Rechercher
Rechercher

Économie - Crise

Hausse des prix du carburant et des transports

Hausse des prix du carburant et des transports

Hier, les prix des 20 litres d’essence 95 et 98 octanes ont augmenté de 1 300 livres libanaises, soit 33 500 LL et 34 500 LL, respectivement. Photo P.H.B.

Le président de l’Union des syndicats des transporteurs routiers, Bassam Tleiss, a annoncé hier une hausse de 30 % des tarifs des transports publics, qui sera effective « jusqu’à la fin du confinement » national, sans toutefois préciser la date à laquelle se terminerait cette mesure temporaire. La quatrième et dernière étape du plan de déconfinement progressif entamé le 8 février dernier est prévue pour le 22 mars, et chaque étape est supposée durer deux semaines.

Cette augmentation des prix, qui fait notamment passer celui de la course en « service » (taxi partagé) de 3 000 à 4 000 livres libanaises, a été décidée « à la suite de contacts avec le ministre (sortant) des Travaux publics et des Transports, Michel Najjar », a précisé Bassam Tleiss, en accord avec le syndicat. Le syndicaliste a aussi annoncé qu’une « étude du marché est en cours pour les prix des trajets en bus et des taxis d’aéroport », ainsi que des « discussions pour un soutien de l’État au secteur des transports ».

Cet accord avec les autorités ministérielles concernées inclut également l’annulation des contraventions dressées contre plusieurs chauffeurs « pour non-respect du confinement et celles dressées les 12 et 13 janvier pour non-paiement des frais de mécanique » après une décision prise en ce sens par le Premier ministre sortant, Hassane Diab, avait préalablement annoncé Bassam Tleiss lors d’une conférence de presse. Le syndicaliste a ensuite appelé les chauffeurs concernés à remettre ces procès-verbaux à leurs syndicats afin qu’ils soient transmis au gouvernement.

La modification des tarifs est notamment « due aux restrictions de circulation et du nombre de passagers en charge dans les transports publics durant cette période », a de son côté souligné Michel Najjar, alors que le Liban lutte toujours contre la propagation de la pandémie de Covid-19.

Nouvelle hausse des prix du carburant

Cette décision suspend la grève du secteur initialement prévue le 15 mars en opposition à ces amendes et en l’absence de solution face à la flambée des prix de l’essence, mazout et gaz, qui ont fortement augmenté hier pour la troisième semaine consécutive, sur fond de craintes de pénuries. Selon l’Agence nationale d’information (ANI, officielle), le prix des 20 litres d’essence 95 octanes, fixé par le ministère de l’Énergie et de l’Eau, s’est ainsi établi à 33 500 livres, en hausse de 1 300 livres par rapport à la semaine dernière, et celui de 98 octanes à 34 500 livres, lui aussi en hausse de 1 300 livres. Le prix du mazout a, lui, augmenté de 1 100 livres et s’établit désormais à 23 400 livres pour 20 litres, tandis que le prix de la bonbonne de gaz est passé de 24 800 à 25 300 livres.

Pour calculer le prix de l’essence, le ministère de l’Énergie se base principalement sur la moyenne des prix mondiaux hebdomadaires du carburant, relayés par la société S&G Global Platt et fixés en dollars. Le ministère prend aussi en compte plusieurs autres facteurs, comme le coût du transport maritime, les frais d’assurances et bancaires, ou encore les marges des importateurs et distributeurs.

Sur fond d’augmentation des cours du brut, les prix de l’essence commencent à atteindre des niveaux de plus en plus préoccupants pour des Libanais dont le pouvoir d’achat a fondu en un an et demi de crise économique et financière. Alors que la livre libanaise a battu mardi un record de dépréciation, le dollar s’échangeant autour de 10 000 livres sur le marché noir, suscitant la colère de la rue, l’État planche depuis plusieurs mois sur une rationalisation des subventions existantes sur certaines importations, dont celles du carburant.


Le président de l’Union des syndicats des transporteurs routiers, Bassam Tleiss, a annoncé hier une hausse de 30 % des tarifs des transports publics, qui sera effective « jusqu’à la fin du confinement » national, sans toutefois préciser la date à laquelle se terminerait cette mesure temporaire. La quatrième et dernière étape du plan de déconfinement progressif...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut