Rechercher
Rechercher

Politique - Crise politique

Raï défend la neutralité, "qui permettra de consolider la souveraineté" du Liban

L’appel du patriarche maronite à la tenue d’une conférence internationale sur le Liban "constitue un danger pour le pays et compliquera la crise", estime un député du Hezbollah 


Raï défend la neutralité,

Le patriarche maronite Béchara Raï. Photo ANI

Le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, a défendu dimanche son appel à la tenue d'une conférence internationale spéciale pour le Liban et réaffirmé l'importance de la neutralité positive pour le pays du Cèdre, au lendemain d'une manifestation historique à Berké visant à soutenir sa position.

"Quinze mille personnes se sont rassemblées hier pour soutenir notre position et demander à la communauté internationale de déclarer la neutralité positive et active du Liban pour lui permettre de mener à bien sa mission de patrie de dialogue des cultures et des religions", a déclaré Mgr Raï lors de son homélie dominicale. Il a insisté sur l'importance du Liban comme "terre de rencontre et de vivre ensemble, dans l'égalité et le respect mutuel, comme pays d'amitié et de paix, ouvert sur les pays d'Orient et d'Occident, un pays de libertés publiques et de démocratie saine". 

"Cette neutralité permettra au pays de se tenir à l'écart des alliances, des conflits et des guerres régionales et internationales. Par elle, il pourra consolider sa souveraineté intérieure et extérieure avec ses propres forces militaires", a-t-il défendu, alors que des attaques pleuvent ces derniers jours à son encontre dans certains milieux chiites pour ses propositions de sortie de crise, notamment de la part du Hezbollah et de dignitaires chiites comme le mufti jaafarite Ahmad Kabalan.

"Ces personnes se sont également rassemblées pour soutenir l'appel à tenir une conférence internationale spéciale au Liban sous les auspices des Nations unies, à cause de l'incapacité de nos responsables politiques de dialoguer, de se comprendre et d'établir un diagnostic de la paralysie qui frappe l'Etat libanais, ses institutions constitutionnelles, ses finances et son économie", a affirmé le patriarche maronite, jugeant cette paralysie responsable de la faim, la pauvreté et le chômage qui frappe le peuple. 

Lire aussi

"Nous sommes soumis à une occupation et le patriarcat veut nous en libérer"

"Aussi, est-il impératif pour la société libanaise de diagnostiquer par elle-même les causes de cet effondrement et les moyens d'y remédier, en s'appuyant sur le Pacte national de 1943, la Constitution et le Pacte du vivre-ensemble, en vue de préparer cette conférence", a estimé le prélat. 

Samedi, Mgr Béchara Raï, a prononcé un discours virulent à l'encontre de ceux qui "paralysent les institutions" du pays, appelant à la "libération de l'État", maintenant que "le territoire a été libéré". Il a dénoncé "un coup d'État en bonne et due forme", appelant le peuple à "ne pas se taire contre les armes illégales". Il a défendu l'importance d'une conférence internationale pour sortir le pays du faisceau de crises qu'il traverse et a insisté sur sa volonté de donner au concept de la neutralité de l'État un "caractère constitutionnel".

"L'internationalisation, un danger pour le pays"

La réaction du parti chiite au rassemblement de Bkerké samedi n'a pas tardé. Le député libanais Hassan Fadlallah, membre du groupe parlementaire du Hezbollah, a estimé dimanche que l’appel du patriarche maronite Béchara Raï à la tenue d’une conférence internationale sur le Liban « constitue un danger pour le pays et compliquera la crise ». M. Fadlallah a affirmé que « personne ne peut aujourd’hui au Liban affirmer que son opinion représente l’avis du peuple libanais », dans une réponse directe au chef de la communauté maronite. « Nous représentons une importante composante du peuple libanais », a-t-il souligné.

Le député de la formation chiite a critiqué également l’appel de Béchara Raï à la neutralité, estimant qu’il « ignore le danger israélien ». « Nous avons vécu des expériences amères par le passé, et nous ne sommes pas disposés à livrer notre pays aux convoitises israéliennes », a-t-il ajouté. Pour le député de la formation pro-iranienne, « la solution commence au Liban », « même si nous ne sommes pas contre une aide internationale », a-t-il souligné, assurant à titre d’exemple que son parti n’est pas opposé à l’initiative française. Le député a par ailleurs critiqué « les insultes contre la résistance », lancées selon lui au cours du rassemblement de Bkerké. Les manifestants brandissaient des drapeaux libanais et scandaient des slogans en faveur de l'armée, certains répétant « l’Iran dehors » ou « Hezbollah terroriste ».

Lire aussi

Entre Bkerké et le Hezbollah, une confrontation qui ne dit pas (encore) son nom

De son côté, le mufti jaafarite Ahmad Kabalan a estimé dans un communiqué dimanche que « la neutralité à l’ombre de l’occupation israélienne et de Daech est une trahison ». « Celui qui veut consolider l’entité libanaise doit accepter l’Etat citoyen (…) et le renouvellement du système démocratique commence par des élections législatives en dehors du système confessionnel», a-t-il dit. « La neutralité au temps de l’occupation israélienne et de Daech n’est pas une position nationale, mais peut être considérée comme une trahison. La neutralité alors que la région est en proie aux incendies et aux troubles n’est pas dans l’intérêt du pays, de sa souveraineté et de la décision nationale », a encore dit le dignitaire chiite qui a défendu la résistance incarnée par le Hezbollah. Cheikh Kabalan avait déjà mis en garde vendredi contre toute tentative d’internationaliser la crise politique qui secoue le Liban, y voyant une « menace contre la souveraineté », dans une critique implicite de la position du patriarche Raï.

Pour sa part, le chef du Parti démocratique libanais Talal Arslane, allié druze du Hezbollah, a estimé dimanche dans un communiqué que "l’internationalisation proposée nécessite un consensus parmi les Libanais, sinon elle restera piégée et accentuera nos divisions".

Alors que le patriarche appelait à la neutralité du Liban, le Hezbollah organisait, à la frontière avec Israël, une cérémonie de prestation de serment de ses combattants.


Le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, a défendu dimanche son appel à la tenue d'une conférence internationale spéciale pour le Liban et réaffirmé l'importance de la neutralité positive pour le pays du Cèdre, au lendemain d'une manifestation historique à Berké visant à soutenir sa position."Quinze mille personnes se sont rassemblées hier pour soutenir notre position et...

commentaires (6)

Le Hezbollah est pour une internalisation sélective axée sur des pays bien précis et honorables ! L’Iran ,le Venezuela,la Corée du Nord et notre cher voisin l’incontournable Syrie arrosée d’un peu d’Irak Iranien !Que demander de plus ? Vraiment Votre Béatitude il faut absolument convenir que le Hezbollah a pour une fois raison dans ces choix abyssaux quand il s’agit d’enfoncer encore plus le Liban !

PHENICIA

21 h 18, le 28 février 2021

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Le Hezbollah est pour une internalisation sélective axée sur des pays bien précis et honorables ! L’Iran ,le Venezuela,la Corée du Nord et notre cher voisin l’incontournable Syrie arrosée d’un peu d’Irak Iranien !Que demander de plus ? Vraiment Votre Béatitude il faut absolument convenir que le Hezbollah a pour une fois raison dans ces choix abyssaux quand il s’agit d’enfoncer encore plus le Liban !

    PHENICIA

    21 h 18, le 28 février 2021

  • Les pseudo libanais n'ont pas à donner leur avis. Quand ils redeviennent libanais à part entière, ils auront droit à discuter. L'orientation de Bkerké est celle de la majorité des libanais. Les exactions de cette classe ont détruit le pays. Ça suffit.

    Esber

    17 h 27, le 28 février 2021

  • N'en déplaise à Fadlajjah, aucune "insultes contre la résistance " n'a pu être proférée, pour la simple raison qu'il ne peut exister de mouvement de résistance au Liban depuis le retrait en 2005 des dernières troupes d'occupation. Assimiler à un mouvement de résistance, une milice qui se bat en Syrie, au Koweit, au Yemen et autres lieux, est se moquer du monde!

    Yves Prevost

    17 h 24, le 28 février 2021

  • A la place du Patriarche je convoquerais le "Batrouniote", le "Zgourtaiote" et le "Bécheriote" et je leur dirais: annoncez à votre sortie de Bkerké que vous vous retirez de la vie politique, et j'ai quelqu'un capable de fédérer chrétiens et musulmans derrière moi pour remettre le pays en marche ! j'ai assez bien rêvé avec ce commentaire, rien de cela ne risque d'arriver.

    Shou fi

    16 h 52, le 28 février 2021

  • Il semble que le patriarche ait appuyé là où cela fait mal ... en aucun cas le parti de dieu souhaiterait une "internationalisation" du Liban et quand par la voix de leur porte parole hassan faddallah, il soulève le danger que représenterait Israël dans le cadre d'une neutralité du Liban il oublie que leur diktat nous a imposé ruines et désolations, peut être même davantage que les israeliens, qui doivent se frotter les mains au regard de la situation actuelle ( ils doivent être bigrement impressionnés par la cérémonie de prestation de serment des hezbollahis à la frontière... Que les dieux s'occupent des amis , je me charge des ennemis, ne donnons donc pas de la valeur a des gens qui privilégient une pensée obscurantiste à une ouverture légitime et légale.

    C…

    15 h 34, le 28 février 2021

  • PATRIARCHE SUIVEZ VOTRE CHEMIN ET NE REPONDEZ PAS AUX VENDUS. A MOINS QU,ILS DEPOSENT LEURS ARMES EN LES LIVRANT A L,ARMEE LIBANAISES ET LIQUIDENT IMM. LEURS MILICES IRANIENNES ET REINTEGRENT, APRES JUGEMENT, LES RANGS DE LA FAMILLE LIBANAISE.

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    14 h 50, le 28 février 2021

Retour en haut