes au ministre sortant. "Nous serons plongés dans le noir. Mais je crois que les députés n'accepteront pas d'être les témoins de cela. La solution est entre leurs mains pour assurer à EDL les fonds nécessaires pour l'achat du fuel", a répondu Raymond Ghajar. "Savent-ils quelles conséquences cela aura s'ils n'approuvent pas une telle avance financière ? Nous avons assumé nos responsabilités. Les autres doivent le faire maintenant. La seule solution, c'est soit d'approuver une avance ou une participation financière, soit, naturellement, en approuvant le nouveau budget". Mettant en garde contre les retombées "catastrophiques" d'un échec sur ce plan, Raymond Ghajar a prévenu que les générateurs ne peuvent pas fonctionner sans arrêt quotidiennement pour combler le déficit d'EDL. "Tout cela est surréaliste à mes yeux. Nous ne pouvons pas vivre sans électricité au XXIe siècle. La situation sera difficile sur tous les plans, sécuritaire, sanitaire, économique, et d'autres encore", a-t-il conclu.

Ne produisant pas déjà suffisamment d’électricité pour satisfaire l’ensemble de la demande en temps normal, EDL a dû baisser sa production de près de 20 % en 2020 pour des raisons financières, plongeant le pays dans le noir à plusieurs reprises au cours de l’année, en plein contexte de grave crise. Le Liban, en pleine crise socio-économique a de surcroît perdu un de ses fournisseurs de carburant, l’Algérien Sonatrach, qui n’a pas renouvelé son contrat arrivé à terme fin 2020, à la suite d’un scandale de fuel défectueux, tandis que celui de son autre fournisseur, le Koweïtien KPC, n’a été prolongé que pour une durée de trois mois, selon des informations relayées à L’Orient-Le Jour. En l’absence de solution pérenne pour s’approvisionner en carburant, le Liban a récemment annoncé un accord avec l’Irak qui devrait couvrir le quart des besoins d’EDL, mais les caractéristiques du fuel irakien ne correspondent pas aux spécifications des centrales libanaises, selon plusieurs experts récemment interrogés par Le Commerce du Levant.

Le Commerce du Levant

Le Liban va acheter du fuel irakien en « dollars libanais »

Mercredi, le directeur général de la Direction des adjudications (DDA), Jean Ellieh, a annoncé la publication sur le site de l’institution des cahiers des charges correspondant aux appels d’offres pour l’importation de fuel-oil de grade A (480 000 tonnes), de grade B (410 000 tonnes) et de gas-oil (605 000 tonnes) à destination d’EDL, afin d’approvisionner les centrales électriques du pays. Ces cahiers des charges avaient fait l’objet d’une polémique entre la DDA et la Direction générale du pétrole, qui relève du ministère de l’Énergie, avant l’expiration des contrats existants en décembre dernier avec Sonatrach et KPC.


Le ministre libanais sortant de l'Energie, Raymond Ghajar, a prévenu que le pays sera plongé dans l'obscurité d'ici la fin du mois si les fonds nécessaires pour l'achat du fuel par Electricité du Liban ne sont pas assurés de toute urgence, au moment où le pays est en pleine crise socio-économique.A l'issue d'un entretien au palais de Baabda avec le président libanais, Michel Aoun, M....

commentaires (10)

Nous allons appelé les responsables politiques de ce pays pour trouver une solution. Non mais on croit rêver. Il se plaint alors qu’il est là pour trouver une solution ou dégager faute de pouvoir et de compétence. Que vient il nous chanter alors que les libanais continuent à honorer leurs devoir de patriotes en payant deux fois par mois leurs factures d’électricité alors qu’ils n’arrivent qu’à s’éclairer quelques heures par jour. Pourquoi s’adresse a-t-il aux citoyens pour les menacer du noir qui les attend alors qu’ils sont dans la pénombre depuis qu’il n’y a plus de libanais au pouvoir? Les magots cachés peuvent éclairer tout le moyen orient et il vient nous menacer les yeux dans les yeux de coupures définitives faute de moyens et d’argent? Ils n’ont pas froid aux yeux ces vendus incompétents.

Sissi zayyat

13 h 50, le 12 mars 2021

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • Nous allons appelé les responsables politiques de ce pays pour trouver une solution. Non mais on croit rêver. Il se plaint alors qu’il est là pour trouver une solution ou dégager faute de pouvoir et de compétence. Que vient il nous chanter alors que les libanais continuent à honorer leurs devoir de patriotes en payant deux fois par mois leurs factures d’électricité alors qu’ils n’arrivent qu’à s’éclairer quelques heures par jour. Pourquoi s’adresse a-t-il aux citoyens pour les menacer du noir qui les attend alors qu’ils sont dans la pénombre depuis qu’il n’y a plus de libanais au pouvoir? Les magots cachés peuvent éclairer tout le moyen orient et il vient nous menacer les yeux dans les yeux de coupures définitives faute de moyens et d’argent? Ils n’ont pas froid aux yeux ces vendus incompétents.

    Sissi zayyat

    13 h 50, le 12 mars 2021

  • Enfin un dirigeant honnête, qui a le courage de dire les choses comme elles sont. Voila ce qui arrive quand on n'a pas d'argent pour payer ses factures d'electricité.

    Mago1

    00 h 01, le 12 mars 2021

  • tous les gens censés, et patriotes, ceux qui placent l'intérêt national avant tout tient la sonnette d'alarme, tout va s'effondrer, et ceux qui sont au pouvoir BEEEEEEURK paradent, et ils s'accusent mutuellement , ou l'argument qui me fait rire (jaune) ils nous ont pas laissés reformer? c'est à pleurer . Le Drian n'a rien à gagner, à dire que nos politiciens sont des criminels (au contraire) .... ils n'ont plus de solutions, à part fuir .....

    Élie Aoun

    23 h 17, le 11 mars 2021

  • De plus en plus fort le régime actuel. Une réalisation de plus à son actif

    Liberté de Penser

    20 h 07, le 11 mars 2021

  • Il s'est dirigé vers celui que rien n'inquiète, et dont le seul souci, est de garder le trône.

    Esber

    19 h 41, le 11 mars 2021

  • Et en mai ou juin on fait quoi?

    Atie Lina

    19 h 23, le 11 mars 2021

  • Le pays implose, mais , ouf, le Hezbollah garde ses armes...Rassurant. Eh bien, Il n’y a qu’un coup d’Etat militaire appuyé par des flottes au large de nos côtes, ou bien la partition.. Le Hezbollah et ses admirateurs pourront ainsi créer sans entraves la petite province perse dont ils rêvent ...

    LeRougeEtLeNoir

    19 h 16, le 11 mars 2021

  • "... La solution est entre les mains des députés pour assurer à EDL les fonds nécessaires pour l'achat du fuel ..." - Ah oui? Et avec quel argent? LE LIBAN EST EN FAILLITE !!! Alors cessez de rêver. Commencez à faire vos stocks de saindoux pour vous éclairer à la chandelle. Le problème va être la vie sans Internet ni WhatsApp ni Netflix...

    Gros Gnon

    18 h 57, le 11 mars 2021

  • SANS UNE REVOLUTION DE GRANDE ENVERGURE ET L,ARRET ET LE JUGEMENT DE TOUTES LES CLIQUES MAFIEUSES QUI ONT GOUVERNE ET GOUVERNENT LE PAYS, AVEC RECUPERATION DES MONTANTS VOLES DIRECTEMENT DES CAISSES DE L,ETAT ET DES DEPOTS DES GENS ET INDIRECTEMENT A TRAVERS LES CONTREBANDES DES MERCENAIRES, LE PAYS RESTERA EN ENFER. DEGAGEZ-LES ! QUE DIABLE !

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    18 h 56, le 11 mars 2021

  • Si le ministre sortant de l'Energie se plaint ainsi au lieu de trouver une solution que peut faire alors le peuple ?

    Antoine Sabbagha

    17 h 00, le 11 mars 2021

Retour en haut