Rechercher
Rechercher

Culture - Documentaire

« La réalité de l’Égypte était conforme à mon imaginaire »

Dans « Égypte : le souffle du temps », Romain Arazm plonge les spectateurs au cœur de l’histoire fascinante du pays des pharaons et de l’incroyable richesse de sa mythologie. À découvrir sur la chaîne YouTube de Mazart Production.

« La réalité de l’Égypte était conforme à mon imaginaire »

Dans « Égypte : le souffle du temps », un autochtone emmène le spectateur sur les eaux calmes et apaisantes du Nil.

L’Égypte et son héritage vieux de plus de quatre millénaires, sa civilisation, ses rois pharaons, les mystères de ses pyramides, est l’un des pays qui a toujours fasciné le monde. Source d’inspiration intarissable pour les plus grands auteurs, de Flaubert à Christian Jacq en passant par Agatha Christie, ce pays magique a traversé toutes les époques et demeure, encore aujourd’hui, un objet de fantasme pour des millions de passionnés à travers le monde. Malgré les siècles, la séduction opère toujours et ses mystères non résolus stimulent la curiosité, l’imagination, le tableau parfait pour écrire de belles histoires ou les raconter en images, à la manière de Romain Arazm.

D’abord élève à l’École supérieure de journalisme (ESJ Paris), Arazm est ensuite formé à l’École du Louvre où il se familiarise avec l’histoire de l’art. Historien de l’art, producteur et curateur d’exposition, il s’est lancé depuis deux ans dans un travail d’écriture romanesque, publiant un premier essai en 2018, À l’ombre des arbres de Montagnola (éditions L’Harmattan) puis un premier roman, La pastorale retrouvée (éditions des Presses littéraires) en 2020. Il signe aujourd’hui un documentaire de 25 minutes, Égypte : le souffle du temps, à voir sur la chaîne YouTube de Mazart Production.

Entre le sable brûlant du Sahara et les rives luxuriantes du Nil. Image tirée du documentaire « Égypte : le souffle du temps »...

Le Nil à l’ombre du dieu Amon-Rê

Tout commence sur les rives du Nil près de l’île d’Éléphantine dont le nom proviendrait des grands rochers de granit gris qui feraient penser à un groupe d’éléphants se baignant, ou encore par sa forme rappelant une défense d’éléphant. Les rames s’activent et la barque avance. Loin de Charon qui emporte les êtres au pays d’Hadès, c’est un autochtone qui emmène le spectateur sur les eaux calmes et apaisantes du Nil, pour un magnifique voyage à travers l’histoire de l’Égypte et de sa mythologie. « L’Égypte est un don du Nil », disait Hérodote. « Sans le Nil, l’Égypte n’aurait été qu’un immense désert », pose la voix off de la comédienne franco-américaine Ilana Waysberg. Et l’on apprend que le cycle de la nature est un mécanisme entretenu par Isis, la déesse funéraire, sœur du roi mythique Osiris qu’elle ramena du pays des ténèbres.

Lire aussi

Dix ans après la révolution, le cinéma égyptien « dans une logique de survie »

Ce mythe de la mort et de la renaissance revient sans cesse dans la narration et Isis est associée à Déméter (déesse des moissons) qui contrôlait le cycle des saisons. Lorsque la barque accoste et que les pas du réalisateur foulent l’ocre du désert, ce sont de merveilleux plans coupés en deux, le bleu du ciel répondant à la monochromie du désert. « Il est une matrice, dit le texte, et sa sortie est une naissance. » On rejoint la route tracée par les hommes. Les jardins, les potagers et la nature bavarde semblent remercier la fertilité du sol et les bienfaits du Nil. Du temple funéraire d’Hatchepsout de Deir el-Bahari à celui de Karnak à Louxor, le dieu Amon-Rê règne sur le pays, mais le Nil n’est jamais loin. Les ambiances apaisantes du désert contrastent avec le tumulte de la ville et ses couleurs bigarrées. L’ocre des façades n’est qu’un leurre, il fut un temps où les temples étaient polychromes. Les pyramides s’élèvent, pareilles à l’échelle de Jacob pour monter au ciel et devenir une étoile, mais le soleil a toujours le dernier mot.

Romain Arazm signe un documentaire immersif au cœur de l’Égypte. Photo DR

Les lieux nourrissent l’imaginaire

Selon le dictionnaire, un « documentaire » est un film qui s’appuie sur des documents pour décrire une certaine réalité ou l’arranger selon les convenances. Il diffère de la fiction dans la mesure où il a généralement un but informatif. Sauf que le film de Romain Arazm est d’abord un récit magnifique servi par un texte (écrit par le réalisateur) qui rivalise de beauté avec les images. Ilana Waysberg, formée aux arts dramatiques à New York et à Paris, prête sa voix envoûtante et posée, et confère à ce voyage une ambiance lyrique et poétique qui flirte avec le réalisme. « Passionné par l’égyptologie depuis mes années d’études, c’est un vieux rêve que je réalise, confie le réalisateur. Tourné au début du mois de janvier 2021 dans une Égypte vide de touristes pour cause de pandémie, les lieux visités étaient déserts, propice à la contemplation, et bien plus intéressants et plus surprenants à mes yeux. » Entre mystères, spiritualité, paysages désertiques et édifices colossaux, l’Égypte s’offrait à lui. Pour avoir arpenté le monde, le voyage, pour le réalisateur, n’est pas que dans le déplacement : « Les souvenirs qu’on en garde par le biais de la mémoire sont souvent digérés au retour. Ces villes, comme New York ou Singapour, ces endroits qu’on a beaucoup imaginé grâce aux films et aux livres, nous apparaissent intacts, comme dans notre imaginaire. Le travail journalistique me permet, une fois rentré chez moi, de poursuivre ce voyage resté dans le temps. La réalité des lieux ne m’a jamais déçu, tout au contraire, elle m’a nourri », explique Romain Arazm.

Son prochain film portera sur le voyage de William Turner et ses promenades picturales le long de la Loire, et sera diffusé sur le petit écran. D’abord raconteur d’histoires, Romain Arazm est surtout un voyageur à suivre absolument.

« Égypte : le souffle du temps ». Un film documentaire sur la chaîne YouTube de Mazart Production.


L’Égypte et son héritage vieux de plus de quatre millénaires, sa civilisation, ses rois pharaons, les mystères de ses pyramides, est l’un des pays qui a toujours fasciné le monde. Source d’inspiration intarissable pour les plus grands auteurs, de Flaubert à Christian Jacq en passant par Agatha Christie, ce pays magique a traversé toutes les époques et demeure, encore aujourd’hui,...

commentaires (1)

bonne suggestion

Stes David

20 h 01, le 05 mars 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • bonne suggestion

    Stes David

    20 h 01, le 05 mars 2021

Retour en haut